Header Boycott Israël

Samidoun : Le plaidoyer palestinien n’est pas du «terrorisme»

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, — lui-même en première ligne dans l’enquête de la CPI sur les crimes israéliens étant donné les massacres à Gaza sous son autorité – a déclaré qu’il ajoutait le Réseau de solidarité des prisonniers palestiniens de Samidoun à la « liste des terroristes , incitant d’autres pays à en faire autant, rapportent BDS Vancouver et Canada Palestine Association.

Samidoun : Le plaidoyer palestinien n’est pas du «terrorisme»
Des militants de Samidoun manifestent en Allemagne le 18 mars 2021. Sur leurs banderoles : « Libérez toutes les prisonnières palestiniennes » et « Stop à la détention des enfants » (Photo: Samidoun/Twitter)

Israël, aux abois, en raison de la résistance accrue de la société civile palestinienne, du soutien de plus en plus large qu’elle reçoit dans le monde, et de l’enquête ouverte par la Cour Pénale Internationale (CPI) sur ses crimes, tente de réduire au silence un maximum de personnes et de groupes.
Ce qui passe par les assassinats, les emprisonnements et la tentative de stigmatiser celles et ceux qui sont solidaires de la population occupée.

Il n’y a pas d’accusations concrètes contre Samidoun, mais le simple fait que ce mouvement international soutienne les prisonniers palestiniens est suffisant pour déclencher la colère du gouvernement d’apartheid. Les femmes et les hommes, notamment les avocats palestiniens, qui osent défendre les Palestiniens emprisonnés illégalement en Israël, sont systématiquement jetés dans les geôles de l’occupant, comme on peut le voir avec les incarcérations répétées de Khalida Jarrar ou de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri.

Les actions de Samidoun sontpacifiques et transparentes, mais Israël classe comme terroristes tous les partis et associations basés en Palestine occupée, et maintenant franchit un pas supplémentaire en faisant de même avec des associations internationales de soutien à la Palestine.

Association indépendante, n’ayant aucun lien organisationnel ou affiliation avec un parti palestinien, SAMIDOUN s’emploie à faire connaître dans le monde la situation des prisonniers palestiniens, dont les médias aux ordres ne parlent jamais.

Cela est suffisant pour qu’Israël tente d’obtenir leur interdiction dans les différents pays qui obéissent volontiers au régime colonial, à commencer par le Canada.

Mais si on veut parler de terrorisme, ce ne sera pas à l’avantage d’Israël , comme le rappelait très justement le député Jean-Pierre Lecoq (PC), lors d’une commission parlementaire en 2018, en s’adressant au chef d’état major de l’armée israélienne :

CAPJPO-EuroPalestine