Header Boycott Israël

Le parcours du combattant pour les enfants palestiniens qui vont à l’école

Non loin de Jénine, à l’extrême nord de la Cisjordanie, il y a un petit village appelé Dahr Al-Maleh. Comme tout autre village, il est plein d’enfants qui vont à l’école. Ces enfants, cependant, sont confrontés à un défi particulier: pour se rendre à l’école, ils doivent passer par un poste de contrôle militaire israélien dans une barrière de séparation militarisée.

Le parcours du combattant pour les enfants palestiniens qui vont à l'école

« Entouré de colonies de peuplement israéliennes illégales et d’une base militaire, Dahr Al-Maleh est situé à l’intérieur de l’enclave de Barta’a, un morceau de la Cisjordanie occupée qui se trouve juste à l’ouest de la barrière de séparation d’Israël. Les terres du village étant annexées par la construction de la barrière par Israël, ses habitants sont empêchés d’accéder au reste de la Cisjordanie, bien qu’ils soient titulaires d’une carte d’identité de Cisjordanie », alerte Defense Children International (DCI).

« Depuis la construction de la barrière en 2002, Tura, le village le plus proche – et le lien le plus proche avec le reste de la Cisjordanie – n’est accessible directement que par une porte militaire israélienne ouverte uniquement pendant des heures limitées. Le régime de permis oppressif imposé par les forces militaires israéliennes oblige les résidents à présenter des permis chaque fois qu’ils veulent quitter et retourner dans leur village. Même les élèves doivent présenter leur certificat de naissance pour franchir la porte militaire. »

« Notre équipe a récemment visité Dahr Al-Maleh et s’est entretenue avec les enfants qui font quotidiennement ce voyage imprévisible. Leurs histoires sont celles de la résilience, de la détermination et des rêves – dont beaucoup sont en suspens en raison de l’occupation militaire.

Les enfants ont droit à une éducation qui ne soit pas entachée de violence ou de présence militaire dangereuse. Merci de vous tenir aux côtés des enfants palestiniens alors que nous travaillons vers un avenir où personne ne doit suspendre ses rêves. »

Source : Defense Children Intarnational (DCI)

CAPJPO-EuroPalestine