Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
21 août 2018

Quatorze mois de prison pour le frère d’Ahed Tamimi...

Obligé de libérer Ahed Tamimi au bout de 8 mois, devant la mobilisation mondiale, Israël se rattrape en enfermant et condamnant de nombreux autres membres de sa famille, dont son frère de 21 ans, Waed, accusé de jets de pierres sur des soldats israéliens.

Les pierres, face à un occupant qui est chez vous, avec ses jeeps, ses chars, ses checkpoints, ses colons, ses bombes lacrymogènes et son "skunk" puant, c’est tout ce que les Palestiniens ont pour, non pas se défendre, mais juste faire savoir à l’occupant qu’il n’est pas chez lui.

Et comme dans le village de Nabi Saleh, on est infesté par les soldats et les colons, comme dans tout le reste de la Cisjordanie occupée, une gifle ou des pierres, c’est tout ce que les jeunes ont à se mettre "sous la main". Et cela dure depuis des années, des dizaines d’années, sans qu’Israel puisse faire cesser cette résistance qui leur rappelle sans arrêt, que les Palestiniens existent et qu’ils sont chez eux.

Alors on les arrête, on les torture, on les maintient en détention, pendant qu’on arrache leurs oliviers, qu’on démolit leurs maisons, qu’on fait pleuvoir des bombes sur leurs hôpitaux, leurs écoles, leurs stades et leurs centres culturels. Et quel est le tarif pour ces crimes autrement plus graves ?

C’est étrange, mais les médias ne posent pas cette question.... Pas plus qu’ils ne commentent la phrase d’Ahed Tamimi qui a dit : "Prison ou pas, de toutes façons, je ne suis jamais libre sous occupation".

Dessin de Latuff qui montre les puissants de ce monde constatant le bombardement par Israël d’une école, d’une centrale électrique et d’un centre culturel, mais qui s’étonnent qu’un monument soit encore debout : la résistance !

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9280