Header Boycott Israël

« La menace est imminente mais ne vous y trompez pas, la voix de la justice est forte « 

« Je travaille pour Al-Haq (qui veut dire « le droit » ), indique l’un des membres des groupes palestiniens de défense des droits de l’homme récemment déclaré « organisation terroriste » par Israël. Des amis n’arrêtent pas de demander ce que cela fait d’être membre d’une « organisation terroriste ». Je réponds toujours : cela veut dire que nous faisons quelque chose de bien, raconte Shahd Qaddura.

"La menace est imminente mais ne vous y trompez pas, la voix de la justice est forte "
Des Palestiniens participent à une manifestation contre la décision israélienne de déclarer six groupes palestiniens de défense des droits humains comme « organisations terroristes », dans la ville de Gaza le 10 novembre 2021. (Photo : Mahmoud Nasser/APA Images)

« Bien que cette désignation entraîne des répercussions dangereuses, cette attaque n’est pas surprenante. En fait, c’est ce que l’on attend d’un régime d’apartheid colonialiste. Cette dernière escalade ne doit pas être comprise dans le vide. Il représente la continuation de décennies de campagnes de diffamation et de délégitimation ciblant les organisations de la société civile palestinienne et les défenseurs des droits humains, orchestrées par les autorités d’occupation israéliennes et activement soutenues par leurs organisations affiliées notoires. Inhérent à son régime de colonisation et d’apartheid, Israël a, depuis sa fondation, visé à dominer et à contrôler le peuple palestinien indigène. Ses politiques et pratiques généralisées et systématiques d’exécutions extrajudiciaires, de châtiments collectifs, de raids militaires, de détentions arbitraires, de torture et autres mauvais traitements, et de surveillance 24h/24 et 7j/7, entre autres, en font toujours la preuve.

Au contraire, cela montre que toute forme de résistance des Palestiniens à leur oppression est interdite par Israël. Même lorsqu’ils utilisent le droit international, qui est lui aussi intrinsèquement lié à l’héritage colonial, les Palestiniens sont étiquetés comme des « terroristes ». Les Palestiniens savent que le colonisateur trouvera toujours un moyen d’opprimer et de contourner les protestations contre ses actions hideuses.

Ce que les sionistes devraient comprendre, c’est que les colonisés, inébranlables et résilients, ne se reposeront pas tant que la libération et la justice ne seront pas atteintes.

Exprimer des « inquiétudes » et ne rien faire

Beaucoup de choses ont été dites depuis l’annonce de la désignation, mais peu de choses ont été faites. Nous sommes habitués à ce que la communauté internationale exprime ses préoccupations, mais aussi frustrés à ce qu’elle ne contextualise pas les causes profondes de la lutte palestinienne et ne prenne des mesures concrètes.

Mon espoir et ma confiance reposent sur les peuples du monde plutôt que sur leurs gouvernements. Appeler les choses par leur nom. Aborder la réalité vécue des Palestiniens sous l’apartheid israélien. Reconnaître que l’apartheid d’Israël est un outil pour maintenir sa domination coloniale sur le peuple palestinien. Exiger la fin du statu quo.

Avec sa culture d’impunité dont il jouit illégalement, Israël continue son « business as usual ». Depuis l’annonce de la désignation et l’émission de l’ordre militaire, les forces d’occupation israéliennes ont abattu Mohammad Da’das, un Palestinien de quinze ans, et ont continué à fournir protection et soutien aux colons israéliens qui attaquaient les Palestiniens. La puissance occupante a en outre approuvé la construction de plus de 3 000 nouvelles unités de colonisation en Cisjordanie occupée, continue de détenir 5 grévistes de la faim palestiniens qui protestent contre leur détention administrative, en vertu de laquelle environ 500 Palestiniens sont actuellement détenus sans inculpation ni jugement, et persiste dans ses plan de nettoyer ethniquement les Palestiniens du quartier de Jérusalem de Sheikh Jarrah, afin de les déporter de force, et de les remplacer par des colons israéliens illégaux.

Nous faisons quelque chose de bien Je n’ai pas rejoint Al-Haq parce que je croyais qu’en tant qu’organisation de la société civile, elle « donne la parole aux sans-voix ». Je pense que cette déclaration est absurde. Les Palestiniens et tous ceux qui sont opprimés ont une voix. C’est juste l’oppresseur qui essaie de faire taire ces voix et la communauté internationale qui refuse d’écouter. J’ai plutôt rejoint Al-Haq parce que je reconnais l’importance de documenter les violations des droits humains et de remettre en question l’impunité d’Israël. Israël veut la fermeture des organisations de défense des droits humains. Et moi aussi, mais pas tout de suite. La seule différence est qu’Israël veut qu’ils soient fermés pour n’avoir personne sur ses talons lorsqu’il commet des crimes internationaux et des violations des droits de l’homme. J’espère qu’un jour, Al-Haq et toutes les autres organisations de défense des droits de l’homme en Palestine ne seront plus nécessaires, car les auteurs seront tenus de rendre des comptes, car les violations des droits de l’homme ne seront plus commises en toute impunité, car la Palestine sera libre et nous pourrons enfin profiter de notre droit à l’autodétermination. Malheureusement, nous n’en sommes pas encore là. Jusque-là, notre voix de la justice restera forte. »

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Mondoweiss

CAPJPO-EuroPalestine