Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
3 juillet 2018

Pour Salah, les maires se rebiffent !

Excédées par les « chers Bibi » et l’inaction du gouvernement pour faire libérer notre compatriote, dont la détention administrative vient d’être prolongée par l’occupant, des communes françaises, de plus en plus nombreuses, font acte de résistance en votant des motions de soutien, ou en nommant Salah Hamouri « citoyen d’honneur », quitte à être attaquées par l’Etat devant un tribunal administratif.

Pas seulement en « banlieue rouge » (comme Stains, Genevilliers ou Villeneuve Saint Georges) ou dans une grande ville comme Besançon, mais jusque dans des petites communes rurales...

Ainsi, le Conseil Municipal de Montcel, à l’unanimité des présents et représentés :

  • sollicite le gouvernement français pour qu’il exige des autorités israéliennes que les droits de Salah Hamouri, citoyen français, soient respectés et que sa libération intervienne dans les meilleurs délais.
  • face à cette odieuse injustice, une arrestation pour ses opinions politiques et un non-respect des droits les plus élémentaires, et afin de soutenir Salah Hamouri, ainsi que son épouse et leurs fils à qui le gouvernement Israélien interdit l’entrée en Israël pour lui rendre visite, le Conseil Municipal de Montcel décide d’attribuer à Salah Hamouri le titre de citoyen d’honneur de la Commune de Montcel.

Montcel (475 habitants) fait partie des communes du Puy-de-Dôme qui ont désigné Salah Hamouri citoyen d’honneur. Le 6 juillet, une cérémonie officielle avec projection du film « La case prison » donnera du lustre à cette décision.

Pas très loin de là, Aubière, pôle scientifique de la banlieue de Clermont-Ferrand, a mis à profit son conseil municipal du 28 juin pour élever Salah Hamouri à la dignité de citoyen d’honneur.

Autre exemple venu de Province : Carhaix. Au pays des bonnets rouges, Salah a été fait citoyen d’honneur dès le 24 avril, à l’unanimité et dans une salve d’applaudissements. La motion précise : « Notre ville est jumelée avec le camp de réfugiés d’EL Arroub en Palestine et développe des actions de solidarité avec ses habitants très durement éprouvés par la politique d’occupation et de colonisation que le gouvernement israélien poursuit sans relâche, en violation du droit international et des multiples résolutions de L’ONU. »

Dans ce département du Finistère, 156 élus, dont 17 maires, 6 conseillers départementaux, 4 conseillers régionaux et 2 sénateurs ont demandé à Macron d’agir pour la libération de Salah. Jusqu’ici en vain...

Et chez vous ? N’hésitez pas à interpeller votre maire pour lui demander d’agir !

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9170