Header Boycott Israël

Le chantage a l’antisémitisme a du plomb dans l’aile !

« Qualifier Israël de régime d’apartheid n’a rien à voir avec l’antisémitisme mais décrit ce qui se passe dans la réalité », selon Amos Goldberg, un éminent professeur de l’Holocauste à l’Université hébraïque de Jérusalem occupée.

Goldberg a fait ce commentaire en réponse à une déclaration antérieure du commissaire allemand à l’antisémitisme, Felix Klein, qui a déclaré que l »’application du cadre de l’apartheid pour discuter du traitement des Palestiniens par Israël est un récit antisémite ».

Dans une interview accordée au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung [FAZ], Goldberg a rejeté les remarques de Klein et a déclaré : « Accuser Israël d’apartheid n’est pas antisémite – cela décrit la réalité »..

USA : autre avancée antisioniste

Des groupes pro-israéliens ont accusé l’Université de la ville de New York (CUNY) d’antisémitisme pour avoir embauché l’éminent professeur Marc Lamont Hill au poste de professeur présidentiel d’éducation urbaine.

Hill est connu pour ses propos pro-palestiniens. En 2018, il a déclaré qu’il soutenait « une Palestine libre du fleuve à la mer » et a appelé les pays à boycotter et à se désinvestir d Israël..

CNN avait licencié Hill après que ses propos eurent suscité les critiques de certains conservateurs et de fervents partisans d’Israël. Mais en 2023, il est réembauché…

De plus en plus difficile de ne pas reconnaître le racisme et l’apartheid d’Israël

Les déclarations et les actes racistes sont désormais tellement fréquents en Israël, qu’ils parlent d’eux-mêmes.

Ainsi, le député sioniste religieux israélien Zvi Souccot vient de déclarer : « Une fois que les Palestiniens auront compris qu’aucun État palestinien ne sera établi ici, la motivation pour commettre des actes terroristes diminuera. »

Le chantage a l'antisémitisme a du plomb dans l'aile !

Quant aux attaques contre les lieux de culte musulmans et chrétiens ils se multiplient en Israël, montrant la véritable nature de ce régime.

  • Les forces d’occupation israéliennes brisaient en début de semaine les fenêtres de la mosquée Al-Shibli dans la ville d’Hébron, en Cisjordanie occupée.

Et les chrétiens ne sont pas en reste.

  • A l’occasion de la « fête de la Transfiguration », le 19 août dernier, la police israélienne a empêché des milliers de fidèles chrétiens de visiter une église en Galilée, sur le mont Tabor, et cela malgré une coordination préalable.

Seules quelques dizaines de pèlerins ont réussi à atteindre l’église, tandis que des milliers d’autres ont été contraints de rester au pied de la montagne. Quelque 3000 chrétiens étaient arrivés en Israël spécifiquement pour participer aux célébrations de cette fête. Selon Basim Asfur, président du Conseil de la communauté chrétienne orthodoxe de Nazareth, l’événement a été coordonné avec la police deux semaines plus tôt. « Le conseil a été informé qu’il n’y aurait aucun problème à organiser l’événement, a-t-il déclaré, ajoutant : « Ce qui est exaspérant, c’est que la date était connue à l’avance ; c’est une fête célébrée à la même date chaque année et nous avons reçu il y a deux semaines des réponses claires disant que nous n’aurions aucun problème. »

Les chrétiens évangéliques étatsuniens, qui financent grassement Israël pourraient s’en émouvoir un jour ?

CAPJPO-EuroPalestine