Header Boycott Israël

Flagrant délit de terrorisme israélien (Vidéo)

Gideon Levy, journaliste à Haaretz raconte comment la police israélienne a attaqué gratuitement un homme et sa mère dans une voiture, ne sachant pas qu’ils étaient filmés en direct sur Facebook.

« Regardez cette vidéo. Vous serez stupéfait. Un homme est assis au volant de sa voiture, vêtu d’un t-shirt blanc et de lunettes de soleil foncées. Des écouteurs de téléphone portable pendent de son visage ; il écoute de la musique arabe. Il porte une ceinture de sécurité, sa voiture avance à peine dans une file d’autres véhicules coincés dans un embouteillage à un checkpoint près de Hébron.

Après un moment, il met un masque corona sur son visage. Il est détendu, une main appuyée sur la vitre de la voiture. Les voitures passent en sens inverse, tandis que la sienne avance à pas de tortue. La musique est à fond. Il ajuste le masque. Soudain, des voix fortes se font entendre. « Arrête la voiture! » « Sortir! » Les cris en hébreu et en arabe donnent l’impression d’un orage qui approche. Tout se passe vite. Alors qu’il semble encore se demander ce qui se passe, une matraque casse déjà la vitre de sa voiture. L’homme essaie de protéger sa tête avec ses mains. Quelqu’un qui ressemble à un agent de sécurité ouvre la porte arrière, se jette dans la voiture et s’assoit sur le siège arrière en criant. L’homme a peur ; le garde, portant des gants en caoutchouc bleu mais pas d’uniforme, lui attrape le cou par derrière. La mère âgée du conducteur, assise sur le siège passager à l’avant, n’est pas capturée dans les images prises par la caméra Web de la voiture.

Un autre garde ouvre la portière du conducteur, déboucle la ceinture de sécurité et le tire de force hors de la voiture. Les cris ne s’arrêtent pas. Un criminel très dangereux a apparemment été capturé.La musique continue de jouer, la porte conducteur reste ouverte, la webcam continue d’enregistrer. Les voitures passent en sens inverse. Un homme armé – il s’avère plus tard que lui et tous les autres étaient des policiers en civil – ouvre l’une des portes arrière de la voiture, tandis que ses camarades continuent de crier et de battre le conducteur qui a été sorti de la voiture, et briser la vitre à côté du siège du conducteur. Il doit s’agir d’une soi-disant bombe à retardement qui doit être désamorcée à tout prix. L’homme crie et les gardes continuent de le frapper, des armes visibles dans leurs étuis. Il y a d’abord quatre ou cinq attaquants, puis d’autres se joignent à eux.

La caméra parvient à capter ce qui se passe à travers la fenêtre cassée ; quelqu’un d’autre est vu en train d’être traîné. La porte arrière claque. Une femme âgée portant un foulard est vue en train de crier, près de l’homme battu au sol. Le volume de la musique dans la voiture augmente considérablement, comme si le réalisateur du film l’avait demandé. On peut voir les hommes armés faire des allers-retours. Probablement un incident grave. La vidéo coupe.

Vidéo de l’arrestation (https://youtu.be/BCLIlEdLc9o) :

La police a déclaré que le « suspect a refusé d’ouvrir la porte du véhicule ».

C’est ce qui s’est passé ce mardi 12 octobre, vers 13 heures. Marwan al-Husseini, 38 ans, et sa mère Raisa, 65 ans, résidents d’Hébron, étaient en route pour rendre visite à leur famille dans le village d’Al-Azariya, à plusieurs kilomètres à l’est de Jérusalem. Lorsqu’ils sont passés devant le village d’Al-Zaim en route, ils ont rencontré un poste de contrôle et la circulation a ralenti leur voiture.

La séquence vidéo obtenue par B’Tselem a été prise par Marwan, qui diffusait avec Facebook Live depuis la voiture. Il a voulu s’enregistrer lors d’une sortie avec sa mère, comme il le fait occasionnellement, et s’est retrouvé à documenter un enlèvement sauvage en plein jour, en temps réel. Les agents de sécurité armés qui l’ont attaqué étaient des policiers israéliens en civil.

À la maison Husseini, dans la partie ouest d’Hébron, les émotions sont toujours vives lors de notre visite cette semaine, et il y a un air de deuil. Husseini, un homme trapu, est entouré de ses frères tout aussi trapus et de quelques amis. Il a travaillé pendant des années en Israël et travaille maintenant comme chauffeur de taxi en Cisjordanie. Sa femme est enceinte de leur premier enfant. Ce mardi-là, ils allaient rendre visite à la sœur de sa mère à Anata, à quelques kilomètres au nord-est de Jérusalem. En route, environ 40 mètres avant le rond-point près de l’entrée de la colonie de Ma’aleh Adumim, il a remarqué des véhicules de police des deux côtés de la route. Il se souvient avoir mis son masque à la hâte, de peur que la police ne lui inflige une amende.

Il y avait trois voitures civiles devant lui dans la file. Il se souvient avoir été violemment sorti de la voiture sans aucune explication et avoir été battu, même après avoir été projeté au sol. Il dit avoir perdu connaissance et s’être réveillé dans une camionnette qui l’a emmené dans un poste de police à l’entrée de Ma’aleh Adumim. Il perdit à nouveau connaissance, la regagnant par intermittence. Dans la camionnette, se souvient-il, les policiers ont continué à le frapper avec leurs coudes. Ils n’ont pas dit un mot sur les raisons pour lesquelles il était détenu. Husseini dit que sa mère a paniqué et a eu du mal à retirer sa ceinture de sécurité ; une policière l’a traînée hors de leur voiture et l’a laissée tomber par terre. Raisa a été emmenée au même poste de police mais dans un véhicule séparé.

Raisa Al-Husseini, la mère de Marwan. Crédit : Moti Milrod

La police a amené la voiture de Hussein à la gare et a démonté ses sièges, apparemment à la recherche d’armes. Il saignait et souffrait énormément après avoir été battu partout. Une ambulance israélienne est arrivée, un ambulancier l’a examiné et est reparti. Les agents l’ont fait asseoir sur une chaise dans le couloir. Tout son corps était douloureux et il ne pouvait pas s’asseoir à cause de la douleur, alors il s’est allongé sur le sol. Il se souvient d’avoir vomi deux fois là-bas, après quoi les policiers l’ont réprimandé, le menaçant, s’il vomissait à nouveau, de devoir nettoyer le couloir après lui-même.

Trois policières ont fouillé à nu Raisa Al-Husseini, la mère de Marwan.

Husseini a supplié la police d’organiser une ambulance pour l’emmener à l’hôpital. L’un d’eux lui a dit : « Si vous voulez une ambulance, vous devrez payer 4 000 shekels [1 300 $] pour cela ». Marwana répondu : « Je vais payer 10 000 shekels, emmenez-moi simplement à l’hôpital. Lorsqu’il a posé des questions sur sa mère, une porte s’est ouverte sur l’une des pièces et il l’a vue. Elle tremblait de partout. Quelques jours plus tard, Raisa a déclaré à Musa Abu Hashhash, un chercheur de terrain pour l’organisation israélienne de défense des droits humains B’Tselem, que trois femmes officiers l’avaient forcée à se déshabiller pour une fouille corporelle – on ne sait pas pour quelle raison. Les officiers leur interdirent d’échanger un mot.

C’est ainsi que Husseini est resté allongé de douleur sur le sol de la gare pendant environ cinq heures, jusqu’à environ 22 heures. Lorsqu’il a demandé pourquoi lui et sa mère étaient détenus, un officier a répondu : « Parce que vous ne vous êtes pas arrêté pour la police lorsqu’ils vous ont dit de le faire. » Marwan a répondu: « Quand vous m’avez arrêté, la voiture n’était pas en mouvement » – comme en témoigne la séquence vidéo de sa webcam. Il nous raconte maintenant que tout son interrogatoire se résumait à une seule question, posée par l’un des agents dans le couloir : « Où est votre arme ?  » Ce à quoi Husseini a répondu: « Vous avez ma voiture et vous pouvez facilement trouver n’importe quelle arme qui s’y trouve. » Bien sûr, il n’avait aucune idée de quelle arme ils parlaient.

Flagrant délit de terrorisme israélien (Vidéo)
Marwan Al-Husseini à Hébron, la semaine dernière

Il a été hospitalisé pendant six jours et a subi une intervention chirurgicale.

Peu après 22 heures, on a demandé à Husseini s’ils avaient des proches dans la région qui pourraient venir le ramener lui et sa mère chez eux, mais il a d’abord demandé à être emmené à l’hôpital. Il dit que les agents l’ont agressivement forcé à sortir de la gare et à entrer dans la cour, où il a été choqué de voir sa voiture démantelée. « Prenez votre voiture et partez », a ordonné la police. « Comment voulez-vous que je conduise une voiture cassée ? » Il a demandé.

La voiture de Marwan Al-Husseini après l’arrestation, la semaine dernière.

Puis le portable d’Husseini sonna. Des proches anxieux l’avaient recherché, lui et sa mère, tout l’après-midi et la soirée, mais ce n’est que maintenant que les agents qui le gardaient l’ont autorisé à répondre. Cette fois, lorsqu’il répondit, c’était son frère Bader en ligne ; Bader est maintenant assis avec nous. Marwan lui raconta ce qui s’était passé et demanda que quelqu’un vienne le chercher lui et leur mère. L’épouse d’un des cousins ​​des Husseini qui habite à proximité est allée les chercher, suivie de Bader et d’un autre frère, Ibrahim, qui vit à Jéricho. Ils ont emmené Marwan et sa mère à l’hôpital d’Hébron-Alia et ont fait remorquer la voiture jusqu’à Hébron. Raisa a déclaré à Abu Hashhash de B’Tselem que lors de son arrestation, elle s’était mouillée d’anxiété; elle souffre de diabète et d’hypertension. Elle est maintenant assise avec nous dans la cour de sa maison, silencieuse et entourée de ses enfants et petits-enfants. Les signes de choc sont toujours évidents. « Je suis épuisée », nous dit-elle. Elle était sortie de l’hôpital à 4 heures du matin le 12 octobre, extrêmement secouée mais pas blessée.

La police israélienne a fourni cette déclaration concernant l’incident : « Dans le cadre d’une activité opérationnelle contre les infractions liées aux armes, l’arrestation d’un suspect a été effectuée près d’al-Azaryia. Lors de l’interpellation, ledit suspect a refusé d’ouvrir la portière du véhicule et par crainte de dissimuler des preuves ou de blesser les policiers, ces derniers ont été contraints de pénétrer dans le véhicule et de l’arrêter. Le suspect ainsi qu’un autre passager qui se trouvait dans le véhicule ont été emmenés au poste de police et à la fin de l’enquête et de la perquisition, ils ont été relâchés. « 

La vidéo – qui devait être transmise au département des enquêtes internes de la police du ministère de la Justice – prouve, comme le feraient un millier de témoins, que l’affirmation de la police selon laquelle Marwan al-Husseini a refusé d’arrêter sa voiture et d’ouvrir la porte lorsqu’on lui a demandé est un un mensonge intégral. »

Par Gideon Levy

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine