Solidarité avec la Palestine : à Stains, on lâche rien ! (photos) - CAPJPO - EuroPalestine
  Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
Vidéos
13 décembre 2018

Solidarité avec la Palestine : à Stains, on lâche rien ! (photos)

Le maire de Stains (Seine-Saint-Denis) Azzedine Taïbi comparaissait pour la énième fois jeudi devant le Tribunal administratif de Montreuil, sur demande d’officines sionistes et d’un préfet leur étant tout dévoué.

Aux côtés d’une « Organisation Juive Européenne », le préfet du 9-3 Pierre-André Durand exigeait ainsi une nouvelle fois de la mairie de Stains qu’elle retire une banderole apposée l’année dernière sur ses murs, où il était demandé la libération de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, alors détenu « administrativement » par l’occupant israélien de son pays.

Les « arguments » de droit administratif invoqués par le préfet, lus avec gourmandise par le « rapporteur public » (qu’on appelait auparavant le « commissaire du gouvernement », ce qui avait le mérite de la clarté) n’ont été une nouvelle fois qu’un paravent, destiné à cacher une réalité politique : le préfet du 9-3 entend interdire toute expression de solidarité avec la Palestine.

M° Roland Weyl, avocat de la mairie de Stains, a bien démonté la parodie de justice qui s’est jouée ce matin.

« On célèbre cette semaine le 70ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, qui stipule entre autres que nul ne peut être détenu sans jugement. Or la campagne pour la libération de Salah Hamouri soulignait précisément le caractère inique de sa détention, puisque sans jugement ni même inculpation. En demandant en justice le retrait de la banderole, le préfet remet donc en cause la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme », a-t-il d’abord remarqué.

(Azzedine, Salah et Roland à la sortie de l’audience)

Il a ensuite pointé le ridicule de la requête préfectorale, puisque la fameuse banderole a entretemps été retirée du fronton de la mairie, du fait précisément de la libération de Salah Hamouri, en septembre dernier, sans jugement ni inculpation, au terme de 13 mois de détention arbitraire. Libération dont la campagne de soutien au jeune détenu a assurément été un facteur.

« Ce faisant, le préfet se montre encore plus radical qu’Israël, puisqu’il conteste notre droit à nous être battus pour la libération du prisonnier », a observé M° Weyl.

Salah Hamouri, de passage en France actuellement, était d’ailleurs présent à Montreuil jeudi matin : il s’est mis à la disposition du président du tribunal administratif, lequel a fait la sourde oreille.

Salah n’était pas le seul Palestinien visé par la hargne préfectorale jeudi matin au tribunal de Montreuil : Pierre-André Durand y contestait en effet une autre décision de la mairie de Stains, celle de faire de Fadwa Barghouti, elle aussi avocate, et épouse du célèbre prisonnier politique palestinien Marwan Barghouti, une citoyenne d’honneur de la petite ville.

« Cette attaque est ciblée, qui a pour seul motivation le fait que Mme Barghouti est une Palestinienne engagée dans la défense des droits de son peuple », a dit M° Weyl.

« Combien d’autres villes, depuis la Révolution Française qui en a avait fondé le principe, ont-elles décerné, sans rencontrer le moindre problème, des diplômes de citoyen d’honneur ? », a ajouté M° Weyl, un vétéran du barreau ayant prêté serment en 1939 !

Réfutant, parce qu’entièrement fausse, l’affirmation selon laquelle Fadwa Barghouti n’aurait pas de relations avec la ville de Stains, et donc pas « d’intérêt local » à recevoir la distinction honorifique, Roland Weyl a achevé de ridiculiser le préfet en rappelant que Marwan Barghouti, lui, a bien été élu citoyen d’honneur de Stains il y a plusieurs années, et que le préfet de l’époque, se comportant plus normalement que son successeur Durand, n’y avait tout simplement rien trouvé à redire.

« On a donc Marwan Barghouti citoyen d’honneur de Stains à titre définitif, et ce droit devrait être refusé à sa femme ? M. le Préfet prétend probablement être soucieux des Droits de l’Homme, mais certainement pas des Droits de la Femme », a-t-il terminé.

Les jugements, mis en délibéré, seront rendus le 27 décembre.

Mais on peut s’attendre à de nouvelles étapes dans la campagne d’acharnement du préfet : on ne sera pas surpris, par exemple, d’une nouvelle requête, concernant à nouveau Salah Hamouri, qui a été fait citoyen d’honneur de Stains dimanche dernier, en présence d’un public nombreux et enthousiaste.

Azzedine Taïbi, sa majorité municipale et les habitants de Stains sont en tout cas des femmes et des hommes courageux : comme ils le disaient encore et à nouveau jeudi à la sortie de l’audience de Montreuil, « On lâche rien ! ».

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 9560