Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
14 novembre 2018

Crise politicienne en Israël : danger accru pour le peuple palestinien

Le ministre israélien de la Défense, le sinistre Avigdor Lieberman, a annoncé mercredi sa démission, en signe de protestation contre l’interruption des bombardements de la population palestinienne enfermée à Gaza.


Le gouvernement de son chef Netanyahou et celui de Gaza, dirigé par le Hamas, se sont de fait mis d’accord mardi sur un cessez-le-feu, et ni roquettes palestiniennes, ni missiles israéliens n’avaient été tirés 24 heures plus tard.

L’escalade de violences avait commencé dimanche soir avec la pénétration, à l’intérieur de la bande de Gaza, d’un commando terrestre de l’armée israélienne.

Elle s’était poursuivie tout le lundi ainsi que mardi matin, Israël s’attaquant comme à son habitude à une série d’objectifs civils, dont l’immeuble abritant les bureaux de la chaîne de télévision al-Aqsa, proche du Hamas. Une quinzaine de Palestiniens ont trouvé la mort au cours de ces attaques, tout comme le chef du commando terrestre israélien, un lieutenant-colonel, et un civil palestinien en Israël, victime d’une des roquettes tirées par la résistance palestinienne.

Combien de temps durera ce cessez-le-feu, que la direction du Hamas présente comme une victoire de la résistance ? Il est impossible de le dire, tant les violations antérieures de compromis de ce type ont été nombreuses de la part de l’occupant israélien.

La démission de Lieberman s’inscrit pour sa part dans un calcul de politique interne.

Lieberman, dont le petit parti « Israël Notre Maison » contribue à la majorité parlementaire de Benjamin Netanyahou, espère en effet, avec son geste, renforcer sa popularité auprès des secteurs les plus extrémistes de l’opinion publique juive,

Et ce, dans la perspective d’élections législatives anticipées précisément rendues inévitables à court terme par sa propre démission, selon les commentateurs de la presse israélienne, mercredi soir.

La compétition électorale qui s’ouvre se présente ainsi comme un concours pour savoir lequel des politiciens israéliens, Lieberman, Netanyahou, ou encore le patron du parti « Foyer Juif » Naftali Bennet, pour n’en citer que quelques uns, sera le plus féroce avec la population de Palestine.

Une aggravation de la répression, partout en Palestine occupée, est donc à craindre et c’est pourquoi une solidarité active avec ce peuple est plus que jamais une urgence !

A PARIS, MANIFESTATION SAMEDI 17 NOVEMBRE A PARTIR DE 14H30 PLACE SAINT-MICHEL (Métro Saint-Michel, ligne 4 ; RER ligne C). VENEZ NOMBREUX !

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9450