Header Boycott Israël

Le front libanais : une autre épine dans le pied d’Israel

Si elle n’est pas totalement déclarée, la guerre entre Israël et le Liban se poursuit à « bas bruit » depuis des semaines.

AEn début de semaine, Israel lançait deux attaques contre les régions de Jabal Blat et Wadi Hamul dans les régions du sud du Liban.

Le Hezbollah avait de son côté revendiqué la responsabilité d’avoir ciblé la caserne de Ramim avec deux missiles Burkan, la touchant directement. Et Israël avait effectué 4 raids en représailles sur Baalbek.

Ce à quoi le Hezbollah a répondu par une centaine de roquettes sur le plateau du Golan occupé. On parle du plus grand nombre de tirs de roquettes depuis le Liban vers « Israël » depuis 2006.

 Au cours des derniers jours, le Hezbollah libanais a assumé la responsabilité de 21 opérations au cours desquelles il a attaqué les positions des forces israéliennes, causant des dégâts et faisant des victimes.

Le maire de « Kiryat Shmona », Avichai Stern, a admis aux médias que 25 à 40 % des colons qui ont été évacués de sa colonie à cause du Hezbollah ne reviendront pas, car ils ont obtenu des appartements à « Tel Aviv » ou à l’extérieur de l’entité.

 Les Israéliens se précipitent pour acheter des générateurs électriques de peur qu’ils ne soient coupés en cas de guerre généralisée avec le Hezbollah.

« En faisant un petit effort et à un coût acceptable, le Hezbollah réussit à dépeupler le nord d’Israël, et chaque jour qui passe sans décision ne fera que perpétuer son succès et augmenter la possibilité que de nombreux habitants du nord n’y vivront plus jamais. », a écrit l’analyste militaire israélien Alon Ben David

Tandis que les gouvernements occidentaux redoutent cette escalade, le ministre fasciste de l’Insucurité Nationale Itamar Ben-Gvir pousse au crime et demande au ministre israélien de la « défense » de declencher une vraie guerre contre le Liban.

CAPJPO-Europalestine