Header Boycott Israël

Amnesty International : Comment Israël met en danger les droits des Soudanais

Amnesty International apporte les preuves que l’entreprise israélienne, Verint Systems Ltd., a fourni au gouvernement soudanais des moyens d’interception des communications, malgré le risque élevé que ces moyens contribuent à des violations des droits humains. 

Amnesty International : Comment Israël met en danger les droits des Soudanais

« Le Service national de la sûreté (NSS) du Soudan du Sud recourt à une surveillance abusive pour terroriser les journalistes,  les militant.es et les personnes qui critiquent les autorités, créant un climat de peur intense et d’autocensure, indique Amnesty International dans un nouveau rapport. Intitulé « These Walls have Ears – The Chilling Effect fo Surveillance in South Sudan » (Ces murs ont des oreilles – L’effet glaçant de la surveillance au Soudan du Sud).

« La surveillance incontrôlée et illégale exercée par le NSS a un effet dissuasif sur la société civile et le militantisme pacifique. La menace de surveillance est une arme en soi – des personnes critiques à l’égard du gouvernement et des défenseur.es des droits humains nous ont dit vivre constamment dans la crainte d’être espionnés », a déclaré Deprose Muchena, directeur du programme Afrique de l’Est et Afrique australe à Amnesty International.

« Pourtant, nombre de militant.es sud-soudanais courageux continuent à défendre leurs droits et ceux d’autrui, bravant la surveillance, les tentatives d’intimidation et les actes de harcèlement. Il est temps que les autorités sud-soudanaises mettent fin aux pratiques illégales du NSS et permettent aux gens d’exercer leur droit à la liberté d’expression sans craindre des représailles. »

Depuis  juillet 2011, la liberté d’expression a été fortement restreinte, et le pays est considéré par la Commission des Nations unies sur les droits de l’homme au Soudan comme l’un des endroits les plus dangereux au monde pour les journalistes. Le gouvernement, essentiellement par le biais du NSS, recourt à des actes d’intimidation et de harcèlement, des arrestations arbitraires, des détentions prolongées, des actes de torture et d’autres mauvais traitements, des disparitions forcées et des exécutions extrajudiciaires pour réduire au silence les personnes qui le critiquent, les défenseur.es des droits humains et les journalistes.

Infiltration

Le NSS déploie des agents un peu partout au Soudan du Sud et dans les pays voisins, s’infiltrant à tous les niveaux de la société et dans la vie quotidienne. Il est obligatoire d’obtenir l’autorisation du NSS pour organiser des événements publics, ce qui étouffe la liberté de parole. Selon des informations crédibles et cohérentes émanant de nombreuses sources, des agents de renseignement ont infiltré les ONG, les médias, les sociétés de sécurité privée et les hôtels.

 Des agents du NSS ont également mentionné le contenu de conversations téléphoniques lors d’interrogatoires, et des enregistrements semblent avoir servi de base à des arrestations arbitraires.

Le NSS ne peut probablement surveiller les communications qu’avec la collaboration des prestataires de services de télécommunication. Un ancien employé de Vivacell, une entreprise de télécommunications qui a exercé des activités au Soudan du Sud jusqu’en mars 2018, a dit à Amnesty International que le NSS avait directement accès à tous les fournisseurs de services de télécommunication du pays par l’intermédiaire de moyens de surveillance provenant d’Israël et qui, à leur avis, relevaient de la catégorie des technologies à double usage.

Un ancien employé de l’entreprise de télécommunications MTN South Sudan a dit à Amnesty International que le NSS, en 2013, via une société israélienne, avait installé un « boîtier » dans son entreprise. L’installation de « boîtiers » pourrait être le moyen utilisé par les autorités, y compris par le NSS, pour obtenir un accès direct aux  données des prestataires de services.

L’ancien employé de Vivacell explique que le gouvernement sud-soudanais demandait à toutes les entreprises de télécommunication menant des activités au Soudan du Sud de payer Verint Systems Ltd, la filiale israélienne de la société américaine Verint Systems Inc., pour l’installation de cet équipement et une prestation annuelle de services.

Amnesty International a écrit à toutes les entreprises concernées au sujet de ces conclusions et n’a reçu de réponse que de MTN Group, qui a indiqué que les autorités et la législation sud-soudanaises exigeaient des entreprises de télécommunications qu’elles « répondent aux besoins d’interception légale » et a expliqué que MTN ne gérait pas ce système.

Amnesty International appelle les autorités sud-soudanaises à mettre fin au recours à la surveillance jusqu’à ce qu’un cadre réglementaire de protection des droits humains adapté ait été mis en place, et à ordonner de toute urgence l’ouverture d’enquêtes indépendantes sur les cas de surveillance illégale et autres violations des droits humains afin que les responsables présumés de ces agissements soient amenés à rendre des comptes.

Vive les technologies d’espionnage israéliennes !

Source : https://www.amnesty.be/infos/actualites/article/soudan-surveillance-abusive-generalisee-cree-climat-peur

CAPJPO-EuroPalestine