Header Boycott Israël

Lettre ouverte de l’université de Birzeit en Cisjordanie occupée

« NOUS SOMMES TOUS PALESTINIENS » FACE AU FASCISME COLONIAL, tel est le tire de la lettre ouverte envoyée par les professeurs et employés de la célèbre université palestinienne près de Ramallah.

Lettre ouverte le d'université de Birzeit en Cisjordanie occupée

 « Notre capacité à raconter n’a jamais été hors de notre contrôle, et la résistance n’a pas besoin de l’approbation autoritaire de codes internationaux statiques. Notre histoire nous donne cette autorité, écrivent-ils après avoir subi une nouvelle attaque israélienne avec bon nombre d’arrestations d’étudiants et destructions de nombreuses propriétés de l’université.

 » 2023 restera historiquement comme l’année où les Palestiniens se sont dressés avec audace face au fascisme colonial et ont crié pour défendre leurs maisons, leur humanité et leurs vies. Les Palestiniens, en tant que peuple, ont enduré plus d’un siècle de violence coloniale. Nous avons prospéré en tant que peuple et continuerons de le faire. Nous n’avons pas besoin de parler de notre droit à résister, car ce n’est pas un droit mais une façon d’être et de survivre pour les Palestiniens. 

Le sionisme, l’État colonisateur et l’ensemble du système colonial qui est un produit de cette idéologie fasciste ne peuvent plus se cacher faussement sous le couvert de l’humanisme. En Palestine, en 2023, nous ne revendiquons pas notre droit de raconter. Notre capacité à raconter n’a jamais été hors de notre contrôle, et la résistance sous toutes ses manifestations et formes n’a pas besoin de l’approbation préalable de codes de droit internationaux statiques. Les opprimés n’ont pas besoin de revendiquer l’autorité sur leur propre oppression ; les événements en cours de l’histoire – notre histoire – sont ce qui nous confère cette autorité. Nous considérons qu’il est de notre devoir de ne pas dénoncer la barbarie sanglante du sionisme ; leurs actions en tant qu’État fasciste et armée impitoyable sont plus que suffisantes pour entreprendre cette tâche. Il est de notre devoir d’enregistrer ce moment non pas en tant que victimes mais en tant que personnes qui s’en souviendront, l’enregistreront, y survivront et y résisteront.

Notre histoire racontera ces actes non seulement comme un témoignage de la brutalité coloniale, mais aussi comme un témoignage de notre détermination audacieuse à y vivre et à y résister. Nous restons attachés à notre terre et à notre humanité en tant qu’Arabes palestiniens – nul besoin de prouver notre humanité à ceux qui ont perdu la leur. Il pourrait néanmoins être utile de nous rappeler, ainsi qu’aux autres, les crimes qui ont été et sont commis en Palestine – des crimes qui ont commencé avec l’introduction violente et forcée du sionisme sur la terre et le peuple de Palestine. Cette liste est longue et ne peut être résumée sous une forme simple, mais pour ceux qui ont choisi de se tenir aux côtés des opprimés en solidarité avec notre lutte, nous vous demandons de garder ces points à l’esprit lorsque vous parlez de l’idée de liberté et de libération. 

En dressant cette liste, nous nous rendons compte que des expressions telles que « crimes de guerre », « génocide », « apartheid », « criminalité » et « inhumanité » semblent inadaptées et atrocement insuffisantes pour décrire ce que l’État d’Israël a fait et continue de faire : Une puissance coloniale occupante ne peut revendiquer le droit de se défendre contre la population soumise à son occupation brutale. Il n’y a pas d’équivalence morale entre le colonisateur et le colonisé – même si les médias tentent de prétendre le contraire ; Conformément à son mode opératoire, l’armée israélienne, dans sa guerre contre Gaza, a directement ciblé notre peuple en bombardant de manière belligérante des maisons, des hôpitaux, des orphelinats, des terrains de jeux, des écoles, des universités, des mosquées, des églises et des espaces publics, tuant délibérément quiconque et tous les Palestiniens le peuvent, même en ciblant les morts dans les cimetières.

 Couper et cibler les conduites d’eau, les moteurs électriques, les services d’urgence et d’autres services et installations civiles essentiels sont les actions d’une puissance génocidaire rendues encore plus audacieuses par l’ironie des affirmations sionistes sur la « pureté des armes » : cette pureté ne fait clairement référence qu’à à l’idée que leurs armes sont prêtes à être utilisées à tout moment contre tous les Palestiniens ; La criminalité totale de la couverture médiatique sioniste (adoptée à l’échelle mondiale) persiste à blâmer les opprimés pour les crimes de l’oppresseur. La grande ironie de la revendication sioniste de victimisation se révèle dans le génocide commis par ses militaires, accomplissant ainsi leurs objectifs de vider la Palestine de ses Palestiniens. Bien qu’ils soient toujours tragiques, ces crimes font partie intégrante du sionisme et ne sont pas nouveaux, car même aujourd’hui, les massacres et les déplacements de réfugiés palestiniens se poursuivent alors que le monde se contente d’en témoigner ;

Le racisme génocidaire flagrant et audacieux du discours politique israélien : l’appel pornographique à la mort des Arabes par des politiciens sionistes colonisateurs de toutes lignes politiques est du fascisme et ne peut être décrit que comme un soutien à davantage de violence génocidaire et au fascisme colonial de peuplement qui a défini l’histoire de cette idéologie ; La construction violente de la prison de Gaza est l’imposition criminelle de ce qui est aujourd’hui une peine de seize ans d’isolement cellulaire pour toute une population sous la forme du blocus et du siège de Gaza ; La criminalisation de la résistance, y compris l’auto-criminalisation du droit de résister, où tout le sang versé est imputé aux opprimés et où tous les crimes d’invasion et de dépossession coloniales sont entièrement ignorés ; 

Le crime insondable de silence et de complicité perpétré par le monde entier – y compris les régimes arabes et musulmans sous la puissance oppressive des impositions américaines – soutient ouvertement le génocide ou est un témoin muet des crimes des colons ; La complicité américaine la plus flagrante dans le massacre génocidaire de tout un peuple. Les colons sionistes et américains, avec la complicité des régimes arabes, ont perpétré des crimes contre le peuple palestinien qui définissent le fascisme du 21e siècle ;

 Le crime historique permanent du déni total du droit politique de la nation palestinienne à exister, à résister, au retour et à l’autodétermination. Nous, Palestiniens, avons droit à notre liberté. Ce n’est pas un droit inscrit dans les termes précaires des codes de lois mais notre dignité humaine de lutter pour la liberté. La résistance palestinienne a été criminalisée depuis le début de l’invasion coloniale de la Palestine. Maintenant que notre résistance a utilisé des tactiques de guérilla, nous sommes devenus des oppresseurs ?! 

Pour quoi l’armée israélienne se bat-elle ? Incapables de contrer les résistants, les avions ont bombardé Gaza assiégée, ne ciblant rien et tout à la fois ! Tentent-ils en vain de poursuivre la guerre génocidaire qui a commencé dès l’arrivée des sionistes dans notre pays ? Vous essayez d’achever l’effacement de 1948 ?

Compte tenu de tout ce que nous savons et de tout ce que nous avons vu, nous devons agir et choisir la justice et l’humanité et lutter contre l’oppression de la dégradation coloniale. Nous sommes tous Palestiniens désormais et nous devons tous agir immédiatement contre les vrais criminels et crier face à ce monstre et à ses actes barbares. Le sionisme est un projet de colonisation génocidaire en Palestine qui repose sur une fausse mythologie et se nourrit d’une violence perpétuelle et sans fin contre les peuples autochtones de Palestine – il doit être considéré et traité comme tel. 

Les discussions sur la liberté – politique, universitaire ou sociale – tombent dans l’oreille d’un sourd, à moins que les véritables criminels ne soient qualifiés de tels et traités comme tels. Nous, en Palestine occupée – et tous les Palestiniens – ne nous faisons aucune illusion dans les rêves poétiques du triomphe de la plume sur l’épée parce que l’épée a entaillé trop profondément notre chair aux mains d’un ennemi qui a été accordé par la communauté internationale hypocrite. le destin de l’histoire impériale est de revendiquer le monopole à la fois de l’épée (ce qui agit pour tuer) et de la plume (ce qui raconte les actes de tuer). 

En tant qu’intellectuels et universitaires travaillant en Palestine occupée, nous devons utiliser nos mots, aussi futiles qu’ils puissent paraître en ces temps critiques. Nous avons également confiance dans l’âme courageuse de notre peuple, dans notre résistance et dans le triomphe de la liberté, ainsi que dans nos droits inaliénables. Nous reconnaissons et proclamons qu’à ce moment historique critique et urgent, nous vaincrons – la justice triomphera. Nous ne sommes pas vos victimes passives ; nous avons été assassinés, mutilés et déplacés par un État colon animé par une idéologie de haine insensée et de violence sanglante, mais nous ne serons pas réduits au silence. Notre résistance nous montre la voie à suivre, nous restons fermes et nous triompherons. 

Syndicat des professeurs et employés de l’Université de Birzeit, Palestine occupée ».

CAPJPO-EuroPalestine