Header Boycott Israël

Des Juifs portent plainte en Allemagne contre Yair Lapid et Benny Gantz

Partagez:

Un groupe juif en Allemagne a déposé des accusations criminelles contre le Premier ministre israélien Yair Lapid et le ministre de la Défense Benny Gantz pour le bombardement qu’ils ont ordonné à Gaza cet été, devant la Cour fédérale de justice d’Allemagne.

L’attaque surprise israélienne du 5 au 8 août a fait une cinquantaine de morts parmi les Palestiniens, dont 17 enfants. Au moins 360 personnes ont été blessées. « Il s’agissait d’une prétendue frappe préventive qui a été menée sans menace concrète », a déclaré dimanche la Voix juive pour une paix juste au Moyen-Orient. « En public, cette attaque excessive a été largement décrite comme une légitime défense contre le Jihad islamique palestinien, qui n’a en fait tiré des roquettes qu’en réponse aux bombardements israéliens », a ajouté le groupe. « Mais même dans le cas contraire, rien ne justifierait une telle ampleur de souffrances et de destructions civiles. »

« Israël, grâce à la complicité internationale – y compris allemande – dispose de la technologie d’armement la plus moderne et est bien sûr capable de mener des attaques précises », a déclaré Jewish Voice. « Lorsque tant de victimes civiles sont acceptées afin d’éliminer quelques combattants, le résultat final ce sont des massacres délibérés. »

Des Juifs portent plainte en Allemagne contre Yair Lapid et Benny Gantz

En portant plainte contre Lapid et Gantz devant la Cour fédérale de justice d’Allemagne, le groupe veut qu’il y ait « des conséquences pour les deux hommes qui sont les principaux responsables de cette souffrance .

La plainte pénale, dont une copie a été vue par The Electronic Intifada, accuse les deux hommes de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre pour leur rôle dans l’attaque de Gaza. Les accusations ont été programmées pour coïncider avec une visite de deux jours en Allemagne de Lapid pour promouvoir le commerce des armes entre Berlin et Tel-Aviv. La visite a également donné au chancelier allemand Olaf Scholz l’occasion de soutenir efficacement Lapid lors des prochaines élections en Israël. Lapid, dont les politiques anti-palestiniennes brutales ne se distinguent pas de celles du chef de l’opposition et ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, est néanmoins favorisé par les dirigeants européens et souvent faussement présenté dans les médias occidentaux comme « centriste » et « modéré ».

Quant à Gantz, ce n’est pas la première tentative de le traduire en justice devant un tribunal européen ou international. Le ministre israélien de la Défense est probablement la cible d’une enquête en cours de la Cour pénale internationale, bien que ce processus semble avoir ralenti à un rythme d’escargot – si jamais il progresse – sous la surveillance du nouveau procureur en chef, Karim Khan.

Khan semble plus déterminé à apaiser les payeurs occidentaux de la CPI, alors qu’ils tentent de transformer le tribunal en une arme politique dans leur guerre géopolitique contre la Russie, plutôt qu’en un forum pour les victimes qui n’ont aucun autre recours pour obtenir une justice impartiale.

Depuis 2018, Ismail Ziada, un citoyen palestinien-néerlandais, poursuit Gantz aux Pays-Bas pour un attentat à la bombe de 2014 à Gaza qui a tué la mère de Ziada, trois frères, une belle-sœur et un neveu de 12 ans, ainsi qu’une septième personne rendant visite à la famille. Les juges ont jusqu’à présent bloqué la recherche de justice de Ziada, au motif que les fonctionnaires étrangers ne peuvent pas être poursuivis au civil devant les tribunaux néerlandais. Cette affaire est en appel. Gantz, qui était chef de l’armée au moment de l’assaut de 2014, s’est vanté plus tard lors d’une campagne électorale d’avoir bombardé Gaza et l’avoir réduit à « l’âge de pierre ».

Les 6 membres de la famille d’Ismail Ziada tués par Israël

Mais même les pays européens qui reconnaissent la compétence universelle sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité se sont pliés en quatre pour protéger les criminels de guerre israéliens accusés.

En 2002, les tribunaux belges ont interrompu une tentative de traduire Ariel Sharon en justice pour les massacres de Sabra et Chatila de réfugiés palestiniens, qu’il a supervisés en tant que ministre de la Défense lors de l’invasion israélienne du Liban il y a 40 ans cette semaine. L’année suivante, quelques mois seulement après l’invasion illégale de l’Irak menée par les États-Unis, la Belgique a abrogé sa loi sur la compétence universelle sous une intense pression américaine, protégeant les dirigeants américains, britanniques, israéliens et occidentaux des efforts visant à les tenir responsables de leurs crimes. D’autres dirigeants israéliens impliqués dans des crimes de guerre, dont le général Doron Almog et l’ancienne ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, ont échappé à plusieurs reprises aux procureurs avec la complicité apparente des gouvernements européens. Tout en échappant régulièrement à l’arrestation, Livni a même reçu un « prix de la paix » en Allemagne en 2020.

Malheureusement, les chances que justice soit rendue dans le pays dont le gouvernement a assassiné des millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale sont minces. Les procureurs en Allemagne – où d’anciens membres du parti nazi d’Hitler ont dominé le ministère de la Justice jusque dans les années 1970 – ont clairement indiqué qu’ils étaient d’accord avec le fait qu’Israël tue des Palestiniens et même des citoyens allemands.

Malgré une loi allemande qui les oblige à le faire, les procureurs fédéraux ont refusé d’ouvrir une enquête sur le meurtre par Israël en juillet 2014 d’Ibrahim Kilani, un citoyen allemand, ainsi que de sa femme et de leurs enfants nés en Allemagne. La culture politique allemande déformée et profondément hypocrite considère le soutien inconditionnel aux crimes d’Israël contre le peuple palestinien et le vol de sa terre comme une forme d' »expiation » pour l’Holocauste, comme si Israël – qui n’existait pas à l’époque – et non les Juifs européens, étaient les victimes d’Hitler. Pour les nazis d’hier et d’aujourd’hui, prodiguer des louanges et un soutien à Israël est une sorte de carte « sans prison » qui peut être utilisée comme bouclier contre toute accusation de fanatisme anti-juif.

Les Palestiniens sont les boucs émissaires sacrificiels métaphoriques et réels. La chaîne de télévision publique Deutsche Welle, par exemple, a procédé à une purge des journalistes palestiniens et arabes, bien que les tribunaux allemands aient récemment annulé deux de ces licenciements. Les journalistes ont été chassés de leur travail sur la base de fausses allégations d’antisémitisme à cause des critiques qu’ils avaient faites d’Israël.

Mais Jewish Voice for a Just Peace in the Middle East est déterminé à remettre en question ce statu quo pervers. « En tant qu’organisation juive, nous défendons les droits humains universels », a déclaré le groupe. « Comme de nombreuses organisations juives dans le monde, nous insistons sur le fait qu’Israël ne représente pas les Juifs ni ne parle en notre nom. Israël doit être tenu responsable des crimes de guerre comme n’importe quel autre État. »

Source : https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/german-jews-file-war-crimes-charges-against-israeli-leaders

CAPJPO-EuroPalestine

Partagez: