Header Boycott Israël

Marwan Barghouti battu, isolé, affamé et laissé sans soin en prison

Partagez:

Un reportage du Guaridan par Ruth Michaelson, Sufian Taha et Quique Kierszenbaum à Jérusalem et Ramallah, conclut que le leader palestinien charismatique Marwan Barghouti,  considéré comme le seul à même à d’unifier les différents partis en Palestine, subit des tortures dans la prison israélienne où il est incarcéré depuis 24 ans.

Une fresque murale montre le chef du Fatah emprisonné, Marwan Barghouti, dans le camp de réfugiés de Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, en avril 2023.

 Marwan Barghouti passe ses journées blotti dans une cellule exiguë, sombre et solitaire, sans aucun moyen de soigner ses blessures et souffrant d’une blessure à l’épaule après avoir été traîné avec les mains menottées derrière le dos.

Les livres, les journaux et la télévision auxquels il avait accès ont disparu depuis octobre dernier, ainsi que tous ses anciens compagnons de cellule. Les lumières qui vacillent dans sa cellule chaque soir ont pour but de rendre le sommeil presque impossible. 

« Mentalement, c’est une personne très forte, mais physiquement, son état se détériore, ça se voit. Il a du mal à voir de son œil droit, à cause de l’une des agressions », a déclaré son avocat Igal Dotan, qui a rendu visite à Barghouti dans la prison israélienne de Megiddo il y a deux mois. 

« Il a perdu du poids – il n’a pas l’air bien. Vous ne le reconnaîtriez pas si vous compariez son apparence actuelle avec les célèbres photos de lui », a-t-il déclaré. 

Ses avocats et ses partisans craignent qu’en tant que détenu palestinien les plus en vue, il ait été maltraité pour envoyer le message aux autres que personne n’est en sécurité. 

Barghouti a déclaré à ses avocats lors de leur visite à Meggido en mars qu’au début du mois, il avait été traîné dans une zone de la prison sans caméras de sécurité et agressé. Il se souvient avoir saigné du nez alors qu’il était traîné sur le sol par ses menottes, avant d’être battu jusqu’à perdre connaissance.

Dotan a dénombré des contusions à au moins trois endroits sur le corps de Barghouti lors de sa visite quelques semaines plus tard, ajoutant qu’il avait probablement une épaule luxée suite à l’agression et qu’il souffrait constamment, mais les responsables de la prison ont refusé un examen médical complet de ses blessures.

Marwan Barghouti comparaît devant le tribunal de Jérusalem en janvier 2012. 

 Il a été transféré dans trois centres de détention différents depuis octobre, chaque fois placé à l’isolement. En décembre dernier, à la prison d’Ayalon, « il a été battu à plusieurs reprises », a déclaré Dotan, notamment lors d’un incident au cours duquel des gardiens l’ont insulté tandis que Barghouti était « traîné nu sur le sol devant d’autres prisonniers ». « Ce que Barghouti a enduré équivaut à de la torture, mais c’est devenu la norme dans tous les centres de détention depuis le 7 octobre », a déclaré Tal Steiner, du groupe de défense des droits du Comité public contre la torture en Israël. Depuis octobre dernier, le PCATI et le Comité international de la Croix-Rouge se sont vu refuser les visites de routine dans les prisons israéliennes. 

L’embauche d’une équipe juridique israélienne pour défendre le cas de Barghouti, a déclaré Steiner, a légèrement amélioré son traitement. « Il continue d’être isolé, mais ils ont arrêté de le battre ».

D’anciens prisonniers et de nombreux groupes de défense des droits témoignent  que les conditions dans les prisons israéliennes pour les Palestiniens ont changé du jour au lendemain après le 7 octobre dernier.

Des Palestiniens tiennent des photos de détenus en Israël lors d’un rassemblement marquant la journée annuelle des prisonniers à Naplouse, en Cisjordanie, le 17 avril 2024. 

 Dans les mois qui ont suivi, la population carcérale palestinienne a presque doublé après que les forces israéliennes ont commencé à mener des raids réguliers à travers la Cisjordanie, arrêtant plus de 8 755 personnes selon la commission des prisonniers et ex-détenus palestiniens. La plupart ont été placés en détention administrative, c’est-à-dire sans inculpation. À mesure que le nombre de détenus dans les prisons israéliennes a augmenté, les Palestiniens étant entassés dans des cellules surpeuplées, les abus ont également augmenté.

D’anciens détenus ont raconté avoir été régulièrement battus et victimes de violences physiques, ainsi que d’un manque de soins de base, notamment de nourriture limitée, d’accès à des vêtements propres, à du matériel de lecture, à des couvertures chaudes, à des produits d’hygiène ou à des soins médicaux. 

« Durant cette guerre, les autorités israéliennes tentent de traiter tous les prisonniers de manière à leur permettre de se venger des Palestiniens. Ils comprennent ce qu’ils représentent dans notre esprit collectif, ils sont des symboles de lutte », a déclaré Qadura Fares, chef de la commission des prisonniers et anciens détenus palestiniens.

La section israélienne des Médecins pour les Droits de l’Homme a recensé au moins 10 décès en détention depuis octobre, dont cinq lorsque leurs médecins ont assisté aux autopsies. Deux autopsies ont enregistré « de graves signes de violence et d’agression », tandis que dans une autre, leur médecin « a conclu que la cause spécifique du décès était une négligence médicale ».

Omar Assaf, libéré de prison fin avril. Omar Assaf, qui a été libéré de prison fin avril, affirme avoir vu des gens être traînés sur le sol par les menottes et battus. 

Au moins quatre cas concernaient un refus de traitement médical potentiellement mortel, notamment le décès d’Arafat Hamdan, 25 ans, qui avait besoin d’insuline pour traiter son diabète et est décédé en détention deux jours après son arrestation en octobre dernier. 

Tous les anciens détenus ont commencé leur description de leur détention par le manque de nourriture et leur perte de poids drastique en prison. Les menus produits par le service pénitentiaire israélien montrent que les prisonniers palestiniens, appelés « prisonniers de sécurité » dans la documentation, reçoivent un régime alimentaire différent de celui des autres prisonniers, sans viande ni possibilité d’acheter de la nourriture supplémentaire à la cantine. 

Dans son salon à Ramallah, le militant Omar Assaf, 74 ans, libéré fin avril, a brandi un petit gobelet en plastique rempli d’eau, utilisant son pouce pour marquer la moitié du chemin afin de montrer le peu de riz qu’on lui donnait chaque jour. . « Ce dont j’ai été témoin au cours des six derniers mois était sans précédent. Il n’y a aucune comparaison avec ce que c’était avant », a-t-il déclaré. Assaf a été arrêté lors d’un raid en octobre dernier et détenu sans inculpation dans la prison d’Ofer en Cisjordanie, même s’il a ri en se rappelant que les responsables israéliens l’accusaient d’allégeance au Hamas en raison de sa barbe, malgré sa politique de gauche. 

« La première nuit où je suis arrivé à la prison d’Ofer, j’ai rencontré des gens qui présentaient des signes évidents de coups – on pouvait voir les contusions, d’autres personnes avaient les yeux noirs », a déclaré Omar Assaf, 74 ans, libéré fin avril, arrêté lors d’un raid en octobre dernier et détenu sans inculpation dans la prison d’Ofer en Cisjordanie. 

.« Parfois, les gardiens jetaient des gaz lacrymogènes à l’intérieur des cellules ou tiraient des balles en caoutchouc à bout portant. J’ai vu des gens être traînés sur le sol par les menottes et battus. Les prisonniers blessés par des balles en caoutchouc, a-t-il ajouté, n’ont reçu aucun traitement pour leurs lacérations.

Mais rien de tout cela n’est comparable à la façon dont les détenus de Gaza dans une section adjacente ont été traités, a-t-il ajouté. « On les entendait se faire attaquer avec des chiens. Nous les avons entendus crier », a-t-il déclaré.

Les personnes arrêtées par les forces israéliennes à Gaza et amenées dans des casernes militaires proches de l’enclave ont décrit des abus systématiques dans un rapport de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens. Il s’agit notamment d’être forcé de s’agenouiller jusqu’à 16 heures par jour avec les yeux bandés, de passer des coups avec des barres de métal, d’être torturé avec de la musique forte et de se blesser en passant des heures avec des menottes serrées. « Ils n’ont aucun lien avec le monde extérieur », a déclaré Steiner. 

« De nombreuses informations font état de tortures et de mauvais traitements extrêmes. Nous sommes ici à Guantanamo israélien, avec tous les problèmes liés aux disparitions forcées.»

Les avocats et les groupes de défense des droits des prisonniers établissent un lien direct entre les mauvais traitements infligés aux Palestiniens détenus dans le système pénitentiaire israélien et le ministre d’extrême droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, qui le supervise et a choisi son nouveau chef par intérim, Kobi Yaakobi, pour sa position ferme. « 

Ben Gvir, un tortionnaire contre lequel on se demande bien pourquoi la CPI ne lance pas un mandat d’arrêt !

Source : https://www.theguardian.com/world/article/2024/may/18/israeli-abuse-of-jailed-palestinian-leader-marwan-barghouti-amounts-to-torture

CAPJPO-Europalestine

 

Partagez: