Header Boycott Israël

Après avoir tué son fils, Israël lui retire son permis de travail

Après des articles cinglants de Gideon Levy et d’Amira Hass dans Haaretz, ainsi que la publication d’une vidéo de B’tselem qui ne laisse aucun doute sur la complète responsabilité des soldats, qui ne couraient aucun danger quand ils ont tué Mohammed al-Alami, 11 ans, dans son village natal de Beit Ommar le mois dernier, le quotidien israélien s’indigne dans un un nouvel éditorial du sort réservé par Israël à la famille endeuillée.

Des personnes en deuil assistent aux funérailles du garçon palestinien de 11 ans Mohammad Al Alami.Crédit: Mussa Qawasma

« Le gouvernement israélien a agi rapidement pour punir le père endeuillé après que des soldats ont tué son fils le 28 juillet : il a annulé son permis de travailler en Israël ! »

« Il est encore trop tôt pour savoir si les soldats qui ont couru après une camionnette transportant un homme et trois enfants et y ont tiré des coups de feu mortels recevront le soutien de leurs commandants, ou s’ils seront punis d’une manière ou d’une autre – et si oui, comment . Une punition sera-t-elle imposée simplement pour couvrir les arrières militaires ou pour faire comprendre à tous les soldats la valeur de la vie d’un enfant palestinien ? « , s’interroge Haaretz.

« Le père, Muayyad al Alami, n’a pas été surpris, car beaucoup d’autres personnes ont vécu la même chose. Les Palestiniens qui perdent un proche par des balles de soldats perdent également automatiquement leur permis de travail en Israël. Dans le système informatique, ils sont étiquetés « refusés pour des raisons de sécurité ». Et cela n’est pas vrai uniquement pour les personnes dont les proches ont été tués lors d’affrontements armés avec des soldats ou qui ont mené une attaque terroriste contre des Israéliens. C’est également vrai pour les Palestiniens dont les proches ont été tués par des soldats dans un cadre clairement civil, sans lien avec aucun incident qui pourrait être défini comme un combat ou même une « perturbation de la paix » (c’est-à-dire une manifestation), ou dont les proches n’avaient aucun lien avec un tel incident. « 

« Au début, la douleur et le deuil éclipsent le choc de perdre son emploi. Mais plus tard, la perte du travail, liée à une décision arbitraire qui ne tient pas compte de l’identité de la personne lésée, devient une partie indissociable de l’injustice. Le père de Mohammad a déclaré qu’il s’était vu refuser un permis de travail en Israël « pour des raisons de sécurité » une première fois, parce qu’en mars 2002, des soldats ont tué son frère Amjad. Le groupe de défense des droits B’Tselem avait examiné cette mort à l’époque et avait conclu qu’Amjad n’avait pris part à aucun combat. Il y a quelques années, l’interdiction de sécurité imposée à Muayyadal-Alami a été levée et il a commencé à subvenir aux besoins de sa famille en travaillant en Israël. »

A en juger par ce qu’il a dit à Haaretz, il était content de son travail (pavage des routes, souvent la nuit) et avait de bonnes relations avec son employeur. Par téléphone dimanche, il a déclaré que son employeur avait tenté de renouveler son permis de travail mais qu’il en avait été empêché, la question « étant entre les mains du service de sécurité du Shin Bet ».

Source Editorial d’Haaretz

VIDEO DE L’ASSASSINAT DE Mohammad Al Alami :

CAPJPO-EuroPalestine