Header Boycott Israël

1972 : Qui sont les terroristes ?

Le 5 septembre 1972, un commando palestinien parvient à prendre en otages, à Munich, une douzaine d’athlètes israéliens représentant leur pays aux Jeux Olympiques…


Le 5 septembre 1972, un commando palestinien parvient à prendre en otages, à Munich, une douzaine d’athlètes israéliens représentant leur pays aux Jeux Olympiques, et présentent des revendications pour leur libération : libération de résistants palestiniens, reconnaissance du caractère illégal de l’occupation de la Palestine, etc.

Le gouvernement israélien refuse toute idée de négociations ; la police allemande intervient et tire dans tous les sens ; lorsque la fusillade s’arrête, tous les otages israéliens sont morts, et trois membres du commando palestinien survivants sont faits prisonniers (on ne saura sans doute jamais combien des 11 morts israéliens sont tombés sous les balles de la police allemande)

Depuis, la prise d’otages de Munich n’a cessé d’être présentée, par la presse israélienne et occidentale, comme le symbole suprême de la « barbarie du terrorisme arabe », pas même capable de respecter la « trêve » des Jeux Olympiques, « idéal de fraternité ».

C’est bien sûr faire bon marché du terrorisme d’Etat pratiqué par Israël depuis sa création. Mais c’est également faire mine d’oublier que dans l’escalade de la violence et le développement de nouvelles techniques de terreur, la « créativité » a toujours été, depuis les débuts du conflit, du côté israélien.

Ce sont ainsi les milices juives de l’Irgoun et de la Haganah qui, au Proche-Orient, ont fait les premiers attentats à la voiture piégée semant la mort dans la foule des villes palestiniennes, convaincues que les Arabes, trop « primitifs », ne seraient jamais capables de bricoler de tels engins. On connaît la suite.

Ce sont elles qui innovent, pendant la guerre de 1948, en empoisonnant les conduites d’eau de Saint-Jean d’Acre avec les germes de la typhoïde, provoquant une épidémie de cette maladie mortelle chez les habitants de la ville palestinienne assiégée.

Et qui se souvient que c’est l’aviation israélienne qui réalisa le premier acte de piraterie aérienne, avec l’interception, le 12 décembre 1954, au-dessus de la Méditerranée, d’un avion de ligne syrien, contraint ensuite de se poser à Tel-Aviv avec ses passagers ? La première tentative palestinienne de détournement d’avion ne devait intervenir que quinze ans après.

par CAPJPO-EuroPalestine


ENGLISH TEXT————————-

1972

Who are the terrorists ?

On 5 September 1972, at the Olympic Games in Munich, a dozen Israeli athletes were taken hostage by Palestinian commandos, demanding that the illegality of the Israeli occupation be recognized, and demanding the release of Palestinian resisters. The Israeli government flatly refused to negotiate. The German police intervened, with all guns firing; when the battle was over, all the Israeli hostages were dead and three surviving Palestinian commandos were taken prisoner. (We shall never know how many of the 11 Israelis were killed by the bullets of the German police.)

Since then, the hostage-taking in Munich has always been depicted by the press in Israel and in the West as the supreme symbol of « the barbarity of Arab terrorism », incapable even of respecting the traditional truce during the Olympic Games, the « ideal of brotherliness ».

This of course makes light of the state terrorism as practised by Israel since its creation. It also makes the pretence of forgetting that, in the escalation of violence, the ingenuity and invention of new terror techniques has always come from the Israeli side.

In the Near East, it was the Jewish militias of Irgun and Haganah who carried out the first car-bomb attacks, in the middle of Palestinian towns, believing that the Arabs were too primitive to ever be capable of making similar explosive devices. The rest is history.

It was Jewish militias who, during the 1948 war, came up with the idea of poisoning the water system of Saint-Jean d’Acre with the typhoid virus, thus causing a fatal epidemic of the disease among the Palestinians who were under siege.

And who recalls that the first act of air piracy was carried out by the Israeli air force, which intercepted on 12 December 1954 a Syrian civilian aeroplane and forced it to land at Tel Aviv with its passengers? The first Palestinian attempt to hijack an aeroplane did not happen until fifteen years later.

By CAPJPO-EuroPalestine