Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
14 mai 2018

Procès BDS à Versailles : Olivia Zémor acquittée, le gouvernement et le lobby israélien déboutés !

Le tribunal de Versailles a prononcé lundi la relaxe d’Olivia Zémor, présidente de CAPJPO-EuroPalestine, poursuivie par un gouvernement aux ordres du lobby israélien pour avoir demandé (en 2011 !) à Vanessa Paradis de ne pas aller chanter à Tel-Aviv et y rencontrer le président israélien de l’époque, feu Shimon Peres.

L’audience de jugement avait eu lieu le 19 mars dernier (voir le compte-rendu http://www.europalestine.com/spip.php?article14047)

Elle avait permis de démontrer, outre l’absence totale d’infraction de la manifestation invitant la chanteuse à renoncer à son déplacement –ce qu’elle avait d’ailleurs fait-, le caractère insensé des poursuites elles-mêmes.

En effet, suite à une plainte du sioniste d’extrême-droite Sammy Ghozlan, un premier juge d’instruction avait tout de suite constaté la prescription des faits reprochés, et prononcé la nullité de la procédure. Mais, disposant de relais au plus haut niveau dans l’appareil gouvernemental et judiciaire, Sammy Ghozlan, au nom de « l’Union des Communautés Juives d’Ile-de-France », avait obtenu la désignation d’un deuxième juge d’instruction, qui n’avait pas craint de mettre Olivia Zémor en examen en 2017, six ans après, et donc de la renvoyer devant le tribunal correctionnel.

La ficelle était un peu grosse, et M° Dominique Cochain, qui défendait l’accusée, avait détricoté le montage, maille par maille, à l’audience du 19 mars. Finalement, la procureure, représentant pourtant la partie poursuivante, avait dû se rendre à l’évidence, et elle avait reconnu que l’affaire était manifestement prescrite.

La présidente de la 8ème chambre correctionnelle, qui n’avait pas caché à l’audience une certaine hostilité à la cause des défenseurs du peuple palestinien, a tout de même été obligée de débouter l’Etat et le lobby israélien, rien dans les propos reprochés à CAPJPO-Europalestine n’ayant pu être retenu comme une discrimination et une incitation à la haine.

Tous les documents fournis, tous les témoignages, —et nous remercions vivement Udi Aloni, le réalisateur israélien qui s’est déplacé à Versailles, tout comme le magistrat Ghislain Poissonnier, mais aussi toutes les autres personnalités qui ont fourni des témoignages écrits attestant de la réalité en Palestine. On nous reprochait d’avoir utilisé des mots comme "ghettos", massacres", "torture des enfants", démolition de maisons... Ils ont tous démontré que nous nous contentions de décrire des faits que la colonisation et l’occupation israéliennes pratiquent quotidiennement.

Merci à toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés ! On lâche rien !

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1260