Header Boycott Israël

« Comment l’occupation nuit non seulement aux Palestiniens, mais aussi à la planète », par Amira Hass

Des constructions inutiles, un double réseau routier, des trajets rallongés par des postes de contrôle et de l’asphalte au détriment des espaces ouverts : la politique d’Israël en Cisjordanie et à Gaza a un prix vert Le pollueur n°1 dans les territoires palestiniens occupés est le contrôle même qu’Israël exerce sur la terre et l’entreprise de colonisation.

"Comment l'occupation nuit non seulement aux Palestiniens, mais aussi à la planète", par Amira Hass

Ce n’est pas une citation textuelle, mais c’est l’esprit de ce que le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a déclaré lors du sommet environnemental COP26 à Glasgow la semaine dernière. Sa présence a à peine gagné une mention dans les médias mondiaux, et encore moins dans les médias israéliens, démontrant une fois de plus à quel point la question palestinienne est devenue marginale dans l’agenda mondial. Mais cela ne fait pas moins de mal à l’environnement.

De nombreuses études et articles sur les conditions environnementales dans la bande de Gaza et en Cisjordanie établissent un lien avec la politique israélienne. Il s’agit notamment d’un article détaillé de l’ONU de 2020, de rapports de l’organisation juridique palestinienne Al-Haq au fil des ans et d’un article publié par le groupe de réflexion pan-palestinien Al-Shabaka en 2019 (« Le changement climatique, l’occupation et une Palestine vulnérable » ). Pourtant, il est difficile de quantifier la contribution totale au réchauffement climatique par les actions du gouvernement israélien et des civils dans les territoires conquis en 1967.

0 de Jérusalem en Cisjordanie.Crédit : Ohad Zwigenberg

Le rapport du contrôleur de l’État sur l’échec d’Israël à réduire les émissions de gaz à effet de serre ne mentionne même pas les territoires. Il ne discute pas non plus de la projection effrayante de l’ONU faite en 2012, selon laquelle la bande de Gaza deviendrait inhabitable d’ici 2020 si Israël ne change pas fondamentalement sa politique envers cette enclave. Près de deux ans se sont écoulés depuis le « délai » fixé par l’ONU, et rien de substantiel n’a changé. L’ONU a dû sous-estimer l’énorme aptitude des Gazaouis à la résilience. Pourtant, une phrase clé du rapport du contrôleur met en lumière l’ignorance israélienne de la contribution de l’occupation à la pollution locale et mondiale. Il se lit comme suit : « Dans une situation de conflit ou de conflit potentiel entre les principaux objectifs des ministères du gouvernement et l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les ministères accordent la priorité à la promotion des objectifs au cœur de leur compétence ministérielle par rapport à la réduction des émissions – sauf au Ministère de la protection de l’environnement…”

De plus, des milliers de mètres carrés en Cisjordanie sont recouverts d’asphalte ne servant à rien à des fins civiles : des « routes de sécurité » autour des colonies, au détriment des pâturages et des terres agricoles palestiniennes, et des routes pavées le long de la barrière de séparation tordue, exclusivement pour l’utilisation de véhicules militaires. En plus de cela, des arbres sont déracinés, des terres agricoles sont détruites et l’accès aux terres agricoles en Cisjordanie et dans la bande de Gaza est refusé, en raison de la violence des colons et dans l’intérêt de l’expansion des colonies et de leurs infrastructures.

Augmenter les émissions

De plus, les restrictions de circulation et les diverses interdictions d’aménagement s’ajoutent aux émissions de gaz à effet de serre. Les distances et les temps de conduite entre les enclaves palestiniennes et entre les sous-enclaves – c’est-à-dire des villages voisins à leur métropole de district – s’allongent, en raison des points de contrôle permanents et transitoires et des zones interdites aux Palestiniens, telles que les colonies et les blocs de colonies. Plus de temps derrière le volant signifie, plus de consommation de carburant et plus d’émissions.

Checkpoint d’Huwwara bloqué à l’entrée principale de Naplouse

Non seulement il y a eu une augmentation générale du nombre de voitures sur la route : des embouteillages sont causés aux points de contrôle le long de la route et aux entrées de la ville. Les véhicules qui rampent dans les embouteillages polluent plus que la conduite continue à vitesse de croisière. Une étude menée en 2018 par l’institut palestinien de recherche appliquée Arij a révélé que 80 millions de litres de carburant sont gaspillés en Cisjordanie chaque année en raison des embouteillages aux postes de contrôle, de la fermeture des zones aux voitures palestiniennes et de la nécessité d’emprunter des routes de contournement. Cela, selon l’étude, se traduit par 196 000 tonnes d’émissions de CO2 supplémentaires par an.

L’étude estime également que 60 millions d’heures de travail sont perdues par an, pour un coût de 270 millions de dollars.

Israël contrôle toutes les ressources en eau du pays, mais ne considère pas la bande de Gaza comme une partie géographique naturelle de celle-ci, ce qui signifierait qu’il devrait avoir une part des ressources en eau, comme le font les communautés juives du désert, par exemple. La bande de Gaza doit donc se contenter du bout d’aquifère côtier à l’intérieur de ses frontières artificielles, qui ne fournit pas suffisamment d’eau pour une population de deux millions d’êtres humains. Après avoir été surpompé pendant 30 ans, l’aquifère est devenu contaminé par des infiltrations de salinité et d’eaux usées. Environ 96 pour cent de son eau est considérée comme impropre à la consommation et doit être purifiée dans des installations spéciales. Cette purification consomme une immense quantité de carburant chaque jour, puis l’eau purifiée est acheminée vers les maisons, produisant encore plus d’émissions. Connecter Gaza au système national d’eau d’Israël (qui utilise d’énormes quantités de ressources de Cisjordanie) aurait été plus juste pour les Palestiniens et pour le climat mondial.

En Cisjordanie, Israël rationne les quantités d’eau que les Palestiniens peuvent puiser et utiliser. En raison des petites quantités, le débit dans les canalisations est faible et l’eau ne parvient pas à atteindre de nombreux quartiers et villages palestiniens situés à des altitudes relativement élevées. Encore une fois, la solution est gourmande en carburant : transporter l’eau dans des camions-citernes, qui la « alimentent » dans des citernes sur le toit et des points d’eau.


Village palestinien de Cisjordanie de Khirbet Zanuta le mois dernier. Crédit : Emil Salman

Israël refuse également de permettre à des dizaines de villages et de communautés de bergers, principalement dans la vallée du Jourdain et les collines du sud d’Hébron, de se connecter au système d’approvisionnement en eau. Ces communautés palestiniennes pauvres doivent dépendre de l’eau transportée par camion et tracteur, pour laquelle elles paient cinq fois plus sinon plus, et c’est avant de calculer les dommages causés à l’écologie.

Tendances néolibérales

Le contrôle d’Israël confine les pouvoirs et les options de développement des Palestiniens à des enclaves isolées sans contiguïté territoriale. L’Autorité palestinienne a encouragé et encourage les tendances néolibérales qui nuisent à l’environnement, telles que l’augmentation du consumérisme, y compris celui des voitures. Mais son statut subjugué et inférieur rend difficile la réflexion et la planification à long terme, y compris par des éléments qui épousent des attitudes économiques respectueuses de l’environnement.

La réduction des émissions passe par le développement des transports publics sans rapport avec des considérations de profit. Mais, même si l’Autorité palestinienne n’était pas ruinée, un projet comme un système de train entre les villes palestiniennes est rendu impossible en raison de la fragmentation par l’occupation du territoire en poches isolées, sans aucune autorité sur la terre au-delà d’elles. L’amélioration des options de transport public existantes telles que les bus et les minibus nécessite de subventionner les entreprises privées et municipales et d’augmenter le salaire des chauffeurs, en tenant compte des dépenses supplémentaires liées à l’attente aux points de contrôle et à l’utilisation de routes de contournement plus longues ; De plus, davantage de lignes de bus sont nécessaires, fonctionnant pendant des heures plus longues. Les solutions pour réduire les embouteillages pérennes en ajoutant des sorties des villes (et en construisant des voies de transport public dans chaque quartier) vont de limitées à inopérantes. Cela est dû aux colonies et à leurs plans d’expansion, aux règles de planification discriminatoires de l’administration israélienne et à l’exigence de l’appareil de sécurité que le nombre d’entrées et de sorties des villes palestiniennes soit aussi limité que possible.

Le contrôle d’Israël sur la terre, les ressources en eau et la planification dans plus de 60 % de la Cisjordanie ne permet pas à l’Autorité palestinienne de rationaliser la distribution de l’eau : c’est-à-dire de détourner l’eau par des canalisations des zones fertiles (par exemple – Jéricho) vers d’autres , comme Bethléem.

Le contrôle israélien et les interdictions de planification rendent également plus difficile pour l’Autorité palestinienne de déplacer les zones industrielles « sales » des zones résidentielles et d’étendre les limites de la ville sur la base de considérations environnementales.

En outre, l’Autorité palestinienne est limitée dans sa capacité à sensibiliser le public aux problèmes de protection de l’environnement immédiat et à long terme, et est géographiquement limitée dans sa capacité à faire respecter les lois et réglementations existantes – par exemple en empêchant l’enterrement des déchets israéliens et autres déchets contre de l’argent sur les terres des villages palestiniens.

La division palestinienne interne entre Gaza et la Cisjordanie, le Hamas et le Fatah, développée et approfondie par la politique israélienne d’isolement et de déconnexion de Gaza, limite également le développement et la mise en œuvre d’une planification et d’une réflexion environnementales palestiniennes à long terme. »

Par Amira Hass

Source Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine