Adhésions et dons       CAPJPO-EuroPalestine en faits       Contact 
18 janvier 2014

Sauvegarde de la mémoire des réfugiés palestiniens

Pour la première fois, l’ONU dévoile au grand public ses archives audiovisuelles, tout nouvellement numérisées, sur les réfugiés palestiniens de 1948 à nos jours.

style='float:left; width:150px;'>
« C’est un projet important pour l’histoire de la Palestine et des Palestiniens, y compris ceux de la diaspora, pour défendre et préserver leur identité et contribuer à l’édification d’un patrimoine national », estime Filippo Grandi, commissaire général sortant de l’Agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA).

Depuis la naissance de l’Etat d’Israël et la première guerre israélo-arabe (1948-49), l’UNRWA a collecté plus d’un demi-million de photographies - 430.000 négatifs, 10.000 clichés papier et 85.000 diapositives - et 800 films et vidéocassettes sur les Palestiniens forcés à l’exode.

Ces archives, uniques, ont été inscrites en 2009 dans le registre « Mémoire du Monde » de l’Unesco. Symbole de modernité, le travail de numérisation est effectué à Amman et à Gaza, où une équipe de sept jeunes étudiants est mobilisée jusqu’à l’été prochain .L’UNRWA a reçu l’assistance technique du Danemark et de la France - via l’Institut national de l’audiovisuel (INA)- mais aussi financière du secteur privé palestinien.

Pour Georges Nehmeh, un des premiers photographes-cinéastes de l’agence onusienne, « chacune de ces photos fait partie de manière indélébile de l’histoire du Moyen-Orient ».

Né à Beyrouth, Georges Nehmeh, auteur d’un court documentaire sur le sujet, a même retrouvé 40 ans après certains des protagonistes qu’il avait photographiés dans les années 1970 à Khan Younès (bande de Gaza) et dans le camp de Baqaa, à la sortie d’Amman A côté de la délimitation des frontières, de la colonisation juive et de Jérusalem, la question des réfugiés de 1948 et des déplacés de 1967 est l’une des principales pommes de discorde entre Israël et les Palestiniens.

Lors de sa récente visite, le président français François Hollande a insisté notamment sur la nécessité d’une « solution réaliste » pour les réfugiés palestiniens. (Le "réalisme" à la sauce Hollande, c’est exaucer les voeux de l’occupant israélien et zapper le droit au retour des Palestiniens. NDLR)

La question des réfugiés est cruciale », répond Hanane Achraoui, une dirigeante palestinienne, « ils doivent avoir le droit de choisir » d’exercer ou non leur « droit au retour ».

"J’ai mon propre récit, ma propre histoire, mon propre héritage, je ne peux pas changer mon récit. Je n’en changerai jamais ! », a lancé Saëb Erakat le principal négociateur palestinien.

Source : http://www.liberation.fr/monde/2013/11/30/l-onu-veut-sauvegarder-la-memoire-audiovisuelle-des-refugies-palestiniens_963263

(Adapté et distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs Unis), le 17 janvier 2014) - WWW.PAJUMONTREAL.ORG

CAPJPO-EuroPalestine


Derniers articles dans la même rubrique