Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
26 février 2018

Ils arrêtent Mohammed Tamimi, 15 ans, cousin d’Ahed, après l’avoir défiguré !

(Mise à jour lundi soir avec des informations supplémentaires de l’agence Ma’an) . Le calvaire des habitants de Nabi Saleh, en Palestine occupée, continue. Lundi matin, l’armée d’occupation a effectué un nouveau raid dans le village d’Ahed Tamimi, arrêtant une vingtaine de jeunes, tous membres de la famille Tamimi.

Parmi eux, Mohamed Tamimi, l’adolescent qui venait d’être défiguré par un tir, le 16 décembre dernier, provoquant la réaction que l’on sait des cousines Ahed et Nour.

Ivre de vengeance après la vidéo devenue virale où l’on voyait Ahed administrer une gifle aux soldats qui avaient envahi son domicile, l’armée d’occupation aggrave chaque jour la répression des habitants du petit village, ciblant de manière privilégiée les Tamimi.

Outre Ahed et sa mère Narriman, emprisonnées sans jugement depuis décembre, les enfants de Manal Tamimi, Oussama et son autre fils également appelé Mohamed, sont détenus et torturés par l’occupant depuis le début de l’année.

C’est au milieu de la nuit, comme souvent, que l’armée a débarqué dans le village, n’hésitant pas à se saisir de Mohamed, dont l’état de santé reste très précaire après la balle d’acier recouverte de caoutchouc reçue en pleine tête, et qui l’a complètement défiguré.

La vidéo ci-dessus, tournée par un habitant de Nabi Saleh, montre la soldatesque au cours de son raid nocturne en train d’asperger un peu partout du "skunk", un liquide qui imprègne tout l’environnement, corps, vêtements, habitations, d’une odeur putride active pendant des jours et des jours après l’aspersion. Le type même d’une guerre barbare menée contre toute une population sans défense.

Mohamed Tamimi lui-même a été relâché au bout de quelques heures, l’armée la plus « morale » du monde se contentant d’indiquer cyniquement qu’un médecin militaire avait préalablement donné son feu vert à la capture de l’adolescent.

Mais la Société des Prisonniers Palestiniens n’était pas en mesure d’informer lundi soir sur le sort réservé par les soldats aux autres jeunes raflés à Nabi Saleh et dans le village voisin de Deir Nitham. Parmi eux, Tamim Fadel al-Tamimi, 17 ans, Suhaib Samih al-Tamimi, 14 ans, Ahmad Sami al-Tamimi, 19 ans, Muayyad Hamzeh al-Tamimi, 17 ans , Muhammad Mujahed al-Tamimi, 15 ans, Amjad Abd al-Hafith al-Tamimi, 28 ans, Omar Saleh Tamimi, 29 ans, Islam Saleh al-Tamimi, 21 ans, et Wiam Iyad al-Tamimi, 17 ans.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9460