Header Boycott Israël

La résurgence de la résistance armée en Cisjordanie

Partagez:

« La Cisjordanie et Jérusalem sont « en feu ». C’est un terme que nous voyons de plus en plus utilisé dans les médias sociaux, les nouvelles et les articles d’opinion parlant des événements actuels dans les territoires palestiniens occupés. Alors, que se passe-t-il exactement en Cisjordanie occupée et à Jérusalem en ce moment, et pourquoi ? », s’interrogentMariam Barghouti et Yuma Patel dans Mondoweiss.

Qu’est-ce qui rend cette situation différente de ce que nous avons vu dans l’histoire récente, et qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir de la résistance palestinienne à l’occupation israélienne et au colonialisme de peuplement ?

La résurgence de la résistance armée en Cisjordanie
Des militants palestiniens lèvent leurs armes lors d’un service commémoratif de Mohammed al-Azizi et Abdul Rahman Sobh, qui ont été tués par les forces israéliennes le 24 juillet 2022, à Naplouse, le 2 septembre 2022. (Photo : Shadi Jarar’ah/APA Images)

Les dernières semaines ont vu une intensification notable de la répression israélienne contre les Palestiniens en Cisjordanie, ciblant à la fois les civils ordinaires dans leurs maisons et leurs villages, et les combattants et groupes de la résistance armée. Simultanément, des colons armés ont terrorisé les communautés palestiniennes à travers la Cisjordanie, souvent en présence et sous la protection de l’armée israélienne. La répression actuelle et la résistance à celle-ci font partie d’une campagne plus vaste de plusieurs mois pour réprimer la résistance palestinienne croissante, en particulier la résistance armée, qui a connu une résurgence dans certaines régions de Cisjordanie.

itants palestiniens de la Brigade de Jénine participent à une conférence de presse, dans le camp de réfugiés de Jénine, au nord de la Cisjordanie, le 1er mars 2022. (Photo : Ahmed Ibrahim/APA Images)

La montée de la résistance palestinienne face à une répression brutale

Depuis début octobre, les forces israéliennes ont tué 19 Palestiniens – dont quatre adolescents et enfants – principalement lors de raids nocturnes et d’opérations d’arrestation. Alors que l’armée, la police et les services de renseignement israéliens, à la demande du Premier ministre israélien Yair Lapid, intensifient leur dernière campagne, la résistance palestinienne aux tactiques de l’occupation a augmenté, parallèlement aux craintes palestiniennes de la violence israélienne.

Au cours des deux dernières semaines, deux soldats israéliens ont été tués dans des fusillades distinctes : l’un à un poste de contrôle militaire à l’extérieur du camp de réfugiés de Shu’fat à Jérusalem, et l’autre à un poste militaire dans la région de Naplouse, au nord de la Cisjordanie. Notamment, les deux tireurs s’en sont sortis vivants – un événement peu commun à la lumière de la politique de l’armée israélienne de tirer pour tuer. Dans la chasse à l’homme pour retrouver les tireurs, les forces israéliennes ont adopté un certain nombre de mesures de punition collective, notamment des fermetures généralisées de routes affectant tout le district de Naplouse et le blocus de quartiers entiers comme Shuafat et la ville voisine d’Anata. Le blocus de Shu’fat et des quartiers environnants a déclenché une vaste campagne de désobéissance civile dans les quartiers de Jérusalem.

Les protestations en faveur de la campagne de désobéissance civile à Jérusalem se sont multipliées dans la bande de Gaza assiégée, où les Palestiniens se sont joints aux appels à la poursuite de la confrontation avec l’appareil militaire israélien. Dans le même temps, au milieu de la saison des fêtes juives, les colons israéliens ont intensifié leurs attaques contre les Palestiniens et leurs biens en Cisjordanie, sous la supervision et la protection des forces israéliennes. Les raids nocturnes, la répression meurtrière des manifestations, les politiques de punition collective et la violence croissante des colons n’ont pas réussi à étouffer la résistance palestinienne. Les informations faisant état de manifestations et d’affrontements quotidiens avec les forces israéliennes à Jérusalem et en Cisjordanie ont persisté, tandis que le groupe de résistance palestinien basé à Naplouse, Areen Al-Usud (Antre des lions), a continué de gagner la faveur du public, car il revendique la responsabilité pour avoir multiplié les opérations armées contre les positions militaires israéliennes en Cisjordanie.

Que signifie « l’opération briser la vague » pour les Palestiniens ?

La campagne à grande échelle coordonnée par l’armée et les services de renseignement israéliens contre les Palestiniens se concentre sur Naplouse et Jénine en Cisjordanie, et sur la ville de Jérusalem. Sans surprise pour les Palestiniens, cette récente intensification des attaques par Israël s’appuie sur les actions des années précédentes. « La [vieille ville] est ce qu’elle était », a déclaré Basil Kittaneh, chercheur et résident de la vieille ville de Naplouse, où des groupes de résistance armés en plein essor, dirigés principalement par des jeunes non affiliés à aucun parti politique, ont élu domicile. «Chaque jour, les résidents se préparent à l’attente de quelque chose. Chaque nuit, les sons des drones bourdonnent et les gens ne dorment pas et sont dans un état de peur », a-t-il déclaré. Après le pic de l’Intifada de l’unité de l’été dernier, un changement imprévu a été engendré par l’unification des Palestiniens au-delà des frontières – dont les effets continuent de se produire à l’heure actuelle. Alors que les Palestiniens se sont soulevés collectivement l’année dernière, ils ont également été punis collectivement, y compris les Palestiniens de nationalité israélienne. En mai 2021, la police israélienne a lancé « l’opération Law and Order » (La loi et l’ordre), qui ciblait les Palestiniens de nationalité israélienne qui participaient aux activités de l’Intifada Unity – en particulier ceux qui avaient ouvert le feu sur des lynchages israéliens qui avaient envahi les quartiers palestiniens et attaqué ses habitants.

Du jour au lendemain, des milliers de Palestiniens de nationalité israélienne ont été arrêtés comme une forme de punition collective, ce que l’appareil de sécurité israélien appelle la «dissuasion».

Des manifestants palestiniens brûlent des pneus lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes à la suite d’un rassemblement de soutien aux prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, au poste de contrôle militaire de Huwara près de la ville cisjordanienne de Naplouse, le 8 septembre 2021. (Photo : Stringer/APA Images)

Dirigée par le chef d’état-major de l’armée israélienne Aviv Kochavi en tandem avec le Premier ministre israélien, la campagne Break the Wave (Briser la vague) , qui dure depuis des mois, implique que les forces israéliennes ne sont pas confinées à un seul espace géographique, et ciblent plutôt tout le monde – pas seulement ceux qui résistent, mais ceux qui montrent des signes potentiels de résistance. « Les habitants [de la vieille ville] sont en alerte toute la nuit », a expliqué Kittaneh à Mondoweiss. « Dans l’ensemble, il y a une adhésion à la résistance, mais la punition collective est appliquée dans tout Naplouse. »

Résistance sans communication organisée

Tout comme l’armée israélienne ne se limite pas à la géographie, la confrontation palestinienne ne l’est pas non plus. Ce mois d’août a vu une nouvelle dynamique entre Gaza et la Cisjordanie, où contrairement à la dernière décennie, Gaza est devenue une force de médiation pour désamorcer la résistance en Cisjordanie. « Toute personne libre et digne du monde se tiendra à nos côtés », a déclaré le combattant de la résistance S. à Mondoweiss en septembre alors que les bruits de coups de feu des forces de l’Autorité palestinienne, qui se sont déployées pour écraser simultanément les groupes de résistance croissants à Naplouse, ont été entendus. au loin.


Des militants palestiniens masqués arrivent pour tenir une conférence de presse pour protester contre le meurtre de trois de leurs camarades par les forces israéliennes, dans la ville cisjordanienne de Naplouse, le 10 février 2022. (Photo : Shadi Jarar’ah/APA Images)

Bien que certaines villes palestiniennes soient devenues les principales cibles de la dernière campagne d’Israël, l’attaque de l’armée et des services de renseignement israéliens est collective. Plus de 5 292 Palestiniens ont été arrêtés depuis janvier, selon la Société des prisonniers palestiniens. Sur 100 arrestations, 14 concernent des enfants et des mineurs, dont 766 détenus depuis janvier.

La résistance palestinienne oscille entre la résistance armée et la résistance populaire non armée, qui s’est étendue à l’engagement des Palestiniens dans la diaspora et en exil. De cette façon, la fragmentation de l’identité palestinienne par Israël continue d’être contestée et interrompue. Étant donné que cette année a été l’une des plus meurtrières en termes de violence des colons pour les Palestiniens depuis 2005, les Palestiniens sont désormais confrontés à un kaléidoscope de répression. Parallèlement à l’intensification des arrestations, l’armée israélienne multiplie intentionnellement les assassinats extrajudiciaires ciblés de Palestiniens, notamment de résistants. Cela a entraîné la mort de plus de 160 Palestiniens rien qu’en Cisjordanie (49 autres tués à Gaza lors de l’attaque d’août).

Le rôle de l’Autorité palestinienne dans la répression de la résistance

Alors qu’Israël poursuit sa campagne contre les groupes de résistance palestiniens, le gouvernement et les forces armées israéliennes ont trouvé un partenaire éprouvé dans leur répression : l’Autorité palestinienne. Le 19 septembre, les forces de sécurité de l’AP, qui maintiennent la politique controversée de coordination sécuritaire avec les Israéliens, avaient attaqué la ville de Naplouse et arrêté deux résistants palestiniens, Musaab Shtayyeh, 30 ans, et Ameed Tbeileh, 21 ans, le premier étant devenu le successeur non officiel à Ibrahim al-Nabulsi, le « Lion de Naplouse », après son assassinat au début de l’été. Au cours des raids, qui ont déclenché de violents affrontements à Naplouse et un tollé contre l’AP dans toute la Cisjordanie, les forces de sécurité de l’AP ont tué Firas Yaish, 55 ans. Pour une grande partie du public palestinien, l’attaque de l’AP contre les combattants à Naplouse était une attaque contre la résistance palestinienne, et n’était qu’un autre exemple de l’AP faisant le sale boulot d’Israël. L’attaque ciblée contre la résistance à Naplouse est intervenue près d’une semaine après que Lapid et Kochavi ont parlé d’une communication accrue avec l’armée israélienne et les forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne pour cibler la résistance palestinienne.

La mainmise israélienne sur la Cisjordanie dépend en grande partie de la facilitation fournie par l’Autorité Palestinienne pour surveiller, cibler, arrêter les militants et détourner l’engagement politique palestinien du discours de libération. Au cours des derniers mois de 2021 et des premiers mois de cette année, l’Autorité palestinienne a entrepris une campagne à grande échelle contre l’opposition politique, notamment en ciblant les étudiants universitaires et les jeunes qui critiquent ou contestent la légitimité de l’Autorité palestinienne.

Pas plus tard que l’année dernière, le 24 juin 2021, les forces de sécurité de l’AP avaient envahi le domicile du candidat au Conseil législatif palestinien Nizar Banat, le battant à mort devant sa femme, Jihan, et leurs quatre enfants. Aucune responsabilité n’a été rendue pour ce crime d’assassinat extrajudiciaire, que sa femme a décrit à Mondoweiss comme « plus proche de la torture ».

Alors que Kochavi jurait l’escalade, le Premier ministre Yair Lapid s’exprimait aux Nations unies en suggérant une relance de la solution à deux États, s’adressant au peuple palestinien en disant : « nous pouvons construire votre avenir ensemble, à la fois à Gaza et dans la Cisjordanie », mais seulement si les Palestiniens sont désarmés et « prouvent que le Hamas et le Jihad islamique ne vont pas prendre le contrôle de l’État palestinien [que l’AP] veut créer ».

En juillet de cette année, avant que le président américain Joe Biden ne se rende dans la région, de hauts diplomates du Département d’État ont effectué de fréquentes visites dans la région. Cependant, la plupart des réunions avec des représentants palestiniens se sont concentrées sur Majed Faraj et Hussein Al-Sheikh. Tous deux sont commandants dans les affaires palestiniennes de sécurité préventive et d’administration civile, et bien que largement impopulaires parmi le public palestinien, ils se positionnent comme des successeurs potentiels du président vieillissant, Mahmoud Abbas.

Le discours israélien actuel signale non seulement la probabilité d’une escalade de la violence contre les Palestiniens d’une manière similaire à l’opération Bouclier défensif au début des années 2000, mais aussi le paternalisme d’Israël envers les Palestiniens.

La Cisjordanie a été démilitarisée sous l’Autorité Palestinienne depuis la fin de la deuxième Intifada, mais il semble maintenant que ce n’était que temporaire. Alors que des groupes comme Areen al-Usud continuent de gagner en puissance et en influence populaires, l’AP renforcera probablement sa coordination sécuritaire avec Israël pour s’assurer que les armes utilisées contre l’occupation israélienne ne se retournent pas demain contre l’AP. Reste à savoir si le grand public palestinien choisira de se rallier à ces groupes de résistance armés émergents et de transformer le moment actuel en un soulèvement à part entière.

Les effets de ces groupes se font certainement sentir – à la fois sur les réseaux sociaux et dans la rue. Sans aucun changement en vue concernant l’expansion des colonies et le vol de vies, de terres et de ressources palestiniennes, la réalité actuelle de la Palestine a par nécessité donné lieu à de nouveaux modes de pensée et d’action. Tant que les Palestiniens resteront sous la botte du colonialisme israélien, ils continueront à résister et à se tailler de nouveaux espaces qui leur permettront de crier collectivement « STOP ! ».

Source : Mondoweiss

CAPJPO-EuroPalestine

Partagez: