Header Boycott Israël

Les femmes au cœur de la résistance de Beita

Pendant 100 jours, les Palestiniens de Beita ont campé sur une montagne pour perturber la reconstruction d’un avant-poste de colons israéliens.

Malgré les raids, les attaques, les morts et les blessés, les habitants palestiniens de la ville cisjordanienne de Beita près de Naplouse organisent des manifestations contre l’armée d’occupation et contre la colonie d’Eviatar construite sur leurs terres, le 29 juin 2021. (Oren Ziv/Activestills)

Amaal Abu Shamsa a lancé un collectif de femmes pour soutenir la résistance populaire au mont Sabih, à environ trois kilomètres de Beita.

Lorsque les manifestations ont commencé il y a près d’un an, les hommes de Beita, qui abrite environ 18 000 habitants, ont décidé de maintenir une présence constante sur la montagne, qui surplombe également les villages palestiniens de Yatma et Qabalan. Ils ont utilisé les médias sociaux pour diffuser des images 24 heures sur 24 des manifestations, à la fois pour obtenir plus de soutien de toute la Palestine et pour maintenir le contact avec les gens du village, y compris pour demander de l’eau à boire.

Amaal Abu Shamsa a été l’une des premières à répondre à ces demandes. Avec un ami, elle traverse régulièrement le chemin rocheux dans sa voiture pour livrer de l’eau et des collations aux jeunes du mont Sabih.

Puis le collectif s’est agrandi et davantage de femmes se sont réunies dans une grande salle de bal qui était généralement utilisée par la famille d’Abu Shamsa comme lieu de mariage. Ils ont préparé de la nourriture et ont reçu des dons d’autres familles, notamment du pain, de la viande, du yaourt, des dattes, du riz et parfois de l’argent.

Les femmes au cœur de la résistance de Beita
Amaal Abu Shamsa à Beita, en Cisjordanie occupée, le 19 avril 2022. (Ahmad Al-Bazz)

Les repas étaient livrés à midi et à minuit. Elle était le point focal, connectant et coordonnant l’approvisionnement, les opérations et la distribution entre les femmes et les résistants. Ensemble, ils ont préparé 250 repas par jour sur une période de 100 jours .

Lorsque davantage de groupes de solidarité ont rejoint les rassemblements les vendredis, les femmes ont collectivement préparé pas moins de 3 500 repas ces jours-là.

Quelque 50 jours après le début des manifestations sur le mont Sabih, les femmes ont décidé de donner un nom à leur initiative : « Aqal Wajib », un idiome arabe qui signifie « le moins que nous puissions faire ».

« Nous avons appris de la résistance à Gaza », dit Amaal.

La lutte des habitants de Beita contre les tentatives des colons israéliens d’établir un avant-poste sur les terres du village a rapidement attiré l’attention des médias internationaux, notamment en raison de l’utilisation par l’armée israélienne de tirs réels pour réprimer les manifestations. Dix Palestiniens ont été tués sur le mont Sabih depuis mai 2021, dont Muhammad Hamayel, 16 ans, et Ahmad Bani Shamsa, 15 ans, et plusieurs dizaines d’autres ont été blessés par des balles réelles.

Des Palestiniens jettent des pierres et évitent les gaz lacrymogènes tirés par des soldats israéliens dans la ville cisjordanienne de Beita, lors d’une manifestation contre l’avant-poste de la colonie d’Eviatar, le 18 juin 2021. (Oren Ziv)

« Les colons n’ont pas le droit de vivre ici », dit Shadi (un pseudonyme demandé par souci pour sa sécurité), un jeune de 24 ans de Beita. Pour lui, l’avant-poste d’Eviatar représente l’implantation d’un groupe hostile au milieu des villages palestiniens. « Ce n’est pas comme s’ils venaient en paix ! Ils ne sont pas les bienvenus. » Résister à l’établissement de l’avant-poste, dit-il, est « notre devoir national pour la protection des générations futures ».

Shadi est certain que la résistance des habitants de Beita est la raison pour laquelle l’avant-poste a finalement été évacué. « Nous étions quotidiennement sur le mont Sabih », dit-il. « Nous avons appris de la résistance à Gaza à utiliser des lumières, des pointeurs laser, du feu et des klaxons comme tactique pour la confusion nocturne. » Cependant, il craint que l’accord ne soit qu’une ruse pour permettre l’autorisation future de l’avant-poste.

« Ce n’est toujours pas fini », dit Shadi, décrivant le projet de construire une yeshiva (école religieuse) là-bas comme « l’ongle de Joha » – un proverbe arabe faisant référence à une excuse déraisonnable pour rester. « C’est ainsi qu’ils calment les colons, gagnent du temps et finissent par légaliser [l’avant-poste] », ajoute-t-il. Ziv) L’évacuation initiale de l’avant-poste colonial a entraîné une baisse de l’intensité de la résistance populaire sur le mont Sabih, ainsi que d’autres facteurs, notamment l’arrivée d’un hiver particulièrement froid, la reprise de l’année scolaire et la perte de vies humaines aux mains de l’armée israélienne.

Un sentiment général de fatigue s’est répandu sous le poids de l’escalade de la violence des colons soutenus par l’État, des mesures punitives de l’armée israélienne et d’une Autorité palestinienne en proie à la corruption et ne montrant aucun intérêt à soutenir un mouvement national. Mais pendant les trois mois de résistance 24 heures sur 24, Abu Shamsa est certaine que le travail du collectif de femmes a contribué à soutenir les protestations.

Actuellement, le collectif de femmes est passé à des activités plus sociales dans le village : rendre visite aux familles des blessés et faire preuve de solidarité envers ceux qui ont perdu des êtres chers par des visites et la préparation de nourriture.

Amaal Abu Shamsa a suivi une formation intensive de secouriste et se porte désormais volontaire comme ambulancière locale, parfois pour deux quarts de suite.

Khitam Dweikat, un autre membre du collectif, estime que l’opportunité présentée par la lutte de Beita n’avait pas atteint son plein potentiel. Elle et Abu Shamsa en attribuent une grande part au parti Fatah (qui dirige l’Autorité palestinienne), qui a promis de financer les activités du collectif mais n’a payé que la moitié de son allocation promise.

Khitam Dweikat à Beita, en Cisjordanie occupée, le 19 avril 2022. (Ahmad Al-Bazz)

Dweikat, mère de deux jeunes garçons, est une autre des rares femmes qui travaille à l’extérieur de la maison à Beita. Avocate, son travail est principalement axé sur les litiges financiers et immobiliers, mais représente surtout les femmes. « Les femmes comme nous qui essayons d’aider notre ville natale, surtout en période de tension et d’affrontements, sont les plus vulnérables, car c’est nous qui avons défié les normes sociales et sacrifié beaucoup pour sortir », dit-elle.

La famille et les amis pleurent lors des funérailles de Muhammad Hamayel, 17 ans, à Beita, près de Naplouse, en Cisjordanie occupée, le 11 mars 2020. (Nasser Ishtayeh/Flash90)

Dweikat s’est présentée aux récentes élections municipales. « Je veux servir, je me fiche d’être connue », dit-elle. « Mon but est d’aider les femmes à réaliser de petits projets », poursuit Dweikat. « Je soutiendrai des femmes comme nous, en particulier celles qui sont marginalisées et celles qui ont un handicap. » Quant à la résistance populaire sur le mont Sabih : « Je veux continuer à soutenir, même si nous [nous contentons] de fournir aux combattants des dattes et du yaourt frais ».

Par Fatima AbdulKarim, une journaliste basée à Ramallah. Twitter @FatiabdulFatima

CAPJPO-EuriPalestine