Header Boycott Israël

La participation d’Israël au nettoyage ethnique des Arméniens

Depuis la deuxième décennie du XXIe siècle, Israël aide l’Azerbaïdjan à commettre des crimes de guerre et à vaincre les Arméniens du Haut-Karabakh, souligne le quotidien Haaretz dans son éditorial.

« Israël entretient une relation stratégique avec les Azéris qui comprend des ventes d’armes d’une valeur de plusieurs milliards de dollars, découlant à la fois de la guerre menée par Israël contre l’Iran et du fait qu’il achète une partie importante du pétrole dont il a besoin à l’Azerbaïdjan. », explique le journal israélien.

La participation d'Israël au nettoyage ethnique des Arméniens

 « Dans le passé, les liens sécuritaires entre les deux pays restaient discrets. Mais ces dernières années, l’Azerbaïdjan a fièrement exposé des armes israéliennes, notamment des missiles et des drones suicides, lors de ses défilés militaires. Il a également révélé qu’une usine produisant des drones suicides israéliens existe sur le sol azéri, et a une nouvelle fois publié des vidéos officielles dans lesquelles ses forces sont vues en train d’utiliser des armes israéliennes. 

Le 6 mars, Haaretz a rapporté qu’au cours des sept dernières années, 92 avions cargo azéris ont atterri sur la base aérienne d’Ovda – le seul aérodrome à partir duquel des explosifs peuvent être exportés. En outre, un drone suicide israélien a été documenté en train d’attaquer une batterie antichar en Arménie même. (Haaretz, 15 mars 2021).

 Haaretz a également rapporté que des journalistes et des militants de l’opposition azéris ont été surveillés par le logiciel espion Pegasus de NSO (25 mai 2023).

Tout au long de cette période, Israël n’a pas seulement fourni des armes à l’Azerbaïdjan. Cela l’a également aidé à déformer l’histoire. Lors d’une procédure judiciaire en 2020, le ministère des Affaires étrangères a admis que le refus d’Israël de reconnaître le génocide arménien – qu’il définit simplement comme une « tragédie » – provenait en partie de ses relations avec le gouvernement azéri. Dans le même temps, Israël soutient également la campagne menée par l’Azerbaïdjan pour la reconnaissance internationale du « génocide de Khodjaly », que les Arméniens auraient perpétré contre les Azéris. Certes, il existe des histoires contradictoires sur ce qui s’est passé lors de la bataille de Khojaly pendant la première guerre du Haut-Karabakh de 1992. Mais il y a une chose sur laquelle la communauté internationale s’accorde sur cette question : aucun génocide n’a eu lieu là-bas, selon la définition acceptée de ce terme. 

Ce qui se passe au Haut-Karabakh n’est pas le premier cas de nettoyage ethnique qui porte l’empreinte d’Israël. La persécution des Rohingyas au Myanmar et des musulmans pendant la guerre de Bosnie ne sont que deux exemples parmi tant d’autres. Israël devrait déduire de l’histoire du peuple juif que lorsque l’on mélange des quantités massives d’armes avec une distorsion de l’histoire, c’est la recette du désastre », conclut l’éditorial de Haaretz.

CAPJPO-EuroPalestine