Header Boycott Israël

COMMUNIQUE DES 40 INTERNATIONAUX DE RAMALLAH

Les 40 Internationaux du Palais présidentiel de Ramallah, Palestine écrivent :
> > Les jours derniers ont été marqués par les visites rendues au président
> > Yasser Arafat par deux délégations importantes. Le mercredi 24 avril, ce
> > furent MM. Javier Solana, haut représentant des 15 pour la politique
> > extérieure et de sécurité commune, et M. Miguel Angel Moratinos, envoyé
> > spécial de l’Union Européenne pour le Proche-Orient. A notre demande,
les
> > deux responsables sont venus nous rencontrer quelques minutes après leur
> > entrevue avec le Président.


Nous leur avons rappelé la raison de notre
> > présence : apporter une protection concrète et un soutien politique au
> > président Arafat et à ceux qui l’entourent. Nous avons remis une lettre
> dans
> > laquelle nous soulignions l’abominable mauvaise foi d’Ariel Sharon qui a
> > privé l’Autorité Palestinienne d’une partie de ses cadres en les
> assassinant
> > ou les arrêtant, et qui soumet son Président à un siège humiliant et
> cruel,
> > le privant de tout moyen de communiquer avec la population des
Territoires
> > Occupés. Sharon ose encore exiger de Yasser Arafat l’arrestation des
> > « terroristes » présumés et des appels pour l’arrêt de toute « violence ».
> Pour
> > notre part, nous dénonçons l’arrogance de ce gouvernement qui refuse de
se
> > soumettre aux décisions des plus hautes autorités internationales dont
> > l’Union Européenne, en particulier les résolutions qui ont été
renouvelées
> à
> > Madrid le 10 avril : levée immédiate du siège du palais présidentiel,
> > évacuation complète des Territoires occupés, etc
> >
> > Ce jeudi 25, une délégation commune des ministres des Affaires
Etrangères,
> > de Turquie et de Grèce, est venue rencontrer le président Arafat à la
> > Moqata’a. La délégation n’a pas demandé à nous rencontrer mais nous
avons
> > profité de cette visite pour nous aérer un moment devant les bâtiments
> tout
> > en conversant avec le directeur de cabinet d’un des ministres. Nous
avons
> pu
> > mesurer une nouvelle fois l’indifférence de la plupart des diplomates
aux
> > souffrances, passées et présentes, du peuple palestinien.
> >
> > Nous déplorons que l’offensive actuelle du gouvernement Sharon soit
> > considérée comme une péripétie d’un conflit séculaire et une réplique
> > normale aux attentats-suicide. Aucun des diplomates rencontrés n’a
> manifesté
> > une véritable volonté d’exercer sur Ariel Sharon de pressions qui
> > l’empêcheraient d’achever ce qu’il ose appeler son « travail » ou sa
> > « mission ». Sans complexe, certains diplomates déclarent leur intérêt
pour
> > les actions que nous menons, ne craignant pas de dire en voix off : « On
> est
> > contents de ce que vous faites parce que cela soutient notre action
> > diplomatique », ou encore « Vous sauvez l’honneur de la communauté
> > internationale ».
> >
> > A Ramallah, la majeure partie de la ville a été évacuée. Autant que nous
> le
> > sachions, la vie reprend ses droits, la population s’efforce de réparer
> les
> > dégâts causés par les attaques récentes mais tout le quartier qui
entoure
> la
> > Moqata’a est maintenu sous couvre-feu et l’on entend chaque jour les
> > sinistres hauts-parleurs annonçant les heures pendant lesquelles les
> maisons
> > peuvent s’ouvrir.
> >
> > Aujourd’hui, vendredi 26, nous savions qu’une manifestation devait se
> > rassembler en ville et se diriger vers le palais résidentiel. Nous
sommes
> > sortis devant notre bâtiment pour l’attendre. Pendant un long moment,
les
> > soldats israéliens n’ont pas réagi, mais l’un d’eux nous tenait en
> > permanence dans la ligne de mire de son arme. Finalement, ils nous ont
> > intimé l’ordre de rentrer (Go inside!). Comme nous refusions
d’obtempérer,
> > ils ont envoyé six bombes sonores dont les éclats ont blessé légèrement
> deux
> > d’entre nous. A Ramallah, la manifestation, Palestiniens et
internationaux
> > mêlés, a été arrêtée loin de la Moqata’a. Nous avons entendu des tirs
> > nourris : le bilan serait de 7 blessés, dont un grave, la victime ayant
> reçu
> > une balle dans la tête.
> >
> > Tout l’après-midi, nous avons observé, depuis nos volets roulants
> > entrouverts, le travail d’un énorme bulldozer de l’armée effectuant un
> > étrange nettoyage : il a démoli les bâtiments légers, achevé d’écraser
les
> > voitures qui étaient démeurées sur les parkings et transporté carcasses
et
> > débris sur d’énormes tas qui barricadent les issues de la Moqata’a. Les
> > vastes terrains vagues qui nous encadrent désormais rendront plus
faciles
> > les tirs des militaires et les déplacements de leurs véhicules.
> >
> > Abominable spectacle qui en dit long sur le mépris dans lequel Ariel
> Sharon
> > et son entourage tiennent les Palestiniens, leurs biens et tout ce
qu’ils
> > ont édifié en ces lieux.
> >
> > Ramallah, le 26 avril 2002.