Header Boycott Israël

La COP26 a ignoré la destruction systématique et délibérée de l’environnement palestinien par Israël

La COP26 a ignoré la destruction systématique et délibérée de l'environnement palestinien par Israël
La séance plénière d’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, ou COP26, qui s’est tenue à Glasgow, en Écosse. (Photo : UNclimatechange/Flickr/CC)

« Ceux qui ne savent pas comment Israël, en particulier l’occupation militaire israélienne de la Palestine, endommage activement et de manière irréversible l’environnement, pourraient arriver à la conclusion erronée que Tel-Aviv est à l’avant-garde de la lutte mondiale contre le changement climatique. La réalité est exactement le contraire », écrit Ramzy Baroud.

 » Dans son discours à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP26 à Glasgow, le Premier ministre israélien de droite Naftali Bennett a poussé la marque israélienne « d’innovation et d’ingéniosité » pour « promouvoir l’énergie propre et réduire les gaz à effet de serre ». Israël utilise cette marque particulière pour tout vendre, que ce soit pour se présenter comme le sauveur de l’Afrique, pour aider les gouvernements à intercepter les réfugiés en fuite, pour pousser des armes mortelles sur le marché mondial ou, comme Bennett l’a fait en Écosse, pour soi-disant sauver l’environnement.

Juste avant de rejeter à la hâte la rhétorique de Bennett comme des mots vides de sens, nous devons nous rappeler que certains adhèrent en fait à cette propagande israélienne, dont le milliardaire américain Bill Gates. Le lendemain du discours de Bennett, Gates a rencontré le Premier ministre israélien en marge de la COP26 pour discuter de la mise en place d’un « groupe de travail » pour étudier une coopération potentielle « entre l’État d’Israël et la Fondation Gates dans le domaine de l’innovation climatique, », a rapporté le journal Times of Israel. Selon le journal, Gates, qui avait affirmé lors de sa rencontre avec Bennett que seule l’innovation peut résoudre le problème du changement climatique, a déclaré : « C’est vraiment la raison pour laquelle Israël est connu ».

L’obsession de Gates pour « l’innovation », cependant, l’a peut-être empêché d’aborder d’autres problèmes pour lesquels Israël est également « connu » – à savoir, être le premier violeur des droits de l’homme au monde, dont les horribles antécédents d’apartheid et de violence raciale sont connus de tous. membre des Nations Unies. Cependant, il y a autre chose dont Gates pourrait également ne pas être conscient – la destruction systématique et délibérée de l’environnement palestinien, résultant de l’occupation israélienne de la Palestine et de l’appétit insatiable de Tel Aviv pour la supériorité militaire, donc une « innovation » constante.

Chaque acte qui est effectué pour renforcer l’occupation militaire consolide le contrôle colonial d’Israël et l’expansion des colonies juives illégales a un impact direct sur l’environnement palestinien.

Pas un seul jour ne passe sans qu’un arbre ou un verger palestinien ne soit incendié ou abattu. Le « nettoyage » de l’environnement palestinien est, et a toujours été, la condition préalable à la construction ou à l’expansion des colonies juives.

Pour que ces colonies soient construites, d’innombrables arbres doivent être « supprimés », ainsi que les Palestiniens qui les ont plantés. Au fil des ans, des millions d’oliviers et d’arbres fruitiers palestiniens ont été déracinés dans la soif constante d’Israël de plus de terres. L’érosion des sols dans de nombreuses régions de la Palestine occupée en dit long sur cet écocide épouvantable.

Mais cela ne s’arrête pas là, bien sûr. Pour que des centaines de colonies juives illégales – hébergeant une population de plus de 600 000 colons – survivent, un lourd tribut est imposé quotidiennement à l’environnement palestinien. Selon les recherches approfondies d’Ahmed Abofou, un chercheur juridique indépendant du groupe de défense des droits Al-Haq, les colonies israéliennes illégales « génèrent environ 145 000 tonnes de déchets ménagers par jour ».

Cisjordanie : eau polluée par les déchets israéliens

Abofou a rapporté que « rien qu’en 2016, environ 83 millions de mètres cubes d’eaux usées ont été pompés dans toute la Cisjordanie ». De plus, Israël contrôle presque totalement les ressources en eau palestiniennes. Il compte sur les aquifères de la Cisjordanie occupée pour supplanter ses besoins en eau, tout en refusant aux Palestiniens l’accès à leur propre eau. Selon Amnesty International, l’Israélien moyen reçoit 300 litres d’eau par jour, tandis qu’un Palestinien reçoit une part bien moindre de 73 litres. Le problème s’accentue lorsque l’on tient compte de l’utilisation de l’eau par les colons juifs illégaux. Le colon moyen consomme jusqu’à 800 litres par jour, tandis que des communautés palestiniennes entières pourraient se voir refuser une goutte d’eau pendant des jours et des semaines, souvent en guise de punition collective.

Le problème de l’eau n’est pas seulement celui du vol pur et simple, du refus d’accès ou de la répartition inégale des ressources en eau. C’est aussi celui du manque d’eau potable propre et salubre, un problème qui est souligné par les groupes internationaux de défense des droits humains depuis de nombreuses années. Le résultat de ces politiques injustes a contraint de nombreux Palestiniens « à acheter de l’eau apportée par camions » à des prix « allant de 4 à 10 USD le mètre cube », a constaté Amnesty International, soulignant que, pour les communautés palestiniennes les plus pauvres, « les dépenses en eau peuvent , parfois, représenter la moitié du revenu mensuel d’une famille.

Aussi grave que puisse paraître la situation, le sort de Gaza assiégé est bien pire que celui de la Cisjordanie occupée. La bande minuscule et surpeuplée est l’exemple parfait de la cruauté israélienne. Deux millions de Palestiniens y vivent, tout en étant privés des droits humains les plus élémentaires, sans parler de la liberté de mouvement. Depuis le blocus militaire israélien de Gaza en 2007, l’environnement de la région côtière est en constante détérioration. Avec peu d’électricité et des stations d’épuration bombardées, les Palestiniens ont été contraints de déverser leurs eaux usées non traitées dans la mer. L’eau souterraine de Gaza est maintenant polluée au point que 97 % de l’eau disponible est désormais non potable, selon les rapports des Nations Unies.

Jeune brûlé par des bombes au phosphore largées par Israël

C’est la partie visible de l’iceberg. De la destruction de puits palestiniens à l’empoisonnement d’arbres, à la démolition d’écosystèmes entiers pour faire de la place au mur d’apartheid d’Israël, à l’utilisation d’uranium appauvri dans ses diverses guerres contre Gaza, Israël s’est donné pour mission incessante de ruiner l’environnement de la Palestine dans toutes ses manifestations.

En vérité, M. Gates, c’est pour cela qu’Israël est « connu » pour quiconque se soucie d’y prêter attention. Permettre à Bennett de présenter son pays comme un sauveur potentiel de l’humanité, tout en validant Israël avec des investissements massifs dans « l’innovation », dénature – en fait, invalide – toute la campagne mondiale pour vraiment comprendre la nature du problème à résoudre. Ceux qui font du mal à la planète n’ont pas le droit de revendiquer le rôle d’être ses sauveurs. Israël, dans son état violent actuel, est l’ennemi de l’environnement, et c’est pour cela qu’il devrait vraiment être connu. »

Par RamzyBaroud

Source : Mondoweiss

CAPKO-EuroPalestine