Header Boycott Israël

Un collier qui bloque tout un checkpoint en Palestine occupée

« Un bijou palestinien a fait des ravages au poste de contrôle militaire israélien de Qalandiya, situé entre Ramallah et Jérusalem. La panique parmi les soldats israéliens a commencé lorsqu’une Palestinienne de 18 ans est arrivée avec sa mère à ce poste de contrôle alors qu’elles rentraient chez elles à Jérusalem.

Un collier qui bloque tout un checkpoint en Palestine occupée

Un petit bijou, composé de pierres précieuses serties dans de l’argile métallique, sonnait à chaque fois qu’elle tentait de passer le test du détecteur de métaux. Normalement, la fille aurait retiré son bijou avant d’entrer. Cependant, ce n’était pas une option car son collier était cousu au vêtement qu’elle portait.

Les soldats ont paniqué pendant que le bip continuait. Ils ont repoussé la foule des voyageurs palestiniens. Toute l’opération cessa. Aucun mouvement n’était autorisé entre Jérusalem et Ramallah, à cause d’un petit bijou.

Ce qui a suivi était choquant. Je ne peux pas le décrire en détail, par respect pour la dignité de la jeune Palestinienne. Tout ce que je peux dire, c’est que la jeune femme et sa mère ont été détenues. J’ai insisté pour les rejoindre pendant cet épisode déchirant. Les soldats m’ont menacé et m’ont agressé verbalement. Un soldat a essayé de me repousser. J’ai refusé.

La fille a finalement été séparée de la mère. J’ai insisté pour savoir pourquoi. Mon cœur battait avec une peur énorme. Je sais ce qui se passe dans des moments comme ceux-ci. Il y a beaucoup d’histoires que les Palestiniens s’abstiennent de partager pour ne pas déshonorer leurs femmes.

Je me tenais avec la mère. Tout ce que j’entendais, c’était des soldats aboyer après la fille en hébreu : « Enlève ton chemisier ! ». L’ordre a été donné quatre ou cinq fois. Je ne sais pas comment la jeune femme a réussi à comprendre ce qu’ils voulaient d’elle. La jeune femme finit par émerger, silencieuse, confuse, humiliée. Nous sommes tous partis sans échanger un mot. Que dire dans ces situations ?

Alors que nous nous éloignions, j’ai regardé le mur militaire qui nous entourait, assiégeant un camp de réfugiés de l’autre côté, les nombreux nids-de-poule noirs et les restes de pneus brûlés que les Palestiniens enflamment pour protester contre l’humiliation quotidienne, de l’occupation, mais surtout à cause de les récentes attaques contre la mosquée Al-Aqsa, le quartier de Sheikh Jarrah et la guerre contre Gaza. »

Source : https://www.palestinechronicle.com/how-a-necklace-shut-down-an-israeli-military-checkpoint/

CAPJPO-EuroPalestine