Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
13 juillet 2018

Les meurtriers de la famille Dawabshe, brûlée vive, relaxés

Un tribunal de la ville de Lodd dans le Nord d’Israel a laissé en liberté l’un des meurtriers du bébé Ali, 18 maois, et de ses parents Saad et Riham, brûlés vifs le 31 juillet 2015 par des colons qui ont mis le feu à leur maison pendant leur sommeil.

Ceci s’est passé dans le village palestinien de Duma au Nord de la Cisjordanie. Mais comme les assassins sont juifs, ils n’ont pas comparu devant un tribunal militaire mais une cour régionale israélienne, ce jeudi, soit 3 ans après les faits.

Ce tribunal n’avait infligé à l’assassin, un mineur au moment des faits, — et le seul du groupe à être poursuivi en justice— qu’un arrêt domiciliaire avec interdiction de se servir d’internet et de son téléphone, avant le procès.

"Un jugement raciste. Un deux poids deux mesures", a dit Nasser Dawabsheh, l’oncle du seul survivant de ce crime, le petit Ahmad, grièvement blessé et devenu orphelin.

"Je suis écoeuré. Si un Palestinien avait commis un tel meurtre, ce n’est pas seulement sa maison, mais son village entier qui aurait été détruit sur ordre du gouvernement israélien".

" Mais je ne lâcherai pas et poursuivrai les meurtriers devant la Cour suprême, puis des tribunaux internationaux si la "justice" israélienne, ne condamne pas à la prison ces assassins’, a-t-il déclaré à l’agence Wafa.

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9290