Header Boycott Israël

Gaza : On est loin du statut quo !

Partagez:

S’il n’y a pas de bombardements massifs sur la bande de Gaza en ce moment, les Gazaouis subissent un survol intensif des drones israéliens depuis lundi dans tous les secteurs, ainsi que plusieurs incursions de véhicules de l’armée près de la clôture de « séparation » .

Et l’étranglement des Palestiniens se durcit à tous les niveaux : manque de nourriture, de matériaux de construction, de médicaments vitaux. Et bien entendu, interdiction de sortir, que le motif soit médical ou autre, l’Egypte jouant rôle de gardien de camp de concentration aux ordres de l’Etat d’apartheid

uand ils ne répandent pas des pesticides sur les ruches pour tuer les abeilles, ce sont les pêcheurs qui sont attaqués en permanence par la marine de guerre israélienne, parfois blessés et avec leurs bateaux endommagés. Six pêcheurs gazaouis ont encore été arrêtés cette semaine.

Et parmi les blessés de la terrible attaque de mai 2021, il y en a encore qui succombent à leurs blessures, comme Yaser al-Masri, 41 ans, de la ville de Deir al-Balah, au centre de la bande de Gaza, mort en début de semaine.

ISRAEL SE LIVRE AUSSI A UNE GUERRE CHIMIQUE : ENQUÊTE

Une enquête récente révèle même qu’Israël a utilisé des méthodes assimilables à une guerre chimique lors de sa dernière agression contre Gaza en mai 2021, en ciblant délibérément 50 tonnes de produits chimiques et de pesticides, selon un nouveau rapport du groupe de défense des droits de l’homme Al-Haq.

Dans la soirée du 15 mai 2021 -73e anniversaire d’Al-Nakba-, selon le rapport, les forces d’occupation israéliennes (FOI) ont bombardé le plus grand entrepôt agrochimique de Gaza, la société Khudair Pharmaceuticals and Agricultural Tools, à Beit Lahiya, incendiant des centaines de tonnes de pesticides, d’engrais, de plastiques et de nylons. L’attaque ciblée, selon Al-Haq, a provoqué un nuage toxique qui a englouti une zone de 5,7 kilomètres carrés au nord de la bande de Gaza, près du camp de réfugiés de Jabalia, laissant les habitants aux prises avec des problèmes de santé, notamment des rapports de fausses couches ainsi que des indications de dommages environnementaux.

Gaza : On est loin du statut quo !

La nouvelle unité d’enquête sur l’architecture médico-légale d’Al-Haq (unité FAI) a établi que les forces d’occupation israéliennes avaient utilisé des munitions hautement inflammables dans une attaque ciblée produisant un panache toxique équivalant au déploiement indirect d’armes chimiques. Construisant un modèle 3D de l’entrepôt, l’unité FAI a travaillé avec des membres de la famille Khudair, des habitants de la région et des experts internationaux pour établir les circonstances de l’incendie qui a duré 6 heures, et déterminer les effets de la libération de produits chimiques toxiques. « Nos découvertes révèlent que les FOI ont utilisé illégalement des munitions hautement inflammables dans une attaque ciblée contre l’entrepôt, dont l’emplacement et le contenu sont connus d’Israël, mettant le feu à plus de 50 tonnes de produits chimiques dangereux stockés sur le site », a déclaré Al-Haq.

L’enquête révèle que le bombardement de l’entrepôt de Khudair était le premier d’une série apparente d’attaques punitives collectives par les FOI, ciblant délibérément les infrastructures économiques civiles et le secteur industriel. « Les forces d’occupation avaient connaissance de la présence de produits chimiques toxiques stockés dans l’installation, car elles contrôlent strictement l’importation de matériel agricole dans la bande assiégée, ce qui rend le bombardement de l’entrepôt agrochimique de Khudair équivalent au déploiement indirect d’armes chimiques – des actes qui sont clairement interdit par le droit international »

À 17 h 46 le 15 mai 2021, le premier de plusieurs obus M150 Smoke HC de 155 mm a frappé l’entrepôt. En quelques secondes, un autre obus a atterri et en moins de deux minutes, environ cinq cartouches avaient touché l’entrepôt. « Nous avons identifié la munition utilisée comme étant la munition M150 Smoke HC 155 mm développée par le fabricant d’armes israélien Elbit Systems. Un « projectile fumigène avancé », le M150 est un nouveau type d’obus qui se divise en 5 cartouches, qui émettent toutes une fumée à haute densité. le nuage de fumée a persisté pendant 4 jours et la puanteur a tourmenté les résidents locaux pendant environ quatre mois.

L’expert en munitions Chris Cobb-Smith a expliqué qu’il ne pouvait y avoir « aucune justification militaire » pour tirer des munitions hautement inflammables dans une zone densément peuplée. Nous concluons donc que cela a probablement été fait avec l’intention de mettre le feu à l’entrepôt », a déclaré Al-Haq.

Des zones de Beit Lahiya à des centaines de mètres de l’entrepôt présentaient des niveaux de concentration de dioxyde de soufre et de pentoxyde de phosphore dépassant le niveau 2 de la directive d’exposition aiguë (AEGL-2), ce qui, selon les directives gouvernementales, indique «que la population générale, y compris les personnes sensibles, pourrait éprouver des effets irréversibles ou d’autres effets néfastes graves et durables sur la santé ».

L’expert en dynamique des fluides, Salvador Navarro-Martinez, a déclaré qu’avec la combustion de « plusieurs substances chimiques en même temps, comme avec l’incendie de cet entrepôt, les émissions toxiques ont le potentiel d’amplifier les impacts les unes des autres ».

Les résidents interrogés dans la région ont signalé une irritation de la peau et des odeurs toxiques pendant des mois après l’incendie. Un bon nombre ont déclaré avoir souffert de diarrhée, de vomissements et de douleurs intenses à l’estomac après l’attaque. Deux femmes de la famille Al-Khudair qui vivent près de l’entrepôt ont dit à Al-Haq qu’elles avaient fait une fausse couche après avoir enduré de fortes douleurs. Selon une étude réalisée en novembre par le Centre Al Mezan pour les droits de l’homme, d’autres habitants ont déclaré avoir souffert d’éruptions cutanées et d’irritations cutanées pendant de longues périodes après le bombardement.

Selon les Nations Unies, seuls Al-Khudair Pharmaceuticals and Agricultural Tools ont subi à eux seuls 13 millions de dollars de dommages.

Cette frappe contre l’entrepôt de Khudair était la première d’une série apparente d’attaques punitives des forces d’occupation israéliennes, ciblant délibérément les infrastructures économiques civiles et le secteur industriel. En quelques jours, plus d’une demi-douzaine d’autres usines et entrepôts, situés dans la zone industrielle à l’est du quartier de Shajaiyyeh à Gaza, ont également été systématiquement bombardés. Sur la base des conclusions ci-dessus, les experts juridiques d’Al-Haq concluent que, même si des armes chimiques n’ont pas été directement utilisées dans cette attaque, « le bombardement par les forces d’occupation israéliennes de l’entrepôt agrochimique de Khudair, sachant la présence de produits chimiques toxiques qui y sont stockés, est assimilable à des armes chimiques par des moyens indirects ».

https://daysofpalestine.ps/al-haq-the-shelling-of-khudair-warehouse-in-gaza-is-tantamount-to-chemical-warfare-by-indirect-means/

CAPJPO-Europalestine

Partagez: