Header Boycott Israël

ISRAEL : UN RABBIN DEMANDE L’INCULPATION, EN ISRAEL, D’ARIEL SHARON

21 février – Sous le titre « Inculpez Sharon. Ici », le quotidien Haaretz (13 février) a publié une tribune libre de David Forman, président de l’association israélienne « Rabbis for Human Rights » (Rabbins pour les Droits Humains). Traduction de l’anglais par Claire Pâque.


Israël a toujours été fier de son concept de « pureté des armes ». Ce concept nous a permis de bâtir un bouclier de nature défensive, fondé sur le sens moral, contre l’influence corruptrice de toutes les guerres, y compris pour des guerres moralement impératives telle que celle contre le terrorisme. Il n’est pas facile de dire quel type de guerre rend plus difficile le maintien de cette idée sublime – guerres conventionnelles contre d’autres pays, ou la guerre non conventionnelle dans laquelle est maintenant englué Israël avec l’Autorité Palestinienne.

Il y a quelques jours, Kamala Abu Said, 65 ans, et belle-mère d’un homme recherché, a été tuée lors de la démolition de sa maison à Gaza, par des soldats Israéliens. J’insiste sur le fait que la démolition a été effectuée par des soldats Israéliens, puisque dire que cela a été effectué par l’IDF* rendrait impersonnelle une telle action, comme ce serait le cas pour des centaines d’actions similaires conduites ces derniers mois par des soldats Israéliens en armes. Il a été dit qu’il y avait eu une fouille de la maison avant la démolition, mais il se révèle qu’elle n’a pas été suffisamment minutieuse puisque personne ne semblait en réalité s’en préoccuper. Dès lors, des Palestiniens innocents sont tués jour après jour sans que personne n’en soit responsable.

Le principe de la « pureté des armes » a été remplacé par une philosophie de « préoccupation superficielle du sort des non-combattants ». Et quoiqu’il soit possible de comprendre la réaction d’ordre émotionnel d’un soldat face à la mort d’un camarade, particulièrement lors de combats, il relève de la discipline militaire de restreindre les instincts naturels de vengeance. Les commandants sur le terrain confirment d’un hochement de tête que l’irrespect de cette règle est dû au fait qu’il est appuyé aux plus hauts niveaux de l’armée, conduisant directement au premier ministre en personne.

Pour moi qui n’étais qu’un simple soldat pendant la guerre du Liban, il me semble clair que l’effondrement de l’éthique militaire, y compris de la pureté des armes, a officiellement commencé pendant cette guerre, dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila, alors qu’Ariel Sharon était ministre de la défense. Pour Sharon, le mépris de la dimension éthique en matière de guerre a commencé bien plus tôt, à Gaza et à Kibyeh, mais à l’époque son influence ne s’étendait guère au-delà des hommes de troupe. Pendant la guerre du Liban, comme ministre de la défense, son influence a pris un caractère universel. Mais le mépris qu’il a montré alors à l’égard de la pureté des armes a fini par se retourner contre lui et il a été viré de son boulot.

Vingt ans ont passé, et Sharon est à nouveau en position de pouvoir, de laquelle il peut déterminer quels sont les paramètres du combat Israélien. Apparemment, ce qui a guidé Sharon pendant sa carrière militaire et a atteint son apogée à Sabra et Chatila régit maintenant la façon dont l’IDF* conduit sa lutte contre le terrorisme – avec dédain pour les idéaux moraux au cœur de l’armée Israélienne depuis sa création. Dès lors, nous sommes chaque jour les témoins de la tuerie sans discrimination de civils Palestiniens : non pas ceux pris entre deux feux, mais de gens comme cette femme de 65 ans.

Il est tout à fait possible que, pour le premier ministre, « tout soit juste dans l’amour et dans la guerre ». Nous avons une réponse Juive à apporter : « Justice, justice, toutefois tu rechercheras »** (Deutéronome, XVI:20). Les rabbins disent que le mot justice apparaît deux fois, pour indiquer qu’une juste cause doit être atteinte par de justes moyens. Ce commandement biblique est la forme la plus ancienne des principes qur lesquels l’IDF a bâti son concept de « pureté des armes ».

La communauté internationale veut inculper Sharon pour crimes de guerre à cause de son rôle dans les massacres de Sabra et Chatila, mais nous sommes ceux qui devrions l’inculper, pour avoir désacralisé les principes de l’IDF qui avaient pour objectif de prévenir cette horreur d’alors, et pour la tuerie permanente d’innocents maintenant. A cause de ses faux-fuyants quant à l’intégrité morale du peuple Juif, Ariel Sharon est déjà en position d’accusé à la cour de la décence Juive. Et pour tous ceux parmi nous qui restent en position silencieuse, d’après les mots du grand théologien Juif Abraham Joshua Heschel : « Certains très coupables, mais tous sont responsables ».

Le Rabbin Forman est le président de l’association israélienne « Rabbis for Human Rights » (Rabbins pour les Droits Humains)

ndt :
* : Israeli Defense Forces – Forces Israéliennes de Défense
** : « Justice, justice, shall though pursue »
*** : « Some all guilty, but all are responsible”