Accueil > Actualités

Une honte : Julian Assange arrêté. L’Équateur met fin à l’accord d’asile

jeudi 11 avril 2019

Julian Assange, le fondateur de WIKILeaks, informaticien et cybermilitant, a été contraint de sortir de l’ambassade d’Équateur à Londres, ce mardi, le président de l’Équateur, Lenin Moreno, ayant rétracté l’asile politique que son pays lui accordait.

Le lanceur d’alerte australien, âgé de 47 ans, était enfermé depuis 6 ans dans cette ambassade, où il était dans une situation de plus en plus tendue depuis l’arrivée au pouvoir en 2017 de l’actuel président de ce pays d’Amérique latine. On a même coupé sa connexion internet en mars 2018, sous prétexte que c’était pour empêcher Assange de « se mêler des affaires d’autres états souverains ».

La police britannique avait arrêté illégalement Assange pour cause de « désobéissance au droit international ». Elle a arrêté ce jeudi pour violation de sa mise en liberté provisoire en 2012.

D’autre part, Trump a engagé des poursuites contre Julian Assange, pour ses révélations en 2010, concernant le « meurtre collatéral » de 12 civils irakiens par un hélicoptère Apache américain – information classifiée. Il est inculpé de "piratage informatique", une peine passible de 5 ans de prison aux USA. Selon l’acte d’inculpation, qui était jusqu’ici sous scellé, l’Australien est accusé d’avoir aidé l’ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense ensuite révélés au public.

Julian Assange, dont la santé n’a cessé de décliner, va "contester et combattre" la demande d’extradition américaine, a déclaré son avocate Jennifer Robinson à l’issue de la comparution de son client devant le tribunal de Westminster.

En France, plusieurs personnalités politiques ont réagi à l’image de Jean-Luc Mélenchon sur son blog qui a rappelé que Julien Assange a contribué à révéler des faits d’espionnage américain contre la France ou encore de Nicolas Dupont-Aignan qui estime que "La France aurait dû accorder l’asile à Julian Assange depuis des années !".

En l’expulsant de son ambassade à Londres, l’Equateur fait courir à Julian Assange "un risque réel de graves violations de ses droits fondamentaux", a déclaré la rapporteur de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Agnès Callamard.

Et le rapporteur spécial des Nations unies pour le droit au respect de la vie privée, Joe Cannataci, qui devait rencontrer Julian Assange le 25 avril à l’ambassade d’Equateur à Londres, a indiqué qu’il n’entendait pas annuler son voyage et prévoyait de "lui rendre visite et de lui parler dans un poste de police ou partout ailleurs au Royaume-Uni où il pourrait être détenu".

Le lanceur d’alerte Edward Snowden a dénoncé l’arrestation de Julian Assange ce jeudi, 11 avril, comme une atteinte à la liberté de la presse à l’échelle internationale, en violation des droits de l’homme.

- PETITION POUR DEMANDER QU’IL NE SOIT PAS EXTRADÉ : https://i.diem25.org/en/petitions/1

- Rassemblement pour Julian Assange

https://paris.demosphere.net/rv/69406

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0