Header Boycott Israël

Desmond Tutu, un ardent partisan du boycott d’Israël, ce que la presse servile se garde bien de dire…

Desmond Tutu, un ardent partisan du boycott d'Israël, ce que la presse servile se garde bien de dire...

L’archevêque sud-africain Desmond Tutu, militant aux côtés de Mandela contre l’apartheid dans son pays, prix Nobel de la Paix en 1984, vient de mourir à l’âge de 90 ans.

Les médias en parlent, y compris en boucle comme sur France Info, mais en se gardant bien d’évoquer ses positions on ne peut plus claires sur le régime d’apartheid israélien, et ses appels réitérés à le boycotter, lui et ses produits, une sanction des citoyens du monde entier qui avait permis de mettre fin à la ségrégation en Afrique du Sud.

Ci-dessous, quelques-uns des appels de Desmond Tutu :

« Il y a un quart de siècle, j’ai participé à des manifestations contre l’apartheid qui avaient rassemblé beaucoup de monde. Je n’aurais jamais imaginé que nous assisterions de nouveau à des manifestations d’une telle ampleur, mais celle de samedi dernier à Cape Town fut au moins aussi importante. J’ai demandé à la foule de chanter avec moi : « Nous sommes opposés à l’injustice de l’occupation illégale de la Palestine. Nous sommes opposés aux assassinats à Gaza. Nous sommes opposés aux humiliations infligées aux Palestiniens aux points de contrôle et aux barrages routiers. Nous sommes opposés aux violences perpétrées par toutes les parties. Mais nous ne sommes pas opposés aux Juifs. »

Plus tôt dans la semaine, j’ai appelé à suspendre la participation d’Israël à l’Union Internationale des Architectes qui se tenait en Afrique du Sud.

J’ai appelé les soeurs et frères israéliens présents à la conférence à se dissocier activement, ainsi que leur profession, de la conception et de la construction d’infrastructures visant à perpétuer l’injustice, notamment à travers le mur de séparation, les terminaux de sécurité, les points de contrôle et la construction de colonies construites en territoire palestinien occupé. »

  • Le 18 mars 2009, évoquant les « longues décennies d’occupation israélienne des territoires palestiniens », l’archevêque sud africain Desmond Tutu, s’est exprimé publiquement à l’occasion de la dixième semaine internationale contre l’apartheid israélien :

« J’ai été témoin des routes et des maisons réservées aux Juifs, et de l’humiliation infligée de manière systématique par l’armée israélienne aux femmes, aux hommes et aux enfants palestiniens », a-t-il déclaré dans un communiqué diffusé par l’agence de presse Reuters.

« Leur humiliation nous est familière à nous Noirs sud-africains qui avons été réprimés, harcelés et insultés par les forces de sécurité du gouvernement d’apartheid. »

« En Afrique du Sud, nous n’aurions pas pu parvenir à une démocratie sans l’aide des gens du monde entier qui ont lutté de manière non violente, par le biais du boycott et du désinvestissement. Et ce sont les mêmes questions d’inégalité, d’injustice qui motivent aujourd’hui le mouvement de boycott et désinvestissement, qui vise à mettre un terme à une occupation des terres palestiniennes qui se poursuit depuis des décennies ».

« Les peuples dont on nie la dignité et les droits méritent la solidarité des autres êtres humains. Ceux qui se taisent face à cette injustice la perpétuent. Se dire neutre face à une situation injuste, c’est en fait choisir le camp de l’oppresseur. Peu importe où nous vivons et en quoi nous croyons. Nous sommes tous membres de la même famille, la famille humaine, la famille de Dieu ».

  • En août 2009, l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, rappelle que « Pas plus que l’Afrique du Sud, Israël n’obtiendrait la sécurité par les armes, mais seulement à condition de reconnaître et respecter tous les droits de l’homme ».

Et il en profitait pour approuver les récents propos de l’opposant israélien Neve Gordon, en faveur du boycott de son pays. Il a rappelé la nécessité de sanctions contre Israël, et l’importance particulière du boycott sportif, ainsi que son efficacité pour combattre le régime d’apartheid en Afrique du Sud. « Comme nous vivions dans un pays entiché de sport, cela a permis de toucher les gens ordinaires. Cela a été l’un des outils psychologiques les plus puissants ».

Il a également souligné la « nécessité de frapper le régime d’apartheid au portefeuille, comme cela a été le cas en Afrique du Sud avec l’embargo sur les armes et le boycott économique. »

Ce sont, a-t-il déclaré, ces sanctions qui ont « donné de l’espoir à notre peuple en lui montrant que le monde s’en souciait ».

Lors de sa visite au village de Bil’in où se tiennent chaque semaine des manifestations contre le mur, il a fait le parallèle avec l’Afrique du sud “du temps où nous devions passer les check-points et où nous étions à la merci de l’arbitraire le plus total des policiers », tout en soulignant : « Toutefois, nous ne subissions pas de châtiments collectifs, tels que les démolitions de maisons sous prétexte que l’un de ses habitants soit soupçonné de ‘terrorisme‘ ».

L’archevêque Desmond Tutu a également accusé les organisations juives aux États-Unis, « d’intimider tous ceux qui critiquent l’occupation en les qualifiant d’antisémites ». Il a rappelé comment ces lobbies avaient fait annuler ses interventions dans les universités américaines.

(http://www.haaretz.co.il/hasen/spages/1110762.html)

  • En octobre 2010, Desmond TUTU appelle la troupe d’Opéra de son pays à ne pas se rendre en Israël

« Ne vous rendez pas en Israël ». Tel est l’intitulé de l’appel lancé par cet archevêque anglican qui a joué un rôle déterminant dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud.

Il s’est adressé à la troupe d’opéra de la ville du Cap pour lui demander de ne pas se produire en Israël en raison de la discrimination exercée par cet Etat à l’égard des Palestiniens. « Repoussez votre tournée jusqu’à ce que les amateurs d’opéra palestiniens et israéliens puissent avoir les mêmes droits d’accéder sans entrave à vos représentations » , a-t-il fait valoir. (

  • En mai 2013, Desmond Tutu s’en prend à L’UEFA qui a décidé d’attribuer à Israël le prochain tournoi de foot des moins de 21 ans. Il adresse, avec le footballeur Frédéric Kanouté, à Platini dans une lettre de protestation publiée par le quotidien britannique The Guardian et intitulée « L’UEFA insensible à la souffrance des Palestiniens ».
  • Les signataires font savoir à quel point ils sont « choqués que les membres de l’UEFA aient pris la peine de se réunir vendredi pour discuter de la manière de combattre le racisme et les discriminations au sein du football, sans aborder le problème des discriminations patentes infligées par Israël aux sportifs et sportives palestiniens. »« Récompenser Israël pour son comportement cruel et illégal, malgré les nombreuses interventions d’associations et de personnalités, est une grave marque de mépris. » poursuivent-ils, en demandant à l’UEFA de « cesser de blanchir les crimes israéliens, et de suivre l’exemple courageux du célèbre physicien, qui à la demande de ses collègues palestiniens, a refusé de participer à une conférence internationale en Israël. »

    http://www.guardian.co.uk/football/2013/may/27/uefa-insensitivity-to-palestinians-plight

    • En juin 2016, Desmond Tutu demande que Marwan Barghouti reçoive le prix Nobel de la paix

    « La nomination de Marwan Barghouti, un symbole de la lutte de libération du peuple palestinien, serait un signal fort pour la réalisation des droits inaliénables du peuple palestinien, y compris son droit à l’autodétermination. J’appelle les membres du comité norvégien du prix nobel à saisir cette occasion pour attirer l’attention sur la question de la Palestine et de son droit à une paix juste et durable, dont Marwan Barghouti continue à se faire l’avocat, malgré ses années d’emprisonnement et d’isolement », a dit Desmond Tutu.

    Dans sa lettre, il dénonce l’emprisonnement depuis 15 ans, du parlementaire Marwan Barghouti et des autres prisonniers politiques palestiniens par Israël, comme une attaque au droit et à la démocratie et une volonté de briser les efforts de tout un peuple pour sa liberté et son indépendance ».

    • En janvier 2021, Desmond Tutu écrit : « Joe Biden devrait mettre fin au mensonge des USA sur les armes nucléaires secrètes d’Israël »

    « Cette couverture doit cesser — et avec elle, les sommes énormes d’aide à un pays qui mène une politique d’oppression contre les Palestiniens » déclare l’archevêque sud-africain Desmond Tutu.

    « Tous les gouvernements récents des Etats-Unis se sont livré à un rituel pervers lorsqu’ils sont entrés en fonction. Tous ont accepté de saper la législation des Etats-Unis en signant des lettres secrètes disant qu’ils ne reconnaîtront pas quelque chose que tout le monde connaît : qu’Israël a un arsenal d’armes nucléaires.

    • En fait, dès 2002, l’archevêque écrivait un texte faisant le parallèle entre la situation d’apartheid en Afrique du Sud et celle qui sévit en Palestine.
      Contre l’occupation des territoires palestiniens, il appelait l’opinion publique internationale à exercer une « pression déterminée », en pratiquant notamment le boycott des produits israéliens et des institutions israéliennes.

    « La fin de l’apartheid demeure une des réalisations suprêmes du siècle passé, écrivait-il le 19 octobre 2002, mais nous n’aurions pas réussi sans l’aide de la pression internationale -en particulier le mouvement de boycott des années 80. Le mouvement de boycott contre l’apartheid sud africain a été insufflé par des gens ordinaires de la base. Des militants ont informé leurs partisans, des syndicalistes ont fait pression sur les actionnaires de leurs compagnies et les Consommateurs ont questionné leurs commerçants. Les étudiants ont joué un rôle particulièrement important en contraignant les universités à changer leurs Portefeuilles. Finalement, les institutions ont fermé le bouchon financier et le gouvernement sud-africain a dû remettre en question sa politique.

    Morale semblable et pressions financières sur Israël sont réunies point par point.

    Beaucoup de sud-africains commencent à reconnaître les similitudes avec ce que nous avons traversé. Ronnie Kasrils et Max Ozinsky, deux héros juifs de la lutte anti-apartheid, ont publié récemment une lettre ouverte intitulée « pas en mon nom « . Signée par plusieurs centaines d’autres personnalités juives d’Afrique du sud, la lettre tire une analogie explicite entre l’apartheid et la politique d’occupation israélienne. Mark Mathabane et Nelson Mandela ont signalé aussi la pertinence de l’expérience sud-africaine.

    Si l’apartheid a pris fin, alors cette occupation peut finir aussi, mais la force morale et la pression internationale devront être tout autant déterminées. L’effort en cours du boycott est fondamental ».

    CAPJPO-EuroPalestine