Header Boycott Israël

GUERRE : LES PACIFISTES ITALIENS PERTURBENT LA CIRCULATION DES TRAINS MILITAIRES

23 février – Les pacifistes italiens sont passés à l’action ce week-end en tentant de bloquer physiquement des trains militaires américains et la police a employé la manière forte pour permettre le passage des convois.


Portés par une opinion publique italienne aux trois quarts opposée à la guerre, les jeunes activistes des « Désobéissants » ont pris pour cible les trois premiers des 26 trains de matériel attendus à la base de Camp Darby, près de Pise, un des principaux entrepôts de munitions des forces américaines en Europe, indique l’AFP.

Ils n’ont pas empêché l’arrivée samedi des premiers trains mais ont entravé leur progression en occupant les voies et en manifestant par petits groupes dans les gares de passage : Vicenza, Padoue, Vérone, Parme, Pise.

Les rassemblements ont obligé les autorités à modifier l’itinéraire des convois, qui ont subi des retards de plusieurs heures, notamment pour contourner Bologne où des manifestants attendaient, prêts à envahir les voies.

La police est intervenue à plusieurs reprises pour déloger des manifestants agrippés aux rails avec des banderoles proclamant « stop aux trains de la mort ».

De légers heurts ont été enregistrés dans le nord de la péninsule près de Vérone et à Fornovo, près de Parme, sans faire de blessé.

Dimanche aucun convoi ne circulait en raison d’un appel à la grève d’un syndicat de cheminots, sans rapport avec les préparatifs de guerre en Irak.

« Nous allons continuer en sachant que nous avons derrière nous la sympathie de la majeure partie des Italiens », a déclaré au quotidien La Stampa Luca Casarini, le leader des Désobéissants.

« Nous voulons répandre la conviction que quiconque rend inutilisable une arme accomplit une action civilisée », ajoute-t-il, retrouvant la hargne des manifestations contre le sommet du G8 de Gênes (nord), qui avaient dégénéré en juillet 2001 faisant un mort parmi les manifestants et des centaines de blessés.

Les activistes appartiennent à la mouvance antimondialisation gravitant autour des centres sociaux, des partis de la Refondation communiste et des Verts, de la ligue écologiste Legambiente, ou encore du monde catholique.

Ils communiquent entre eux par téléphone portable, internet et des chaînes de radio alternatives, ce qui leur permet d’organiser le blocus en temps réel en fonction du passage des trains.

L’Italie compte fournir une aide indirecte aux Etats-Unis en cas d’intervention militaire contre l’Irak en permettant l’utilisation de ses voies de transport, espace aérien, ports, etc, et de ses bases militaires.

La tournure plus radicale prise par les manifestations pacifistes, une semaine après un rassemblement en faveur de la paix de trois millions de personnes à Rome, a jeté l’embarras dans la classe politique et syndicale.

« Le droit à manifester pacifiquement et librement sera garanti mais aucun acte de violence ne sera toléré », a annoncé le ministre de l’Intérieur Giuseppe Pisanu.

Les grands syndicats, qui appuient le mouvement de refus à la guerre, marchent sur des oeufs et appellent au respect de la légalité.

« Il faut éviter certaines formes de lutte qui divisent ou créent des désagréments pour les citoyens, mais la décision des dockers de ne pas charger les armes sur les navires en partance est efficace et unificatrice. Cela se faisait déjà au temps du Vietnam », a commenté pour sa part Sergio Cofferati, l’ex-numéro un de la CGIL, le premier syndicat italien.