Header Boycott Israël

USA : encore une défaite électorale pour le lobby israélien

Le lobby israélien, qui fait la pluie et le beau temps au parlement états-unien et à la Maison-Blanche, vient pourtant de subir une nouvelle défaite électorale, la quatrième de suite en l’espace de quelques semaines, lors des primaires du Parti Démocrate, avec le triomphe d’Ilhan Omar, candidate à sa réélection à la Chambre des Représentants de novembre prochain dans la 5ème circonscription du Minnesota.

Ilhan Omar lobby israélien
La Représentante Ilhan Omar, en bonne voie pour être réélue

Agée de 38 ans, cette femme est originaire de Somalie, que sa famille avait réussi à fuir pendant la guerre civile dans ce pays alors qu’elle était encore enfant. Depuis sa première élection en 2018, elle est, avec la Palestinienne-Américaine l’une des deux femmes musulmanes membres du Parlement fédéral états-unien.

Ilhan Omar est l’une des très rares parlementaires américaines à soutenir franchement la cause du peuple palestinien, et les officines pro-Israël avaient mis le paquet pour essayer de la faire battre au cours de ces primaires, en finançant à gros bouillons la campagne de son adversaire Démocrate, Antone Melton-Meaux. Mais malgré un budget six fois supérieur à celui d’Omar, Melton-Meaux a mordu la poussière, mardi, ne recueillant que 39% des voix contre 57% à sa concurrente.

La 5ème circonscription étant largement acquise au Parti Démocrate, la réélection d’Ilhan Omar se présente donc sous de bons auspices en novembre prochain.

Cette défaite des supporteurs du régime d’apartheid, intervient après l’échec retentissant à New York du Représentant Eliot Engel, l’un des principaux relais du gouvernement israélien à la Chambre des Représentants, face à un autre soutien de la cause palestinienne, Jamaal Bowman ; de la victoire de Rachida Tlaib dans le Michigan, de celle de la pionnière du mouvement Black Lives Matter et soutien de la campagne BDS Cori Bush dans le Missouri ; de celle, encore, d’Alexandria Ocasio-Cortez à New York en juin dernier.

Ces succès montrent qu’une fraction de plus en plus substantielle de l’électorat populaire américain, notamment dans la population noire et féminine, est décidée à se battre contre le régime détestable incarné à sa tête par un Donald Trump misogyne, raciste, entièrement dévoué aux puissants, et soutien inconditionnel de Netanyahou et sa bande, comme on le sait. Mais rien n’indique pour autant, à ce stade, que la politique états-unienne, alignée à 100% sur l’agenda israélien, est susceptible de changer à court terme.

CAPJPO-EuroPalestine