Header Boycott Israël

Israël prend d’assaut la mosquée Al-Aqsa, et frappe des fidèles palestiniens pour faire place aux colons juifs

Tout ce long week-end de Pâques et de Ramadan, les raids se sont succédé sur la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est, avec des des policiers israéliens lourdement armés frappant des Palestiniens avec des matraques, tirant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur la foule, et enfermant des fidèles dans les salles de prière.

Israël prend d'assaut la mosquée Al-Aqsa, et frappe des fidèles palestiniens pour faire place aux colons juifs

Des soldats de l’occupation israélienne sont postés sur le toit de la mosquée Al-Qibli à l’intérieur de l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa et ouvrent le feu sur les fidèles palestiniens :

Des séquences vidéo prises à l’intérieur de l’enceinte ont été largement partagées sur les réseaux sociaux, alors que les Palestiniens dénonçaient l’usage de la force par Israël contre les fidèles, venus prier sur le lieu saint pendant le mois sacré du Ramadan. Des images, vite censurées par Facebook montrent les forces israéliennes frappant un père devant son fils et malmenant des fidèles pendant qu’ils priaient afin de les forcer à quitter l’enceinte.

Les médias locaux ont rapporté que les forces israéliennes ont également tiré des gaz lacrymogènes sur l’ancienne salle de prière d’al Qibli. Des séquences vidéo ont également montré des gens criant et frappant sur les fenêtres de la salle de prière, après que les forces israéliennes les eurent enfermés à l’intérieur.

Haaretz fait état de brutalités sur des femmes, des enfants, mais aussi des journalistes présents sur les lieux, l’un ayant eu le bras cassé avec une matraque, tandis qu’un autre autre clip vidéo largement diffusé montre un officier frapper à plusieurs reprises et blesser le photographe Rami Khatib.

« L’utilisation des matraques par la police a augmenté après que le commandant de la force a assoupli les règles qui la régissent » fait remarquer le quotidien israélien.

« On a recensé 152 Palestiniens blessés par des balles et par l’inhalation de gaz lacrymogène. Deux des blessés sont dans un état grave. Trois policiers ont été légèrement blessés. Les affrontements se sont poursuivis pendant environ six heures, à la fin desquelles la police a autorisé les fidèles à revenir », informe Haaretz. Mais Les forces d’occupation ont empêché les ambulanciers d’entrer dans la mosquée AlAqsa pour prodiguer les premiers soins aux Palestiniens qui ont été blessés.

545 colons israéliens ont été autorisés à entrer sur le site d’al-Aqsa le dimanche, et 561 ont fait irruption dans ce même lieu saint musulman ce lundi, avec l’aide des forces d’occupation qui ont attaqué et arrêté de nombreux fidèles.

Dans ce contexte, les images de Palestiniens courageux et impassibles devant la force brutale et les exactions israéliennes, ont marqué les exprits sur les réseaux sociaux (vous ne voulez quand même pas que ce soient les médias aux ordres qui les diffusent ?)

Manifestations tout le week-end dans toute la Palestine., contre ces violations et cette répression :

  • En Cisjordanie, comme à Naplouse, Hébron , Birzeit ou Al-Najjah
  • A l’intérieur d’Israël : à Nazareth, comme à Haïfa, ou en encore dans la ville d’Arraba.

Des centaines de Syriens ont également pris part à un rassemblement organisé dimanche soir dans la ville d’Idlib, dans le nord de la Syrie, pour protester contre l’attaque israélienne contre l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.

Et des Turcs ont organisé une veillée dans la ville de Konya après avoir effectué la prière du Fajr pour protester contre la répression israélienne.

Parmi de nombreuses personnalités, la députée américaine Ilhan Omar s’est élevée publiquement contre cette attaque vicieuse.

D’autant plus vicieuse, que comme le note l’écrivain – journaliste palestinien Majd Kayyal, l’objectif du régime colonial israélien est moins de contester une religion que d’essayer d’effacer l’identité palestinienne. « C’est une guerre israélienne de contrôle de la ville de Jérusalem, et le nettoyage ethnique actuellement en cours dans la ville vise à maintenir une démographie juive à Jérusalem. 300.000 Palestiniens habitent à Jérusalem-Est aujourd’hui. On constate que le principal outil des autorités israéliennes pour essayer de les faire partir est de détruire les lieux de vie sociale des Palestinien.ne.s, c’est à dire les lieux où ils se réunissent, notamment Al Aqsa et la Vieille Ville, dont la porte de Damas. »

Pour rappel, suite à l’occupation illégale par Israël de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie en 1967, un accord a été signé avec la Jordanie, autorisant les visites non musulmanes, mais pas de culte non musulman, sur le site. Malgré cet accord, les colons et les forces israéliennes attaquent régulièrement l’enceinte, souvent pendant les fêtes juives, déclenchant des protestations et entraînant la répression violente des fidèles palestiniens.

Source : Mondoweiss, Quds News, Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine