Accueil > Actualités

Elections israéliennes : Shlomo Sand, Amira Hass et Gideon Levy appellent à voter pour la liste arabe mardi

dimanche 15 septembre 2019

"Ce sera un vote de protestation, et une manifestation de solidarité avec nos concitoyens arabes en butte au racisme et aux discriminations de toutes sortes en Israel," à l’occasion d’élections "où l’extrême-droite qu’elle soit laïque ou religieuse est omniprésente, publie Gideon Levy dans Haaretz. Dans le même journal, Shlomo Sand se positionne également pour un vote en faveur de la Liste d’Union Arabe, étant donné que c’est "la seule formation à ne pas avoir les mains pleines de sang" et "à s’intéresser à la question de la paix et de la démocratie".


Leaders de la "Joint List" (Liste Unie) à Tel Aviv, le 20 août. Photo David Bachar

- Shlomo Sand, écrivain et historien israélien écrit notamment :

"Les Arabes israéliens sont la cible constante d’attaques, d’exclusion, et d’humiliation, et notamment dans cette campagne électorale ou aucun autre parti ne s’intéresse aux relations entre Israéliens et Palestiniens.

Une victoire de l’alliance Netanyahou-Ayelet Shaked-Betzalel Smotrich est à éviter à tout prix. Il faut se débarrasser d’un dirigeant corrompu, dont l’alliance avec l’extrême-droite nationaliste va accélérer le degré de pourriture morale de la politique israélienne, liée à la situation d’apartheid, et à la crise mondiale des valeurs qui ont amené des Trump, Erdogan, Orban, et autres au pouvoir.

Et il faut souligner que la Liste arabe unie est la seule à ne pas compter dans ses rangs des ministres de la défense qui ont tous, sans exception, développé l’occupation et la colonisation. C’est aussi la seule à offrir une vision pour un compromis historique juste entre le peuple israélien et le peuple palestinien."

- Gideon Levy, journaliste à Haaretz, publie ceci en ce dimanche 15 septembre (Extraits) :

"Très peu de Juifs israéliens peuvent s’imaginer ce que veut dire être un Arabe en Israël : les insultes dans la rue et dans les médias, chercher à louer un appartement à Tel Aviv, voir ses frères palestiniens sous la botte brutale de votre propre État. Votre langue est bafouée, votre identité foulée aux pieds, votre passé n’existe même pas, votre catastrophe (la Nakba) est niée, votre existence même est en susis, et vous restez toujours suspect, et accusé de représenter une cinquième colonne.

Cette campagne électorale a porté l’incitation à la haine à des sommets. Rien n’est plus populaire actuellement, plus unifiant que de semer la haine anti-Arabe, y compris de la part du Centre, qui a annoncé qu’il ne prendrait part à aucune coalition incluant des Arabes.
Les Kahanistes et les néo-Nazis sont considérés plus légitimes en Israël que les Arabes.
Et tout le monde se concerte pour savoir comment les exclure du parlement.
Tout le monde explique que, de toute manière, il ne serait pas question qu’ils occupent un poste de ministre de la défense ou des affaires étrangères. Pouvez-vous imaginer un autre pays au monde prenant de telles dispositions contre les Juifs ?

Avigdor Lieberman, n’a même pas été exclu du parlement israélien quand il a refusé de s’assoir à côté d’un membre de la Liste Unie. Que se passerait-il si un parlementaire américain ou européen refusait de s’assoir à côté d’un Juif ?

C’est pourquoi il est important de montrer à nos concitoyens arabes qu’ils ne sont pas seuls. Ils ont besoin de savoir que tout le monde n’est pas Gilad Erdan, le ministre de la sécurité. Le médecin arabe à l’hôpital, l’infirmière, la serveuse, l’ouvrier du bâtiment qui construit notre pays, doivent recevoir ce message, même si nous ne sommes que quelques dizaines de milliers de juifs à l’envoyer et à dire non à l’apartheid."

- Amira Hass, Correspondante Haaretz en Palestine occupée (Extraits)

Amira Hasse a quant à elle des ambitions plus modestes, ayant apparemment encore moins d’illusions sur les Juifs israéliens. Elle se contente de s’adresser aux électeurs palestiniens et leur demande de ne pas s’abstenir, ni boycotter ces élections, mais d’aller voter pour la liste arabe unie.

"C’est le seul parti dont l’existence même, malgré ses contradictions internes, représente une opposition face aux désirs d’expulsion finale des Palestiniens actuellement nourris par cette société juive israélienne aliénée et dangereuse.

Voter ne veut pas dire reconnaitre l’État qui vous a été imposé de force, mais le contraire : en votant vous obligez cet État et ses institutions à vous reconnaitre comme habitants autochtones de ce pays.

La droite, majoritaire aujourd’hui dans la nation juive-israélienne, veut un parlement débarrassé des représentants de la population palestinienne. Alors pourquoi se soumettre à ses vœux, pourquoi faire son jeu ? Pourquoi ne pas prendre la décision : faisons un doigt d’honneur à cette droite dangereuse par le biais d’une participation électorale plus élevée que d’habitude.

Leurs provocations et leurs mensonges à votre encontre ont pour but de vous faire disparaitre de l’espace public et de la vie politique. Une disparition qui faciliterait d’autres formes de disparitions...

Vous payez des impôts, et ces impôts contribuent aux opérations continuelles d’oppression et d’expropriation des deux côtés de la Ligne verte. (...)

Votre statut de citoyen vous permet non seulement d’exercer votre droit à la liberté de mouvement entre la mer et les rives du Jourdain, un droit dénié aux habitants de la Cisjordanie et de Gaza, il vous donne le droit de voyager à l’étranger. Vous connaissez bien la situation difficile des autres Palestiniens et la quasi impossibilité d’obtenir des visas pour se rendre en Europe aux USA, au Canada, ou en Asie.
Il s’agit de votre droit de plein droit, et non pas d’une faveur. Et c’est donc logique et naturel pour vous de ne pas l’abandonner.

Cet État ne vous représente pas, certes, et cela vous amène à refuser de participer aux élections, mais vous faites partie de la société. Aucun geste symbolique ne peut effacer cela. Je ne suis pas en train de me faire des illusions. La présence au parlement d’une forte liste de députés arabes ne pourra pas, en soi, mettre fin aux projets d’expulsion entretenus par les Juifs israéliens, comme le prouve la récente loi d’État-nation. Mais sans la présence forte de la Liste unie au Parlement, il sera beaucoup plus facile pour eux de mettre en œuvre le projet de votre expulsion finale."

Source : Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0