Header Boycott Israël

Victoire BDS : General Mills se défait de sa filiale israélienne !

General Mills, conglomérat américain spécialisé dans l’agroalimentaire, et 6ème groupe mondial dans ce domaine, avec un portefeuille de plus de 100 marques, et un chiffre d’affaires de plus de 17,6 milliards de dollars en 2020, vient d’annoncer renoncer à sa filiale israélienne.

Victoire BDS : General Mills se défait de sa filiale israélienne !

Pillsbury, propriété de General Mills, connu pour sa pâte à biscuits, ses brioches à la cannelle et d’autres friandises, fabrique des produits de boulangerie surgelés dans une colonie israélienne.

L’usine se trouve dans la zone industrielle d’Atarot, dans les territoires palestiniens occupés, et a été classée par l’ONU dans la liste des 112 entreprises violant le droit international et encourageant la colonisation.

Depuis deux ans, une campagne de boycott et de pressions est menée aux USA contre ce grand groupe, ce qui vient de l’amener à se débarrasser de cette encombrante filiale « israélienne », en vendant les 60 % de parts qu’il possédait dans cette firme illégale.

Un rapport de 2019 publié par Al-Haq, documentait l’impact de l’usine sur les Palestiniens vivant encore dans la région. « Quand ils versent la farine [dans les mélangeurs qui sont à l’extérieur], la farine entre dans notre maison. Parfois, les sacs de farine débordent dans la maison », expliquait un habitant.

La campagne de boycott intitulée « No Dough For the Occupation » (jeu de mots car « dough » signifie à la fois la pâte alimentaire et le « fric ») de l’AFSC (American Friends Service Committee) a été soutenue par des organisations de défense des droits humains comme American Muslims for Palestine et Jewish Voice for Peace, ainsi que l’Ainsworth United Church of Christ à Portland, Oregon.

Elle a également été approuvée –ce qui est assez rare pour être souligné– par cinq membres de la famille Pillsbury, qui ont publié un éditorial de Star Tribune en avril 2021 appelant au boycott de Pillsbury. : « Nous sommes fiers de voir notre nom de famille associé à des produits vendus dans le monde entier. Mais en ces temps, nous ne pouvons plus en toute conscience acheter des produits portant notre nom. »

Source : Mondoweiss

CAPJPO-EuroPalestine