Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
22 novembre 2018

Violence policière sur un lycéen israélien d’origine éthiopienne

Le racisme est profondément ancré en Israël. Pas seulement à l’encontre des non-Juifs, mais également des Juifs trop "bronzés", et notamment de ceux originaires d’Ethiopie, comme le montre un nouvel acte de violence policière contre un lycéen israélien éthiopien.



Des Israéliens éthiopiens manifestent contre la violence policière et les mauvais traitements dans la société israélienne, à Tel Aviv, le 3 juin 2015. (Crédit : Flash90)

Des policiers sont intervenus dans un lycée de la Ville d’Ashdod en Israël et ont tabassé un lycéen éthiopien qui refusait de ses rendre à un interrogatoire.

La scène a été filmée sous le regard du directeur de l’établissement qui n’a pas réagi, tandis qu’un des policiers étrangle le jeune garçon et le traîne, alors que d’autres le frappent.

La police israélienne a rejeté l’accusation selon laquelle les agents auraient fait un usage excessif de la force contre un jeune de 15 ans, affirmant qu’il avait « activement résisté à l’arrestation ».

« Il n’y a pas de place, au sein de l’Etat d’Israël, pour la violence policière contre nos frères issus de la communautés éthiopienne. Nous devons mettre un terme aux traitements discriminatoires et déraciner le racisme », a reconnu la ministre israélienne de l’Egalité sociale Gila Gamliel.

Plus de 135 000 Ethiopiens vivent en Israël. Ils ont immigré, pour la plupart, entre 1984 et 1991, à la demande d’israël. Mais ils sont régulièrement en butte aux violences policières et aux discriminations dans plusieurs domaines tels que la santé, l’éducation et le travail.

Comment "déraciner le racisme ", quand celui-ci est le fondement même de l’Etat d’apartheid ?

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9450