Header Boycott Israël

Israel espionne aussi ses propres citoyens à grande échelle…

Israel espionne aussi ses propres citoyens à grande échelle...
Entrée de l’un des bureaux de NSO à Sapir en israël

La firme israélienne NSO, specialisée dans l’espionnage, ne vend pas seulement ses technologies PEGASUS à toutes les dictatures, mais sert également la police israélienne accusée d’écouter, sans la moindre intervention judiciaire, un nombre apparemment important de ses citoyens : militants, journalistes, hommes d’affaires, fonctionnaires…

Cette révélation faite par le journal financier israélien Calcalist contredit une déclaration faite en 2019 par le co-président de l’époque de NSO, Tami Mazel Shachar, qui avait déclaré que NSO ne surveillerait pas les téléphones israéliens.

Le magazine d’opposition israélien 972+ écrit à ce sujet : « Après des années d’agences de renseignement célébrant ouvertement la précision et l’intrusion de la technologie utilisée contre les Palestiniens, même les citoyens juifs israéliens les plus naïfs n’auraient pas pu exclure la possibilité que de tels outils soient progressivement utilisés contre quiconque la police jugeait bon. Cela est d’autant plus vrai que de grandes parties de l’industrie technologique en plein essor du pays, qui emploie actuellement 11 % de la main-d’œuvre israélienne et se développe à un rythme sans précédent, sont profondément liées à la fois à l’infrastructure militaire et civile de surveillance. Ce secteur de l’économie n’a pas seulement été l’une des principales exportations d’Israël ces dernières années, il a également servi d’outil diplomatique aux gouvernements israéliens – en vendant des armes, des logiciels d’identification biométrique, des applications de reconnaissance faciale, des caméras sophistiquées et des logiciels espions à des pays étrangers dans en échange de leur soutien au régime d’apartheid israélien. »

« Alors que le tollé général qui a suivi les révélations a été intense, souligne le magazine, la discussion s’est concentrée presque exclusivement sur le fait que la surveillance a été effectuée sans l’autorisation appropriée des tribunaux, plutôt que sur le fait que la police a régulièrement violé la vie privée des citoyens israéliens et utilisant des logiciels espions comme moyen de répression politique. C’est ce qui arrive lorsque de tels outils se normalisent au point qu’ils deviennent partie intégrante de notre façon de comprendre le monde. Et il est déconcertant – mais pas tout à fait surprenant – que le public israélien continue de croire la police, lorsqu’elle justifie la persécution des Palestiniens et de la société civile palestinienne en utilisant ces mêmes outils au nom de la « sécurité » et de la « lutte contre le terrorisme ».

DERNIER NÉ DE LA TECHNOLOGIE ISRAÉLIENNE POUR SURVEILLER LES PALESTINIENS

Une firme israélienne aurait développé une nouvelle forme de surveillance des Palestiniens : des caméras corporelles avec technologie de reconnaissance faciale permettant aux forces d’occupation de scanner les Palestiniens même si leurs visages sont masqués.

Source : https://www.972mag.com/

CAPJPO-EuroPalestine