Header Boycott Israël

Nouvelles des prisonniers palestiniens

Une grève de la faim illimitée va être entamée à partir du 25 mars prochain par les prisonniers palestiniens, annoncent leurs représentants dans les prisons israéliennes :  » Nous avons des demandes légitimes, notamment contre la répression des autorités d’occupation israéliennes » .

Un exemple : Les unités de répression de l’occupation israélienne ont attaqué des prisonniers palestiniens avec des gaz lacrymogènes dans la section n° 5 de la prison israélienne d’Al-Naqab, blessant plusieurs prisonniers.

RECOURS QUOTIDINE À LA DÉTENTION « ADMINISTRATIVE »

Les forces d’occupation israéliennes ont émis 203 ordres de détention administrative contre des citoyens palestiniens en 2022, sur une période de eux mois, selon la Société des prisonniers palestiniens. La détention administrative est une politique israélienne qui permet l’arrestation indéfinie de Palestiniens sur la base d' »informations secrètes » sans inculpation ni procès.

LES PRISONNIERS MALADES DONT L’ÉTAT DE SANTÉ SE DÉTÉRIORE

L’état de santé du détenu palestinien atteint d’un cancer dans la prison israélienne, Naser Abu Hmeid, se détériore alors que le cancer se propage dans son poumon gauche et affecte les artères et le cœur.

Des Palestiniens ont participé cette semaine à une veillée à Jénine en Cisjordanie occupée, en solidarité avec le prisonnier malade palestinien Eyad Omar qui est incarcéré dans les prisons israéliennes depuis 21 ans.

ACHARNEMENT SUR MOHAMMED AL-HALABI

Le représentant de l’UE a déclaré dans un tweet commentant le report du procès de l’ancien travailleur humanitaire de Gaza, Mohammad al-Halabi, à la suite d’une rencontre avec son père. Mohammad a été soumis au plus long procès de l’histoire des prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

LE CAS DE LA FAMILLE ARMANEH ET LE RÔLE DE L’AUTORITÉ PALESTINIENNE

Les Palestiniens résistent à l’emprisonnement israélien et à la « coordination sécuritaire » de l’Autorité palestinienne (AP) avec Israël. La famille Amarneh de Yabad, au sud-ouest de Jénine, est directement victime de cette collaboration entre l’AP et l’occupant, alerte Samidoun.

Cheikh Izzedine Amarneh, un érudit religieux islamique aveugle qui a récemment obtenu son doctorat d’une université en Malaisie, a été arrêté au domicile familial à Yabad le 21 février 2022. Il a été presque immédiatement condamné à six mois de détention « administrative ».

Lorsque le cheikh Izzedine Amarneh a été enlevé dans sa maison familiale lors d’un violent raid nocturne, il a rejoint son fils, Mujahed Amarneh, qui a été saisi au domicile familial en novembre 2021. Mujahed Amarneh avait déjà été saisi par les forces d’occupation israéliennes alors qu’il était lycéen de 17 ans, contraint de passer ses examens du secondaire avec deux ans de retard après avoir finalement été libéré des prisons d’occupation.

Le 13 mars dernier, Ahmad Amarneh, étudiant à l’Université de Kadoorie, a été arrêté par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne sur son lieu de travail et est actuellement emprisonné par la « Sécurité préventive », responsable de la détention politique de l’AP et appliquant la politique de coordination de la sécurité avec la occupation israélienne,indique Samidoun.

La sœur d’Ahmad et Mujahed, Yaman Amarneh, a également été détenue par l’occupation israélienne alors qu’elle était étudiante à la Faculté de droit de l’Université Al-Quds à Abu Dis avant sa libération un mois plus tard.

 » Le ciblage de la famille Amarneh n’est pas un cas individuel ou unique, mais un exemple de l’arme coloniale de l’emprisonnement contre la résistance à l’occupation. C’est aussi un exemple du rôle de l’Autorité palestinienne en tant que sous-traitant sécuritaire de l’occupation israélienne », conclut Samidoun.

UNE GRAND-MÈRE DE JÉRUSALEM LIBÉRÉE APRÈS 2 ANS DE PRISON

La prisonnière palestinienne et grand-mère, Iman al-Awar, de Jérusalem occupée, retrouve la liberté et sa famille après 22 mois dans les prisons israéliennes.

LA RÉSISTANCE DES PRISONNIERS PLESTINIENS SOUS TOUTES SES FORMES !!

Photo de l’enfant palestinienne Milad Abu Daqqa, fille du prisonnier palestinien Waleed Abu Daqqa, emprisonné dans les prisons de l’occupation israélienne depuis 1986. Milad est née du sperme de contrebande de son père :

Nouvelles des prisonniers palestiniens

Sources : Quds News et Samidoun

CAPJPO-EuroPalestine