Header Boycott Israël

Un ancien SS ukrainien honoré au Canada, en présence de Zelensky

Lorsque le Président de « l’Autorité Palestinienne » Mahmoud Abbas a proféré récemment des insanités sur les martyrs du génocide nazi, suggérant que les juifs avaient été quelque peu responsables de leur propre malheur, le monde entier a réagi. Fort bien.

Un ancien SS ukrainien honoré au Canada, en présence de Zelensky
Zelensky et Trudeau applaudissant l’ancien SS

Mais qui s’est ému de la scène abjecte qui a eu pour cadre le parlement canadien vendredi dernier, lorsque cette assemblée, en présence du président ukrainien Volodymyr Zelensky et du Premier ministre canadien Justin Trudeau, a réservé un accueil triomphal à un ancien des Waffen SS, non repenti, bien au contraire ? s’insurge à juste titre Ali Abuminah sur le site Électronic Intifada.

Yaroslav Hunka, aujourd’hui âgé de 98 ans, s’était enrôlé pendant la Deuxième Guerre mondiale dans les forces nazies. Plus précisément, au sein de la 14ème division des Waffen SS Galizien (Galicie, ouest de l’Ukraine actuelle), qui s’illustra à partir de 1943 dans des massacres de populations civiles, notamment polonaises, ukrainiennes et juives (ou ce qu’il en restait, tant la politique d’extermination menée par l’Allemagne nazie avait fait de ravages depuis l’invasion de la région en 1941). Après avoir été laminés par l’armée soviétique en 1944, les survivants de la Galizien avaient été évacués vers l’Ouest avec le reste des armées allemandes en retraite.

Hunka, qui avait réussi à se réfugier au Canada après 1945, ne renie pas son passé. Pas plus que de nombreux autres anciens SS ukrainiens et leurs descendants établis au Canada, où une série de monuments à la gloire de leurs « exploits » passés ont été érigés sans émouvoir les autorités de ce pays.

C’est bien Hunka qui a publié ses propres « souvenirs de guerre », comme en témoigne la photo ci-dessous.

Hunka, au milieu du premier rang, avec ses comparses de la 14ème division des Waffen SS

Hunka avait été invité vendredi à la Chambre des Communes du Canada, à Ottawa, à l’occasion de la réception de Zelensky. C’est d’ailleurs le président de cette Assemblée, Anthony Rota, qui l’a présenté, en des termes carrément négationnistes.

« Nous avons aujourd’hui parmi nous un vétéran ukrainien, qui a combattu les Russes pendant la Deuxième Guerre mondiale, et qui continue de soutenir l’Ukraine. Je vous demande de l’applaudir », a déclaré Rota, les parlementaires, Trudeau et Zelensky se levant alors unanimement ou presque pour saluer le vieillard. Sans surprise, pas un mot sur le camp que Yaroslav Hunka avait choisi de servir, celui d’Hitler et de l’Allemagne nazie.

A noter, enfin, que les dirigeants israéliens eux-mêmes ne se gênent pas pour fréquenter leurs homologues ukrainiens si complaisants avec le passé nazi. On a ainsi vu, la semaine dernière à New York, où se tenait l’Assemblée Générale des Nations-Unies, une accolade chaleureuse entre le président Zelensky et le patron du Mossad David Barnea, suggérant que les deux individus se connaissent depuis un certain temps.

CAPJPO-EuroPalestine