Header Boycott Israël

La torture de l’eau à Gaza : Témoignages

Dans un rapport qui vient d’être publié, les chercheurs de terrain de B’Tselem, Khaled al-Azayzeh et Olfat al-Kurd ont recueilli les témoignages de cinq Gazaouis qui rendent plus concrète leur quête incessante et douloureuse d’eau liée au blocus imposé par Israël.

Ils décrivent l’effet de l’eau salée sur leur santé physique et mentale et sur leurs biens, ainsi que le fardeau financier de l’achat d’eau qu’ils ont du mal à s’offrir.

Quelque deux millions de Gazaouis souffrent d’une pénurie constante d’eau, qui s’aggrave en été. L’eau du robinet est salée, polluée et impropre à la consommation. En l’absence d’autres alternatives, les habitants sont obligés d’utiliser cette eau pour se laver, mais l’approvisionnement est irrégulier et imprévisible. Pour boire et cuisiner, ils n’ont pas d’autres choix qu’acheter de l’eau auprès de fournisseurs privés- malgré de graves difficultés financières – et même alors, elle est généralement d’une qualité inférieure aux normes. 

L’aquifère côtier, seule source d’approvisionnement en eau de Gaza, a été pollué par le pompage excessif et contaminé par les eaux usées. Par conséquent, 96,2% de l’eau des ménages desservis par l’aquifère n’est pas potable. En outre, environ 40% de l’approvisionnement en eau domestique est perdu en route à cause de la vétusté de l’infrastructure. 

En raison d’irrégularités d’approvisionnement, les résidents doivent stocker de l’eau dans des conteneurs sur leurs toits pour l’utiliser les jours où l’approvisionnement est interrompu. L’alimentation électrique à Gaza est également intermittente et ne se produit souvent pas en même temps que l’approvisionnement en eau. Cela limite la capacité des résidents à utiliser des pompes pour remplir les conteneurs. Les familles qui n’ont pas la possibilité de pomper de l’eau sur le toit avant que l’alimentation électrique ne soit épuisée se retrouvent tout bonnement sans eau courante. 

L’Organisation mondiale de la santé a fixé les besoins minimums en terme d’eau à 100 litres par jour et par personne. Ce montant devrait couvrir les besoins domestiques de base tels que boire, cuisiner et se laver.  À Gaza, la consommation quotidienne moyenne par habitant n’est que de 88 litres;  en Israël, à titre de comparaison, c’est plus de 200. 

BUTHAYNAH ABU GHABEN.  PHOTO DE KHALED AL-‘AZAYZEH, B’TSELEM,

Buthaynah Abu Ghaben (44 ans), mariée et mère de sept enfants du camp de réfugiés a-Shati ‘dans la ville de Gaza: 

« Nous avons trois fils et quatre filles, âgés de 10 à 23 ans. Nous sommes tous les deux au chômage et vivons avec une allocation de 1 500 shekels (~ 440 USD) par mois dans une petite maison de 45 mètres carrés. La pénurie d’eau ici dans le camp est grave. L’eau est si salée que vous ne pouvez même pas la boire ou cuisiner avec, sans parler de la lessive ou du nettoyage, mais il n’y a pas d’autre choix que de l’utiliser. 

En été, nous ne recevons de l’eau qu’une fois tous les deux à trois jours. En raison des pannes de courant, parfois nous n’avons pas d’eau et d’électricité en même temps, nous ne pouvons donc pas utiliser la pompe pour amener l’eau sur le toit. Nous ne possédons pas de groupe électrogène, alors parfois mes fils et moi devons remplir de petits conteneurs et les porter sur le toit. C’est très fatiguant. Parfois, je reste éveillée toute la nuit et j’attends que l’électricité et l’eau arrivent pour remplir les conteneurs. 

La salinité est un grave problème: lorsque vous ouvrez le robinet, de l’eau jaunâtre et rouillée sort. Nous ne l’utilisons que pour la lessive, le nettoyage et le bain. Nos ustensiles de cuisine sont devenus blancs à cause du sel et sont tous rouillés. La rouille ruine les robinets et je les remplace chaque fois que j’en ai l’occasion. Mais parfois je dois me débrouiller avec tels qu’ils sont.

LES ROBINETS ET LES ÉVIERS ACCUMULENT LA ROUILLE.  PHOTO DE KHALED AL-‘AZAYZEH, B’TSELEM, 12 JUILLET 2020 

 
J’achète de l’eau potable à des camions et je l’utilise pour boire, faire la lessive délicate et cuisiner.  Chaque mois, je remplis cinq fois un contenant de 250 litres dans ma cuisine.  Il en coûte 15 shekels (~ 5 USD) à chaque fois.  C’est un fardeau financier et parfois, quand je n’ai pas d’argent, je demande un crédit au vendeur.  En hiver, si je n’ai pas l’argent, je stocke l’eau de pluie pour nos besoins domestiques. 

L’eau salée cause beaucoup de problèmes : elle endommage nos cheveux et nos ongles, assèche notre peau et est mauvaise pour nos dents et nos oreilles. Nos yeux et notre corps nous démangent après la douche. Mes enfants se plaignent de l’irritation de leurs yeux et souffrent d’éruptions cutanées.  Mes filles, qui sont de jeunes femmes, et moi souffrons de perte de cheveux et notre peau est très sèche.  Nous n’avons pas d’argent pour acheter des crèmes et des onguents et devons nous en passer. L’eau n’est même pas assez propre pour se nettoyer avant la prière. J’ai l’impression que c’est presque des eaux usées, même pas adaptées aux animaux ». 

Samira ‘Abd a-Salam (56 ans), mariée et mère de sept enfants du quartier de Tal al-Hawa à Gaza

« Nous avons quatre filles et trois fils. Je suis femme au foyer et je vis ici depuis 25 ans. Toutes ces années, j’ai souffert du sel dans l’eau. Depuis le début du blocus, les choses se sont aggravées, car il y a maintenant de longues interruptions dans l’approvisionnement en eau et en électricité, qui ne sont parfois même pas allumées en même temps. Notre bâtiment a quatre étages et environ 25 résidents.

Chaque famille du quartier a deux réservoirs d’eau sur le toit, qui contiennent en tout 3 000 litres. Pour avoir suffisamment d’eau, nous devons les remplir tous les jours, mais nous n’avons de l’eau courante que tous les deux jours. En été, l’approvisionnement est réduit à une fois tous les trois ou quatre jours, et parfois seulement une fois par semaine. Chaque famille a également un conteneur de 1 500 litres dans sa cour. Chaque fois que nous avons de l’eau courante, nous remplissons d’abord ces conteneurs. Lorsque le courant est également mis sous tension, nous pompons de l’eau dans les conteneurs sur le toit, de sorte que chaque famille doit avoir une pompe. 

Parfois, nous restons debout jusqu’à l’aube et attendons que l’électricité arrive pour pouvoir pomper de l’eau sur le toit. Je règle un réveil pour qu’il se réveille lorsque les deux fournitures sont allumées en même temps, puis je suis épuisée toute la journée. 

L’eau du robinet est tellement salée que vous pouvez en faire des cornichons. Dès que vous ouvrez le robinet, vous constatez qu’elle est sale, salée et impropre à la consommation. Pourtant, nous n’avons pas d’autre choix que de l’utiliser, même si c’est mauvais pour nous. Cela rend nos cheveux rugueux et secs et tombent davantage.  Ma fille Samar (32 ans) a eu une éruption cutanée et le médecin a dit que c’était à cause de l’eau. Cela rend également nos yeux rouges et irrités, et mon mari souffre de graves infections des paupières. Pour nous laver le visage, nous remplissons une bouteille d’eau potable. 

À cause des résidus de rouille et de calcaire, nous devons changer les robinets et les tuyaux de temps en temps.  Nous avons remplacé toute la plomberie de la maison par du plastique parce qu’elle rouillait trop souvent. Les réservoirs et les siphons des toilettes se sont obstrués, nous avons donc dû les remplacer. Cela nous coûte beaucoup d’argent et c’est particulièrement difficile maintenant, en raison de notre situation financière. L’eau endommage également les appareils ménagers tels que les ustensiles de cuisine. Je n’arrête de verser de l’acide citrique et du vinaigre dans la machine à laver pour nettoyer les tuyaux du calcaire et de la rouille, mais il y a encore beaucoup. Je lave mes vêtements noirs à l’eau douce pour qu’ils ne se ruinent pas.

Nous achetons notre eau potable aux camions qui viennent dans le quartier. Chaque semaine, je remplis un bidon de 250 litres que je garde sur le balcon. L’eau nous coûte environ 40 à 50 shekels (environ 12 à 15 USD) par mois, ce qui est une dépense importante, et c’est juste pour boire et cuisiner. Nous habitons au deuxième étage et parfois le propriétaire du camion refuse d’envoyer l’eau sur le balcon parce qu’il dit qu’il n’a pas assez de carburant. Lorsque le courant est allumé, nous pouvons utiliser notre pompe.  Alors je lui abaisse une corde, il attache le tuyau, je le tire et je le mets dans le récipient, puis il laisse sortir l’eau. Le tuyau est long et lourd.

Cela dure depuis des années.  Les autorités d’occupation veulent nous mettre sous pression, nous épuiser ». 

HASSAN ABU YUSEF, 42 ANS

Hassan Abu Yusef (42 ans), chômeur, marié et père de trois enfants du camp de réfugiés d’a-Nuseirat:

« Ma femme et moi avons trois enfants – Ali (12 ans), Sara (7 ans) et Yusef (2 ans et demie). Je suis au chômage et je vis dans le camp de réfugiés a-Nuseirat. Depuis de nombreuses années, nous souffrons de pénuries d’eau qui durent plusieurs jours. Cela empire en été.  Je garde trois réservoirs d’eau sur le toit: l’un peut contenir 1 500 litres, un autre 1 000 litres et le troisième 500 litres. Je les remplis quand il y a de l’eau dans les robinets. Le problème est que le débit d’eau est faible, donc je dois utiliser une pompe électrique pour amener l’eau jusqu’au toit.  Mais même lorsque l’eau coule, l’électricité ne fonctionne pas toujours en même temps.  Parfois, nous n’avons ni l’un ni l’autre.

Je pense constamment au problème de l’eau.  Même lorsque je ne suis pas à la maison, je suis toujours en contact avec ma femme pour m’assurer qu’elle a mis les pompes en marche et pour lui demander si l’électricité et l’eau fonctionnent en même temps. Nous rationnons l’eau pour ne pas en manquer. Nous n’utilisons que de l’eau du robinet pour la lessive, le bain et la vaisselle. J’achète notre eau potable et notre eau de cuisson séparément. J’ai un bidon de 500 litres et j’en remplis moins de la moitié, car je ne veux pas que l’eau fraîche y reste longtemps.  Toutes les deux semaines environ, je paie 10 shekels (~ 3 USD) pour 250 litres d’eau douce. Mais en été, nous buvons plus, et je dois acheter cette quantité environ une fois par semaine.

Selon le calendrier d’approvisionnement dans notre région, nous sommes censés avoir de l’eau les dimanches, mardis et jeudis, mais les heures sont irrégulières. Ces jours-là, nous vérifions à tour de rôle les robinets pour l’eau. Parfois, ma femme reste éveillée la nuit pour l’attendre, puis allume la pompe et remplit les conteneurs. Ce n’est qu’alors qu’elle pourra faire la lessive et nettoyer la maison. Si quelque chose ne se passe pas comme prévu, par exemple si nous n’avons pas d’eau courante le mardi, nous ne l’obtenons que le jeudi. Dans ce cas, ma femme doit retarder la lessive jusqu’à ce que nous ayons assez d’eau pour tous nos besoins. Si nous ne l’obtenons pas le jeudi, je dois acheter de l’eau dessalée chère, qui coûte entre 30 et 50 shekels (~ 9-15 USD), pour remplir les grands récipients et utiliser l’eau pour le bain et le nettoyage également.

L’eau du robinet est salée et impropre à la consommation. Parfois, la salinité est si élevée que l’eau est grise. Elle contient beaucoup de craie et de calcaire, ce qui ruine les robinets. Régulièrement, je dois les remplacer. L’eau salée est également mauvaise pour les cheveux, alors quand je prends une douche, je mets un jerrycan d’eau fraîche à côté de moi. Après avoir fini de me doucher, je lave mes cheveux et les autres parties sensibles avec de l’eau du jerrycan.

À cause du sel dans l’eau, la pompe électrique tombe souvent en panne et les contenants accumulent tellement de rouille que je dois appeler un plombier pour les réparer. Lorsque cela se produit, j’en profite pour les nettoyer et je trouve souvent de la boue et du sable au fond ». 

HALA AL-KAHLUT.  PHOTO D’OLFAT AL-KURD, B’TSELEM, 16 JUIN 2020

Hala al-Kahlut (39 ans), mariée et mère de quatre enfants du quartier a-Sheik Radwan à Gaza:

« Nous avons deux filles et deux fils: Saly (18), Malak (16), Husam (15) et Muhannad (12).  Nous souffrons de problèmes d’approvisionnement en eau depuis des années: la salinité, l’irrégularité de l’approvisionnement et le manque de coordination entre l’eau et l’électricité. Parfois, nous sommes bloqués sans eau pendant trois ou quatre jours consécutifs. À d’autres moments, nous devons rester éveillés toute la nuit pour attendre l’arrivée de l’approvisionnement en eau et profiter de l’opportunité lorsque le courant est également allumé, sinon nous ne pouvons pas remplir les conteneurs sur le toit. Quand il n’ya pas d’eau dans la maison, je me sens vraiment en détresse. Si je devais choisir, je préférerais me passer d’électricité et avoir de l’eau tout le temps. L’eau c’est la vie et sans eau dans ma maison, je me sens désespérée et épuisée.

Le principal problème est la salinité de l’eau du robinet. On ne peut pas la boire ou la cuisiner ni même se laver avec. Mais je n’ai pas d’autre choix que de l’utiliser pour le bain et les tâches ménagères quotidiennes. J’achète de l’eau potable à des camions qui font le tour du quartier. Chaque semaine, je remplis un bidon de 250 litres, ce qui coûte 10 shekels. Je le remplis quatre fois par mois et j’utilise l’eau pour la cuisine, la pâtisserie, le café et le thé.

Lorsque vous ouvrez les robinets, l’eau sort avec une teinte jaunâtre. Cela abîme nos cheveux et nos cuirs chevelus démangent. Nos yeux deviennent rouges et nous ressentons l’irritation après la douche, surtout mes enfants. Notre peau devient également très sèche.

L’eau salée endommage également les tuyaux, qui accumulent de la rouille et des résidus de calcaire et tous les quelques mois, je dois les changer. Je les ai récemment remplacés par des nouveaux en plastique, dans l’espoir qu’ils dureront plus longtemps. Tous les trois ou quatre mois, je dois changer les pièces de la machine à laver qui sont abîmées par l’eau. En raison de la salinité, nos vêtements sortent raides du lavage et après un certain temps, ils s’effritent et se déchirent facilement.

Nous souffrons beaucoup de cette situation, j’ai hâte qu’elle se termine. J’attends avec impatience le jour où nous aurons un approvisionnement régulier en eau et en électricité et où l’eau du robinet sera douce.  Pendant ce temps, nous devons acheter de l’eau potable séparément, mais même celle-ci n’est pas vraiment de bonne qualité ».

HATEM HAMED.  KHALED AL-‘AZAYZEH, B’TSELEM, 28 JUIN 2020

Hatem Hamed (53 ans), sans emploi, père de six enfants, marié à a-Zawaydah:

Nous avons trois fils et trois filles. Je suis au chômage depuis 13 ans et nous vivons dans une petite maison couverte d’étain près des tours a-Zawaydah, au nord de Deir al-Balah.  L’approvisionnement en eau ne nous parvient qu’une fois tous les quatre jours, pendant environ six heures à la fois. Lorsque l’eau coule, le débit est faible et l’eau est très salée.

J’attends l’eau toute la semaine et je vérifie souvent les robinets.  Parfois, je laisse le robinet ouvert pour entendre le retour de l’eau.

J’ai un réservoir d’eau d’un volume de 500 litres près de la maison et deux autres conteneurs de 1 000 litres sur le toit. Si l’eau s’ouvre alors que l’alimentation est coupée, je ne peux remplir que le petit récipient dans la cour. Lorsque l’appareil est sous tension, je peux pomper cette eau jusqu’au toit, mais il ne nous reste plus que 500 litres. Si les conteneurs se vident avant l’approvisionnement, j’achète de l’eau potable pour environ 30 shekels (~ 9 USD) par mètre cube, et nous les remplissons. Cela se produit principalement en été, lorsque nous consommons plus d’eau.

L’eau du robinet est très salée et impropre à l’usage humain. Nous n’avons pas d’autre choix que de l’utiliser pour le bain, la vaisselle et la lessive. Mes filles se lavent les cheveux dans l’eau potable parce que le sel les abîme. Avant les prières, j’utilise l’eau du robinet pour me nettoyer puis je me lave la bouche. Je ne supporte vraiment pas le goût.

Les robinets de la maison sont tous en mauvais état, car ils sont pleins de calcaire et de rouille. Quand quelque chose doit être réparé et que vous le démontez, tout se brise. Même la cuvette des toilettes est endommagée par le sel et peut se briser lorsque vous la nettoyez. Tout cela coûte cher à réparer et je n’ai aucun revenu.

Lorsque vous vous douchez, vous n’avez pas l’impression que le savon nettoie vraiment quoi que ce soit, et la machine à laver a besoin de beaucoup de lessive pour faire un peu d’effet.  Mon fils Jamal (30 ans) a appris à fabriquer de la lessive et des produits de nettoyage maison pour nous faire économiser de l’argent. Le sel endommage également nos vêtements, qui s’usent peu de temps après leur achat.

L’eau salée n’est même pas adaptée à l’agriculture. J’ai planté des arbres fruitiers comme des figuiers, des vignes et des arbres à agrumes encore et encore, mais ils ne poussent pas à cause de la salinité ».

La torture de l'eau à Gaza : Témoignages

HALA AL-KAHLUT.  PHOTO D’OLFAT AL-KURD, B’TSELEM, 16 JUIN 2020

Hala al-Kahlut (39 ans), mariée et mère de quatre enfants du quartier a-Sheik Radwan à Gaza:

« Nous avons deux filles et deux fils: Saly (18), Malak (16), Husam (15) et Muhannad (12).  Nous souffrons de problèmes d’approvisionnement en eau depuis des années: la salinité, l’irrégularité de l’approvisionnement et le manque de coordination entre l’eau et l’électricité. Parfois, nous sommes bloqués sans eau pendant trois ou quatre jours consécutifs. À d’autres moments, nous devons rester éveillés toute la nuit pour attendre l’arrivée de l’approvisionnement en eau et profiter de l’opportunité lorsque le courant est également allumé, sinon nous ne pouvons pas remplir les conteneurs sur le toit. Quand il n’ya pas d’eau dans la maison, je me sens vraiment en détresse. Si je devais choisir, je préférerais me passer d’électricité et avoir de l’eau tout le temps. L’eau c’est la vie et sans eau dans ma maison, je me sens désespérée et épuisée.

Le principal problème est la salinité de l’eau du robinet. On ne peut pas la boire ou la cuisiner ni même se laver avec. Mais je n’ai pas d’autre choix que de l’utiliser pour le bain et les tâches ménagères quotidiennes. J’achète de l’eau potable à des camions qui font le tour du quartier. Chaque semaine, je remplis un bidon de 250 litres, ce qui coûte 10 shekels. Je le remplis quatre fois par mois et j’utilise l’eau pour la cuisine, la pâtisserie, le café et le thé.

Lorsque vous ouvrez les robinets, l’eau sort avec une teinte jaunâtre. Cela abîme nos cheveux et nos cuirs chevelus démangent. Nos yeux deviennent rouges et nous ressentons l’irritation après la douche, surtout mes enfants. Notre peau devient également très sèche.

L’eau salée endommage également les tuyaux, qui accumulent de la rouille et des résidus de calcaire et tous les quelques mois, je dois les changer. Je les ai récemment remplacés par des nouveaux en plastique, dans l’espoir qu’ils dureront plus longtemps. Tous les trois ou quatre mois, je dois changer les pièces de la machine à laver qui sont abîmées par l’eau. En raison de la salinité, nos vêtements sortent raides du lavage et après un certain temps, ils s’effritent et se déchirent facilement.

Nous souffrons beaucoup de cette situation, j’ai hâte qu’elle se termine. J’attends avec impatience le jour où nous aurons un approvisionnement régulier en eau et en électricité et où l’eau du robinet sera douce.  Pendant ce temps, nous devons acheter de l’eau potable séparément, mais même celle-ci n’est pas vraiment de bonne qualité ».

(Traduit par Sarah V. pour CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Rapport de B’Tselem 

CAPJPO-EuroPalestine