Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
16 février 2018

Les Hôpitaux de Gaza cessent de fonctionner. Votre soutien plus nécessaire que jamais !

Israël asphyxie les hôpitaux de Gaza en les privant de source d’énergie et de médicaments. Merci de ne pas oublier notre collecte pour le plus grand hôpital de la bande de Gaza, l’hôpital Shifa. Nous avons déjà recueilli un peu plus de 13.000 euros et comptons sur vous pour atteindre les 20.000 rapidement !

Les générateurs d’urgence sont à court de carburant dans au moins 19 établissements de santé dans la bande de Gaza, alors que le siège meurtrier d’Israël sur le territoire se durcit.
Le ministère de la Santé à Gaza vient d’annoncer que les générateurs avaient cessé de fonctionner dans 16 cliniques de soins primaires et trois grands hôpitaux, mais que le personnel médical avait reçu l’ordre de rester à son poste et de faire ce qu’ils pouvaient pour aider les patients.

L’agence de coordination humanitaire de l’ONU OCHA a averti que « le combustible d’urgence pour les installations critiques à Gaza sera épuisé dans les 10 prochains jours », à moins que les donateurs n’interviennent pour prévenir une « catastrophe humanitaire ».

Mais pour les patients et le personnel médical exposés en première ligne, la catastrophe est déjà en cours.

À l’hôpital pour enfants al-Nasr, le directeur des soins intensifs, le Dr Raed Mahdi, a déclaré que la vie de dizaines d’enfants de son unité était menacée. Le surpeuplement et la pression sur le personnel médical et les fournitures ont atteint un point de crise dans son hôpital, alors que les enfants étaient transférés vers d’autres installations qui avaient perdu tout approvisionnement électrique.

À l’hôpital Muhammad al-Durra, dans l’est de Gaza – du nom d’un enfant palestinien assassiné par les forces israéliennes en 2000 au début de la deuxième Intifada – des médecins ont déclaré lors d’une conférence de presse lundi que des départements entiers avaient déjà fermé leurs portes et que des patients avaient dû être renvoyés.

S’exprimant lors de la conférence de presse, Jamal al-Durra, le père de Muhammad, a appelé à une intervention internationale urgente, disant que permettre à la crise de continuer équivaudrait à « tuer mon fils une seconde fois ».

« La crise du carburant menace les services de dialyse pour 400 patients souffrant d’insuffisance rénale dans la bande de Gaza », a déclaré pour sa part le groupe palestinien des droits de l’homme Al-Haq. En raison de la crise énergétique chronique, la dialyse à Gaza est déjà un traitement risqué.

Al-Haq a ajouté que les hôpitaux de Gaza sont actuellement incapables d’effectuer leurs 200 opérations par jour « en raison de la dégradation et de la perte de centaines de réserves de sang en raison du manque de refroidissement nécessaire – une conséquence de la pénurie d’électricité délibérément imposée à Gaza. »

Les hôpitaux ferment leurs portes

En raison des restrictions actuelles imposées par Israël à l’approvisionnement en électricité de Gaza, la population de deux millions de personnes, dont la moitié sont des enfants, ne reçoit actuellement pas plus de huit heures d’électricité par jour. Parfois, cette fourniture chute à seulement trois ou quatre heures…

« Les hôpitaux ont déjà commencé à fermer. Sans financement, davantage de fournisseurs de services seront forcés de suspendre leurs opérations dans les semaines à venir, et la situation se détériorera dramatiquement, avec des impacts sur l’ensemble de la population », a déclaré le coordinateur humanitaire par intérim pour les Nations Unies, Roberto Valent. « Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise. »

Le 23 janvier, le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne à Ramallah a alloué près de 300 000 dollars pour acheter du carburant en urgence, mais cette fourniture ne sera suffisante que pendant 10 jours et « ne résoudra pas la crise structurelle de l’électricité imposée par Israël ».

PARTICIPEZ À LA COLLECTE POUR L’HÔPITAL SHIFA !

Déjà plus de 12.000 euros récoltés sur les 20.000 que nous voulons envoyer. Si chacun s’y met, même modestement, on peut même dépasser cet objectif !

-* Vous pouvez envoyer un chèque à CAPJPO-EuroPalestine, Boite 37, 16 bis rue d’Odessa. 75014 Paris. (Merci écrire au dos "Hôpital Shifa"). Vous recevrez un reçu fiscal permettant de déduire jusqu’à 66% de la somme envoyée de vos impôts.

-* Ou bien faire un don par l’intermédiaire de https://www.cotizup.com/gaza-appel-au-secours

Alors que le système de santé de Gaza s’effondre, Israël rend également plus difficile aux Palestiniens l’accès à des traitements en dehors du territoire assiégé, et qui sauveraient des vies. Le nombre de Palestiniens autorisés à entrer et sortir de Gaza à travers le passage d’Erez, contrôlé par Israël, et le passage de Rafah avec l’Égypte – qui a été fermé pendant des années sauf de rares exceptions – a fortement diminué l’année dernière.

La sortie des Palestiniens de Gaza à travers Erez a chuté de 50% en 2017, par rapport à 2016, selon OCHA. « Le déclin se produit parallèlement à une augmentation progressive du nombre total de demandes de permis et de demandes de instruites pour des hôpitaux de Cisjordanie, à la suite de contraintes plus strictes via le passage de Rafah », a noté l’agence des Nations Unies.

En novembre, les autorités du Hamas ont cédé le contrôle du côté palestinien du passage d’Erez à l’Autorité palestinienne, soutenue par la communauté internationale, à la suite d’un accord de réconciliation signé le mois précédent. « A ce jour, » cependant, « ce développement n’a eu aucun impact apparent sur le passage des Palestiniens de Gaza à travers les accès contrôlés par Israël et l’Égypte », a dit OCHA.

« Dans des situations telles que le traitement du cancer, les retards peuvent avoir des implications potentiellement mortelles pour la santé des patients », a rappelé OCHA.
Parfois, des retards ont été causés par l’Autorité palestinienne à Ramallah : au cours de l’été, son chef Mahmoud Abbas a imposé des sanctions à Gaza, notamment en retardant l’approbation des transferts médicaux vers les hôpitaux de Cisjordanie, dans le cadre de ses tentatives pour mettre le Hamas à genoux, tout en exacerbant la souffrance des civils.
Certains de ces retards se sont révélés mortels.

Al-Haq a appelé cette semaine l’Autorité palestinienne à « lever tous les obstacles à l’accès aux soins de santé pour les enfants venant de Gaza et à faire en sorte que les cas urgents soient immédiatement prioritaires, dans tous les cas relevant de sa compétence ».

Déni israélien

Mais La responsabilité première incombe à israël. En tant qu’occupant belligérant, « Israël a l’obligation permanente d’assurer le maintien de la vie civile dans la bande de Gaza, ce qui comprend la fourniture de services de base et d’infrastructures à la population civile », selon Al-Haq.

Le groupe affirme que « ce refus de permis de voyage entraînant des retards dans l’accès aux traitements, viole non seulement les droits à la santé et le droit à la vie, mais peut aussi constituer un traitement inhumain et dégradant » qui viole le droit international.
Pourtant, lundi, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a osé prétendre qu’il n’y avait « pas de crise humanitaire » à Gaza, alors même que le chef de l’armée israélienne, Gadi Eisenkot, déclarait la veille que « la bande de Gaza est sur le point de s’effondrer en raison de l’aggravation de la crise humanitaire ».

La semaine dernière, des diplomates israéliens ont présenté un plan de « réhabilitation humanitaire » pour Gaza lors d’une réunion des donateurs à Bruxelles. « Israël s’attend à ce que la communauté internationale couvre les coûts de la mise en œuvre du plan, estimé à 1 milliard de dollars », a observé le groupe israélien des droits de l’homme Gisha.
Le groupe a rejeté le plan d’Israël comme étant « dissimulateur et simpliste », notant que le blocus écrasant d’Israël sur Gaza est ce qui a causé « les conditions humanitaires désastreuses ».

Mais Lieberman, le ministre de la Défense, a clairement indiqué qu’Israël poursuivra sa politique de refus des services humanitaires de base aux civils de Gaza en tant que forme de chantage politique – un crime de guerre.

Source : Ali Abuminah - Electronic Intifada

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9400