Header Boycott Israël

TENTATIVE D’INTIMIDATION DES SHARONIENS, A LYON CETTE FOIS

27 mai – Nous reproduisons ci-dessous un communiqué du Collectif 69 (Rhône) de soutien au peuple palestinien, ainsi qu’une lettre ouverte au CRIF, à la suite de la tentative d’intimidation d’une quinzaine d’excités à l’encontre des militants du collectif, et des usagers d’un magasin Carrefour de la région.


COLLECTIF 69 DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN
c/o Maison du Peuple.
147, avenue du Général Frère. 69 008 LYON
e-mail : collectif69palestine@yahoo.fr

Le 18 mai 2003
Communiqué de presse

MENACES SUR LE DROIT D’EXPRESSION

Ce samedi 17 mai 2003, à l’appel du Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, une quarantaine de militants se sont rassemblés à l’entrée du supermarché « Carrefour » d’Ecully pour engager les clients à effectuer des achats responsables dans le respect du droit international.
En effet, l’Etat israélien viole quotidiennement les accords économiques signés avec l’Europe et subordonnés au “respect des Droits de l’Homme et des Principes Démocratiques”, accords qui ne concernent d’ailleurs que les produits issus du territoire israélien, excluant expressément ceux des territoires palestiniens occupés, y compris les colonies, mais que l’Etat israélien considère comme siens.

Des dizaines de militants sionistes, à l’appel, semble-t-il, du CRIF, relayé par “Radio Judaïca”, attendaient les militants du Collectif pour empêcher, par tous les moyens, l’information du public sur le traitement des accords d’association par l’Etat israélien. Pour eux, l’information sur des faits avérés est considérée comme un acte antisémite. Ils se sont même permis d’arracher les tracts des mains-mêmes des clients entrant dans le centre commercial, sans leur consentement, pour les détruire… avec les protestations, du reste, de beaucoup d’entre eux… Quel respect de la liberté ? Ont-t-ils peur de la vérité à ce point ?

La Gendarmerie et la Police municipale, présentes sur les lieux, ont dû leur rappeler la loi et les menacer de poursuites pénales pour entrave à la libre-expression pour que cesse cette pratique intolérable.

On peut aussi faire état de nombreux coups de téléphone d’intimidation reçus à la direction du magasin.

La présence, de la Gendarmerie, de la Police municipale et des services de sécurité du supermarché, n’a pu empêcher des agressions verbales et des coups, dont ont été victimes certains des membres du Collectif, sans aucune agressivité de leur part (les forces de l’Ordre peuvent en témoigner) ; ils ont dû déposer plainte pour agression physique et insultes racistes. Sans cette présence de la Gendarmerie, d’ailleurs, les membres du Collectif auraient subi des agressions bien plus sauvages de sionistes qui se permettent de bafouer la liberté d’expression par la force et l’intimidation, se gardant bien d’utiliser les moyens juridiques pour contrer le Collectif, parce qu’ils savent très bien qu’ils seraient déboutés.

Collectif 69 de soutien au peuple palestinien
Collectif69palestine@yahoo.fr 147, avenue général Frère, 69008 Lyon

LETTRE OUVERTE

CRIF Rhône Alpes
110 cours Tolstoï
69100 Villeurbanne
Le 20 mai 2003
A l’attention Monsieur Alain Jakubowicz

Monsieur,
Le samedi 17 mai à 10h, une quarantaine de membres de notre collectif se sont retrouvés, comme ils en avaient fait état publiquement, aux portes de l’hypermarché « Carrefour » d’Ecully.
Nous faisons campagne depuis plusieurs mois afin que les consommateurs fassent un choix éthique en ne consommant pas de produits israéliens, et ce, tant qu’Israël ne respecte pas le minimum des Droits de l’Homme dans les territoires palestiniens. Nous réclamons également, et pour les mêmes motifs, un gel de l’accord d’association Europe-Israël. Notre propos liminaire ne vise pas, à votre encontre, une quelconque provocation mais à assumer nos choix et nos propos.
Ce samedi 17 mai d’autres personnes, très organisées, s’étaient également donné rendez-vous. Ils étaient une quinzaine d’hommes plutôt sportifs ( !) et membres de la communauté juive.
Nous eûmes à faire face à de multiples provocations, insultes et menaces :
– Nous avons été filmés.
– Les clients à qui nous remettions des tracts se les voyaient arracher des mains.
– Des menaces ont été proférées à l’égard de plusieurs d’entre nous : « tu es un cafard, je vais t’écraser ».
– Des insultes ont été exprimées « « grosse biche, salope… ».
– Quelques coups ont été portés.
La présence de gendarmes, policiers municipaux, personnels de sécurité du centre commercial et l’extrême calme des membres de notre collectif ont permis de limiter les provocations et actes plus graves. Nous avons décidé de quitter les lieux à 11h15, par mesure d’apaisement.
Il semblerait que des appels à se rendre à l’hypermarché « Carrefour » aient été relayés par « Radio Judaïca », il semblerait également que des personnes du CRIF soient intervenues auprès de l’hypermarché.
Quatre dépôts de plainte ont été déposés. Trois pour ce qui concerne les faits rapportés plus haut, le quatrième pour menaces à l’égard de l’un de nos amis qui a reçu des appels téléphoniques le vendredi soir : « la semaine prochaine tu n’as plus de jambe… ».
Nous souhaitons vivement connaître votre position sur ces faits.
Nous souhaitons que l’agglomération lyonnaise soit tenue à l’écart de ce type de comportements antidémocratiques et dangereux. Nous ne souhaitons pas connaître des violences qui ne feraient qu’attiser des antagonismes encore plus difficiles à juguler.
Nous resterons, quant à nous, pacifiques et non-violents, ce qui ne veut évidemment pas dire que notre action cesse. Nous n’avons pas l’intention de nous taire, qui plus est sous la contrainte.
Si des personnes contestent nos vues et remettent en cause nos objectifs, si ces personnes contestent la légalité de nos prises de position, elles ont tout loisir de le faire devant les tribunaux compétents. Nous pensons qu’elles trouveront bien des avocats de talent pour plaider leur « cause ».
En attendant, nous entendons continuer à faire acte de citoyenneté et de solidarité à l’égard du peuple palestinien.
Dans l’attente d’une réponse sur ce sujet d’importance, veuillez agréer, Monsieur, nos salutations les meilleures.